Stingray veut voir Ottawa réformer la fiscalité comme aux États-Unis

Publié le 08/02/2018 à 14:44

Stingray veut voir Ottawa réformer la fiscalité comme aux États-Unis

Publié le 08/02/2018 à 14:44

Par La Presse Canadienne

En pleine croissance aux États-Unis ainsi qu'à l'international, Groupe Stingray Digital se réjouit de l'entrée en vigueur de la réforme fiscale au sud de la frontière et espère qu'elle incitera le gouvernement Trudeau à emboîter le pas.


Dans le cadre des changements entérinés par l'administration Trump, le taux d'imposition fédéral des entreprises a reculé à 21 pour cent, comparativement à 35 pour cent précédemment.


«C'est très positif pour nos activités aux États-Unis et cela met une pression sur le Canada afin de demeurer concurrentiel», a estimé le président et chef de la direction de Stingray, Éric Boyko, jeudi, au cours d'un entretien téléphonique en marge du dévoilement des résultats du troisième trimestre.


Le fournisseur québécois de services musicaux n'a pas inscrit de charge non récurrente liée à la réforme fiscale américaine ou chiffré les économies d'impôt qui pourraient être réalisées.


Au troisième trimestre, les revenus générés aux États-Unis ont bondi de 61,4 pour cent pour atteindre 6,6 millions $, ce qui représente 20 pour cent du chiffre d'affaires de l'entreprise qui a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal.


Selon M. Boyko, il sera difficile pour le gouvernement Trudeau de rester les bras croisés en matière de fiscalité pour les entreprises. Autrement, plusieurs dirigeants de sociétés canadiennes pourraient commencer à se «poser des questions».


Au Canada, en moyenne, le taux d'imposition combiné pour les sociétés est d'environ 26,8 pour cent.


Sans évoquer la possibilité d'un déménagement, le grand patron de Stingray a rappelé qu'à l'instar des États-Unis, d'autres juridictions avaient également décidé de réduire le taux d'imposition des sociétés.


«Plus les compagnies québécoises et canadiennes vont vendre à l'extérieur et à l'international, moins elles vont être dépendantes du Canada et se poser des questions sur leurs stratégies fiscales si rien ne change», a estimé M. Boyko.


Pour le troisième trimestre terminé le 31 décembre, Stingray a vu son bénéfice net plonger de 72,3 pour cent, à 737 000 $, ou un cent par action. La compagnie a notamment attribué ce résultat à une charge de 1,6 million $ en frais juridiques découlant d'un litige avec Music Choice.


Lire Le bénéfice de Stingray plonge à 737 000 $ au troisième trimestre


Cette performance trimestrielle a en partie répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit ajusté par action de 12 cents et sur des revenus de 33,09 millions $. 


Stingray, qui se garde un minimum de 25 millions $ pour des acquisitions, a allongé 42 millions $ au cours de l'année civile 2017 pour acheter d'autres compagnies. L'entreprise aimerait que ce montant atteigne 50 millions $ cette année.


«L'objectif de la récente ronde de financement de 45 millions $ visait à doubler notre vitesse de croisière en matière d'acquisitions, a dit M. Boyko. On aimerait atteindre 50 millions $, mais nous continuons de donner une prévision prudente d'au moins 25 millions $.»


Stingray a par ailleurs relevé de 10 pour cent son dividende trimestriel, qui atteint 5,5 cents par action. Il s'agit d'une sixième augmentation depuis l'inscription de l'entreprise à la Bourse de Toronto.


Sur le parquet de Bay Street, le titre de Stingray prenait 13 cents pour se négocier à 9,99 $ en après-midi.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

À la une

La polémique du pourboire partagé entre serveurs et cuisiniers

Il y a 51 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Restaurateurs et syndicats s'affrontent de nouveau sur la question. Et si on supprimait le pourboire?

Banques: un dernier hourra au premier trimestre?

Il y a 32 minutes | Dominique Beauchamp

Difficile de dire si les résultats trimestriels des banques serviront d’étincelle pour leurs titres ...

Attirer des jeunes fonctionnaires avec des bureaux neufs, vraiment?

Il y a 47 minutes | Simon De Baene

BLOGUE INVITÉ. Québec investit 20M par année pour rénover ses bureaux. Les milléniaux sont jeunes, mais pas dupes.