Pourrez-vous survivre à la nouvelle concurrence chinoise?

Publié le 21/10/2017 à 12:30, mis à jour le 21/10/2017 à 17:53

Pourrez-vous survivre à la nouvelle concurrence chinoise?

Publié le 21/10/2017 à 12:30, mis à jour le 21/10/2017 à 17:53

Par François Normand

Source photo: 123rf.com

ANALYSE GÉOPOLITIQUE – La nouvelle est passée sous le radar ici. Pourtant, elle risque d’avoir un impact majeur sur les entreprises canadiennes. La Chine veut créer des sociétés d’État (State-owned enterprises) plus grosses, plus puissances et plus efficaces, qui partiront à la conquête du monde.


Les autorités chinoises en ont fait l’annonce cette semaine lors du 19e congrès du parti communiste chinois (PCC), qui s’est ouvert le 18 octobre à Pékin (et qui dure environ une semaine).


Au terme de ce congrès, le président Xi Jinping sera confirmé dans ses fonctions pour un deuxième mandat de 5 ans. On saura aussi qu’elle sera la composition du prochain bureau politique qui dirigera la Chine d’ici 2022.


Le gouvernement chinois veut atteindre deux objectifs en réformant les SOE, rapporte le China Daily, un quotidien chinois anglophone appartenant au parti communiste.


- Pékin veut créer des sociétés d’État capable de rivaliser avec les meilleures entreprises dans le monde.


- Pékin veut réduire graduellement les surcapacités de production dans les secteurs surchauffés de l’économie chinoise.


Une meilleure innovation scientifique et technologique


Les SOE devront notamment se démarquer dans l’innovation scientifique et technologique, souligne le China Daily.


Par exemple, la China Aerospace Science and Industry Corporation (CASIC), la plus grosse société d’État chinoise dans le secteur des hautes technologies, utilisera son expertise web pour le développement d’applications industrielles afin d’améliorer le «manufacturier intelligent».


Elle le fera grâce aux mégadonnées, à l’intelligence artificielle ainsi qu’à l’informatique en nuage.


Les SOE chinoises ont déjà une présence importante à l’étranger, où elles gèrent des actifs de 906 milliards de dollars américains, selon l’agence Reuters - ils s’élèvent à 8 310 G$US si l'on inclut la Chine.


Ces entreprises sont par exemple très impliquées dans les projets de «routes de la soie» afin de relier le marché chinois à ceux de l’Europe. Elles sont aussi actives dans la construction de ports pour renforcer les routes maritimes de la Chine.


Dans les prochaines années, les sociétés d’État chinoises seront donc de plus en plus présentes dans les marchés émergents, mais aussi dans les pays développés. Les entreprises canadiennes sentiront davantage leur concurrence à l’étranger, mais aussi au Canada.


De plus, Ottawa et Pékin sont en train de négocier un accord de libre-échange qui ouvrira à terme davantage le marché canadien aux SOE chinoises.


Le Made in China 2025


La volonté de Pékin de créer des sociétés d’État plus dynamiques et redoutables survient alors que la Chine est déjà en train de déployer une politique qui renforcera la concurrence chinoise dans le secteur manufacturier.


Il s’agit du Made in China 2025, lancée en 2015.


Cette politique vise à faire de la Chine LA puissance manufacturière mondiale en 2049 en termes de qualité, année où le pays célébrera le centenaire de la fondation de la Chine communiste.


Dix secteurs sont prioritaires aux yeux du gouvernement :


1. Les nouvelles technologies de l'information avancées


2. Les machines automatisées et la robotique


3. Le matériel aérospatial et aéronautique


4. Le matériel maritime et le transport de haute technologie


5. Les équipements de transport ferroviaire moderne


6. Les véhicules et les équipements électriques


7. Les équipements de production d'énergie


8. Le matériel agricole


9. Les nouveaux matériaux


10. La biopharmaceutique et les produits médicaux avancés


Les entreprises occidentales ont commencé à ressentir la première vague de la concurrence chinoise amorcée dans les années 1990. Elle a fait très mal. Les cimetières sont remplis d’entreprises qui n’ont pas su s’adapter.


La politique du Made in China accentuera à terme la concurrence chinoise dans le secteur manufacturier, car elle vise les produits à valeur ajoutée.


Et, cette semaine, Pékin vient d’en rajouter une couche avec sa volonté de créer des sociétés d’État plus grosses, plus puissances et plus efficaces.


Les entreprises canadiennes sentiront l’onde de choc.


Et peut-être bien davantage que dans les années 1990.


Sauront-elles d’adapter?


 

À suivre dans cette section

Le Québec en bref
Édition du 13 Janvier 2018 | Les Affaires

image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

10 choses à savoir jeudi

Qui va racheter Tesla? Le yuan remplace le dollar US auprès des banques, ce soulier Adidas prend le métro gratuitement.

Minerais critiques : une politique « America First »

10/01/2018 |

Si le président des États-Unis Donald Trump souhaite accroître la souveraineté ...

À la une

Les 10 commandements

Édition du 13 Janvier 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Ça y est, nous y sommes de nouveau. La période des REER est en marche. Dans quoi devrait-on investir?

Le truc parfait pour doubler le taux d'ouverture de vos courriels

Il y a 15 minutes | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Une astuce infaillible, mais qui demande du courage...

Irosoft de nouveau start-up dans l'âme

15:02 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Après 22 ans d'existence, Irosoft s'est remis en mode «startup» pour grossir à l'international.