Pourquoi Warren Buffett conseille les fonds indiciels

Publié le 05/06/2017 à 08:00

Pourquoi Warren Buffett conseille les fonds indiciels

Publié le 05/06/2017 à 08:00

Warren Buffett [Photo: Les Affaires]

Si une statue devait être érigée pour honorer la personne qui a le plus fait pour les investisseurs américains, le choix serait sans conteste Jack Bogle, qui est à l'origine des fonds indiciels à bas coût. C'est ce qu'écrit le légendaire investisseur Warren Buffett dans sa plus récente lettre aux actionnaires.


«Au cours de ses premières années, Jack a été l'objet de moqueries de la part de l'industrie de la gestion de portefeuille. Aujourd'hui, cependant, il a la satisfaction de savoir qu'il a aidé des millions d'investisseurs à obtenir de bien meilleurs rendements de leurs investissements qu'ils ne l'auraient fait autrement. Il est un héros pour eux et pour moi», écrit-il.


«Lorsque des billions de dollars (trillions en anglais) sont gérés par des gens de Wall Street facturant des frais élevés, ce sont habituellement ces gestionnaires qui empochent les bénéfices exceptionnels, pas les clients. Tant les grands investisseurs que les petits devraient s'en tenir aux fonds indiciels à bas coût», ajoute-t-il.


Dans sa lettre, Warren Buffett rappelle qu'il a parié 500 000 $ qu'aucun professionnel du placement ne pourrait sélectionner au moins cinq fonds de couverture (hedge funds), outils très populaires et assortis de frais élevés, qui battraient des fonds à faibles coûts reproduisant l'indice S&P 500 sur une période de 10 ans, comme un fonds Vanguard.


Il s'attendait à ce que bon nombre d'entre eux se présentent pour défendre leur occupation. «Après tout, ces gestionnaires exhortent les autres à miser des milliards sur leurs capacités. Pourquoi auraient-ils peur de miser un peu de leur propre argent ?» se demande-t-il.


Un seul cependant a relevé le défi, Ted Seides, cogestionnaire de Protégé Partners. Il a sélectionné cinq fonds de fonds détenant eux-mêmes plus d'une centaine de ces fonds de couverture, ce qui signifiait que leur rendement global ne serait pas faussé par les bons ou les mauvais résultats d'un seul gestionnaire. Chaque fonds de fonds ajoutait évidemment un autre niveau de frais à ceux, déjà élevés, des fonds de couverture qu'ils détenaient pour les avoir sélectionnés.


Warren Buffett présente les résultats pour les neuf années allant de 2008 à 2016. Le fonds de fonds A a gagné 8,7 % durant cette période, le B, 28,3 %, le C, 62,8 %, le D, 2,9 %, et le E, 7,5 %. Le fonds indiciel reproduisant l'indice S&P a gagné 85,4 %.


Le rendement annualisé du fonds indiciel a été de 7,4 % durant la période, ce qui pourrait aisément être représentatif du marché boursier au fil du temps. En comparaison, le rendement annualisé des fonds de fonds a été de 2,2 %.


«Je suis certain que, dans presque tous les cas, les gestionnaires des deux niveaux étaient des gens honnêtes et intelligents. Toutefois, les résultats de leurs investisseurs sont désastreux, vraiment désastreux», tranche-t-il.


Les énormes frais exigés, totalement injustifiés par les résultats obtenus, sont en cause. Warren Buffett estime que 60 % des gains réalisés par les cinq fonds de fonds ont été empochés par les gestionnaires des deux paliers.


«Plusieurs personnes intelligentes gèrent des fonds de couverture mais, à bien des égards, leurs efforts se neutralisent, et leur quotient intellectuel ne surmontera pas les coûts qu'ils imposent à leurs investisseurs», avance-t-il.


M. Buffett reconnaît que certains individus habiles peuvent battre l'indice S&P 500 sur de longues périodes. Le problème, c'est que la vaste majorité de ceux qui tentent de le faire échouent : «La probabilité est très élevée que la personne sollicitant vos fonds ne sera pas l'exception qui obtiendra de bons résultats», prévient-il.


Ce qui complique encore la recherche est que certains gestionnaires seront chanceux sur de courtes périodes. Si 1 000 gestionnaires font une prédiction de marché au début de l'année, il est très probable que l'un d'entre eux aura raison neuf fois d'affilée.


Évidemment, Warren Buffett lui-même est un investisseur exceptionnel, et le titre de Berkshire Hathaway a connu une progression annualisée de 20,8 % entre 1965 et 2016, contre 9,7 % pour l'indice S&P 500, dividendes inclus. Il n'est pas certain que ceux qui lui succéderont (il a 86 ans, après tout) auront le même succès. Entre-temps, l'achat du titre permet de participer à un portefeuille géré activement qui a connu du succès.


Néanmoins, M. Buffett n'en démord pas : tant les petits investisseurs que les grands devraient s'en tenir à un fondsindiciel à faible coût reproduisant l'indice S&P 500. Venant d'un des meilleurs investisseurs du monde, ce n'est pas rien. Pensez-y...


Fellow CSI, Yves Bourget a fait carrière dans l'industrie des valeurs mobilières pendant une vingtaine d'années, en particulier à titre de vice-président pour le Québec de Placements Altamira, de 1990 à 1997. Il a collaboré à la publication Finance et Investissement de 2001 à 2016, notamment en matière de fonds communs de placement.


À lire aussi:
Sept FNB qui offrent des stratégies particulières
Les fonds sectoriels: c'est quoi et lesquels choisir?
Comment Négocier un FNB
Le pour et le contre des fonds indiciels de rendement total
Deux suggestions de portefeuilles FNB pour retraités


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Un krach boursier pour démarrer sa retraite, inquiétant?

C’est la hantise de ceux qui s’approchent de la retraite. Y a-t-il matière à s’énerver?

Vous avez des questions au sujet des finances personnelles?

Il y a 32 minutes | lesaffaires.com

Posez-les à notre journaliste spécialisé Daniel Germain. Il y répondra dans sa chronique.

L'importance de protéger une maison vacante lors d'une succession

BLOGUE INVITÉ. Voici l'histoire d'une succession qui perd beaucoup d'argent à cause d'une négligence.