Les fonds sectoriels: c'est quoi et lesquels choisir?

Publié le 05/06/2017 à 08:00

Les fonds sectoriels: c'est quoi et lesquels choisir?

Publié le 05/06/2017 à 08:00

[Photo: 123rf]

Grâce aux FNB sectoriels, les investisseurs peuvent profiter d’une exposition aux segments de marché qui leur semblent offrir les meilleures perspectives de rendement.


De nombreux investisseurs apprécient la nature diversifiée des FNB indiciels à large spectre, tandis que d’autres préfèrent se concentrer sur des placements plus ciblés. Aux uns comme aux autres, les FNB sectoriels offrent le meilleur des deux mondes.


L’investisseur bénéficie ainsi d’un choix varié de titres lui donnant accès à un secteur précis du marché, sans encourir les risques associés à un titre particulier.


Les FNB sectoriels intéresseront tout particulièrement les clients désireux d’optimiser leur exposition aux secteurs cycliques et défensifs à différentes étapes du cycle économique.


Selon Daniel Straus, analyste – FNB et produits financiers, Financière Banque Nationale, à Toronto, «les FNB sectoriels sont très efficaces pour composer avec les courants macroéconomiques changeants à l’échelle mondiale ou pour viser plus précisément certains secteurs de l’économie offrant de bonnes perspectives de croissance».


Certains adeptes de la gestion active peuvent être tentés d’investir dans des titres individuels s’ils ont confiance dans le rendement futur des entreprises d’un secteur donné. Ce faisant, ils s’exposent cependant au risque inhérent à ces titres qui présentent beaucoup plus de volatilité qu’un FNB sectoriel, comme l’indique Eric Balchunas, analyste principal, FNB, chez Bloomberg LP, de Princeton, N.J.


«Les FNB sont intéressants parce qu’ils permettent de réduire les risques grâce à la diversification, explique-t-il. En moyenne, la volatilité d’un FNB axé sur une industrie ou sur un secteur précis est inférieure de 50 % à celle des actions individuelles qui le composent.»


Il est important de tenir compte du contenu de son portefeuille avant d’investir dans des FNB sectoriels, afin de prévenir une concentration excessive dans certains segments de marché. Ainsi, le participant à un FNB indiciel général d’actions canadiennes devrait éviter d’investir dans un FNB axé sur le secteur énergétique, puisqu’il est déjà fortement exposé à ce secteur.


«Les investisseurs canadiens vont souvent faire preuve d’un certain “chauvinisme”, affirme M. Straus. Ils achètent principalement des actions de sociétés qu’ils connaissent et qui exercent leurs activités dans leur zone géographique avec, comme résultat, une surpondération en titres énergétiques.»


En consacrant une trop grande part de leur portefeuille aux actions canadiennes, ces clients excluent souvent certains secteurs. Un bon moyen de compenser la sous-représentation des secteurs de la consommation discrétionnaire et de la santé dans l’indice S&P/TSX serait d’investir dans des FNB sectoriels tels que le Consumer Discretionary Select Sector SPDR Fund (NYSE Arca : XLY; promoteur : State Street Global Advisors de Boston) ou le FINB BMO équipondéré américain de la santé couvert en dollars canadiens (TSX : ZUH; promoteur : BMO Gestion d’actifs inc. de Toronto).


Il appartient également aux clients de déterminer s’ils préfèrent investir dans un secteur général ou dans un sous-secteur plus spécialisé. Ceux qui, par exemple, sont convaincus que les banques vont poursuivre leur progression se tourneront vers un FNB qui se concentre sur les titres bancaires plutôt que vers un fonds axé sur l’ensemble du secteur des services financiers, qui pourrait également comprendre des sociétés de gestion d’actifs et des compagnies d’assurance.


Les investisseurs doivent toutefois savoir que le degré de spécialisation d’un FNB est proportionnel au risque et à la volatilité qu’il présente. Certains FNB sous-sectoriels, qui sont dominés par une poignée d’entreprises, font l’objet d’une pondération équilibrée, permettant ainsi aux entreprises plus petites de bénéficier d’une meilleure représentation.


«Comme les FNB sous-sectoriels sont très ciblés, ils sont souvent moins diversifiés, poursuit M. Straus, et peuvent, pour cette raison, exposer l’investisseur au risque de concentration ou au risque associé aux actions de sociétés à faible capitalisation.»


«Les FNB sous-sectoriels peuvent présenter un niveau de volatilité de deux ou trois fois supérieur à celui d’un FNB général, indique M. Balchunas. De plus, leurs frais sont souvent plus élevés.»


Selon Daniel Straus et Tyler Mordy, président et chef des placements chez Forstrong Global Asset Management Inc., de Kelowna, en Colombie-Britannique, les secteurs cycliques comme la technologie et les services financiers offrent des occasions de placement intéressantes dans le contexte actuel. M. Mordy croit également que malgré les divers risques politiques et économiques qui se profilent à l’horizon, le fait que les gouvernements abandonnent les politiques d’austérité et engagent des dépenses pour stimuler la croissance est de bon augure pour les secteurs cycliques.


«L’économie mondiale amorce une phase de forte croissance, prévoit M. Mordy. Le moment est donc bien choisi pour accroître le risque de son portefeuille. Pour ma part, j’éviterais les secteurs défensifs, et notamment les services publics et les télécommunications.»


Le secteur des services financiers, en particulier, devrait bénéficier des mesures de déréglementation annoncées par le président américain, Donald Trump. «La déréglementation favorise généralement l’accroissement des profits», explique M. Mordy qui recommande d’investir dans le FNB Financial Select Sector SPDR Fund (NYSE Arca : XLF) commandité conjointement par State Street, pour obtenir une exposition au secteur américain des services financiers.


Daniel Straus est convaincu que le secteur de la santé offrira également d’excellentes occasions d’investissement à long terme. «Le vieillissement de la population et les avancées en matière de technologie et de prestation des soins devraient favoriser la santé et d’autres secteurs procycliques», affirme-t-il. Selon lui, le fonds ZUH constitue une option à privilégier pour accéder au secteur américain de la santé.


Tyler Mordy prévoit, pour sa part, de bons rendements à venir pour les sociétés de biotechnologie, et conseille aux investisseurs d’acquérir une exposition par l’intermédiaire du SPDR S&P Biotech ETF de State Street (NYSE Arca : XBI).


À lire aussi:
Sept FNB qui offrent des stratégies particulières
Pourquoi Warren Buffett conseille les fonds indiciels
Comment Négocier un FNB
Le pour et le contre des fonds indiciels de rendement total
Deux suggestions de portefeuilles FNB pour retraités

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les mauvaises raisons de souscrire une assurance vie

Il existe autant de mauvaises raisons d'acheter de l'assurance vie que de bonnes. Méfiez-vous ce arguments...

La planification successorale au-delà du testament

21/09/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.