Trump: «On n'a pas besoin de s'en faire avec le Canada»

Publié le 03/08/2017 à 14:44

Trump: «On n'a pas besoin de s'en faire avec le Canada»

Publié le 03/08/2017 à 14:44

La transcription d'une conversation téléphonique que le président américain aurait eue avec son homologue mexicain en janvier contient des commentaires positifs sur le commerce avec le Canada. Depuis, le ton de Donald Trump évolue en montagnes russes.


Le Washington Post a obtenu une transcription d'une conversation téléphonique entre Donald Trump et Enrique au moment où le président américain s'installait à la Maison-Blanche.


Les relations commerciales des États-Unis avec le Mexique étaient à ce moment au plus mal, alors que M. Trump proposait de construire un mur entre les deux pays, et d'en refiler la facture aux Mexicains. Le président PeIna Nieto avait même annulé sa visite officielle de courtoisie à Washington.


Selon cette transcription, le président Trump a rappelé à son homologue qu'il avait pu attirer d'immenses foules lors de sa campagne, et qu'il avait promis aux électeurs américains que les Mexicains paieraient la note pour l'érection du mur. Il demande même à M. Peña Nieto de ne pas le contredire publiquement sur cette promesse.


Le président Peña Nieto tente de ramener M. Trump à de meilleurs sentiments et à des discussions plus positives, en invitant le président américain à renégocier avec ses deux partenaires l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).


Selon la transcription, M. Trump rétorque alors que le problème ne vient pas du Canada, avec qui les relations commerciales sont justes, il ne veut même pas en discuter avec son voisin du nord, dit-il.



« C'est un dossier distinct, ils sont très bien, et nous entretenons des relations très justes avec le Canada »


«Ne vous en faites pas avec le Canada, n'y pensez même pas. C'est un dossier distinct, ils sont très bien, et nous entretenons des relations très justes avec le Canada. Beaucoup plus équilibrées et équitables. On n'a pas besoin de s'en faire avec le Canada, on n'y pense même pas, d'ailleurs.»


Cet état d'esprit du président Trump à l'aube de son mandat à la Maison-Blanche était toujours présent quelques jours plus tard lorsque le premier ministre Justin Trudeau s'est rendu à Washington. Depuis ce temps, le ton adopté par M. Trump pour parler du Canada a évolué en montagnes russes, au gré des auditoires. Il a ainsi soutenu devant des agriculteurs du Wisconsin, en avril, que le Canada avait été un partenaire «injuste» dans le secteur des produits laitiers.


La renégociation de l'ALÉNA devrait s'amorcer le mercredi 16 août à Washington. Les négociateurs américains arriveront à la table avec une liste d'objectifs qui reprend les revendications traditionnelles des États-Unis en matière de commerce avec le Canada _ quelque part entre les extrêmes de la rhétorique en dents de scie adoptée par le président Trump.


Les Américains souhaitent depuis longtemps un accès accru aux secteurs du lait, du vin, des télécommunications et des institutions financières, un resserrement des règles entourant les brevets pharmaceutiques, et une réduction des taxes à l'importation sur le commerce en ligne, notamment. L'administration Trump aimerait aussi discuter des règles sur les pièces d'autos et sur le mécanisme de règlement des litiges commerciaux entre les partenaires.


Vite fait, bien fait


Si une entente n’est pas conclue d’ici la fin de 2017, voire au début de 2018, les pourparlers pourraient s’étirer jusqu’en 2019, voire 2020. Or, 2020 est l’année de la prochaine élection présidentielle aux États-Unis. Donald Trump pourrait tenter de se faire réélire, et l’ALÉNA serait à nouveau un enjeu électoral, comme en 2016.


Le protectionnisme progresse aux États-Unis, en premier lieu sous la précédente administration Obama. Aussi, le prochain candidat démocrate aura lui aussi selon toute vraisemblance un discours protectionniste.


Ce qui ne laisse rien présager de bon pour l’ALÉNA. Voilà pourquoi Ottawa aurait tout intérêt à renégocier l’accord rapidement, et ce, dans le meilleur intérêt des Canadiens.


C’est d'ailleurs l’ex-ambassadeur américain à Ottawa, Bruce Heyman, qui a donné ce conseil au gouvernement canadien lors d’un entretien exclusif à Les Affaires au début de l'été.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Tarifs douaniers ou pas, Trudeau pourrait signer l'AEUMC

Il rappelle que le Canada souhaite toujours que ces droits de douane soient levés avant l'entrée en vigueur du traité.

Trump «pas toujours évident» pour le Premier ministre canadien

22/10/2018 | AFP

«Mon job, c'est de m'assurer de bien défendre l'intérêt des Canadiens», a dit M. Trudeau à Tout le monde en parle.

À la une

Voici comment l’IA aide à soigner la maladie d’Alzheimer

Il y a 25 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. Facebook utilise l’IA pour identifier des chats dans les images. Arctic Fox AI repère les maladies du cerveau.

En quoi #MoiAussi concerne aussi les conseils d’administration

BLOGUE INVITÉ. Voici des actions concrètes que les CA de PME peuvent poser pour gérer les risques de harcèlement.

Anfibio chausse une nouvelle génération

15/11/2018 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Cinquante ans après sa création, la PME ouvrira son premier atelier-boutique.