Stingray veut voir Ottawa réformer la fiscalité comme aux États-Unis

Publié le 08/02/2018 à 14:44

Stingray veut voir Ottawa réformer la fiscalité comme aux États-Unis

Publié le 08/02/2018 à 14:44

Par La Presse Canadienne

En pleine croissance aux États-Unis ainsi qu'à l'international, Groupe Stingray Digital se réjouit de l'entrée en vigueur de la réforme fiscale au sud de la frontière et espère qu'elle incitera le gouvernement Trudeau à emboîter le pas.


Dans le cadre des changements entérinés par l'administration Trump, le taux d'imposition fédéral des entreprises a reculé à 21 pour cent, comparativement à 35 pour cent précédemment.


«C'est très positif pour nos activités aux États-Unis et cela met une pression sur le Canada afin de demeurer concurrentiel», a estimé le président et chef de la direction de Stingray, Éric Boyko, jeudi, au cours d'un entretien téléphonique en marge du dévoilement des résultats du troisième trimestre.


Le fournisseur québécois de services musicaux n'a pas inscrit de charge non récurrente liée à la réforme fiscale américaine ou chiffré les économies d'impôt qui pourraient être réalisées.


Au troisième trimestre, les revenus générés aux États-Unis ont bondi de 61,4 pour cent pour atteindre 6,6 millions $, ce qui représente 20 pour cent du chiffre d'affaires de l'entreprise qui a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal.


Selon M. Boyko, il sera difficile pour le gouvernement Trudeau de rester les bras croisés en matière de fiscalité pour les entreprises. Autrement, plusieurs dirigeants de sociétés canadiennes pourraient commencer à se «poser des questions».


Au Canada, en moyenne, le taux d'imposition combiné pour les sociétés est d'environ 26,8 pour cent.


Sans évoquer la possibilité d'un déménagement, le grand patron de Stingray a rappelé qu'à l'instar des États-Unis, d'autres juridictions avaient également décidé de réduire le taux d'imposition des sociétés.


«Plus les compagnies québécoises et canadiennes vont vendre à l'extérieur et à l'international, moins elles vont être dépendantes du Canada et se poser des questions sur leurs stratégies fiscales si rien ne change», a estimé M. Boyko.


Pour le troisième trimestre terminé le 31 décembre, Stingray a vu son bénéfice net plonger de 72,3 pour cent, à 737 000 $, ou un cent par action. La compagnie a notamment attribué ce résultat à une charge de 1,6 million $ en frais juridiques découlant d'un litige avec Music Choice.


Lire Le bénéfice de Stingray plonge à 737 000 $ au troisième trimestre


Cette performance trimestrielle a en partie répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit ajusté par action de 12 cents et sur des revenus de 33,09 millions $. 


Stingray, qui se garde un minimum de 25 millions $ pour des acquisitions, a allongé 42 millions $ au cours de l'année civile 2017 pour acheter d'autres compagnies. L'entreprise aimerait que ce montant atteigne 50 millions $ cette année.


«L'objectif de la récente ronde de financement de 45 millions $ visait à doubler notre vitesse de croisière en matière d'acquisitions, a dit M. Boyko. On aimerait atteindre 50 millions $, mais nous continuons de donner une prévision prudente d'au moins 25 millions $.»


Stingray a par ailleurs relevé de 10 pour cent son dividende trimestriel, qui atteint 5,5 cents par action. Il s'agit d'une sixième augmentation depuis l'inscription de l'entreprise à la Bourse de Toronto.


Sur le parquet de Bay Street, le titre de Stingray prenait 13 cents pour se négocier à 9,99 $ en après-midi.


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: Power Corp., Fiera et Stingray

26/03/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Power Corp., Fiera et Stingray?

Denis Coderre la nouvelle corde de Stingray

23/03/2018 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

L'ex maire de Montréal Denis Coderre est nommé conseiller en matière de stratégie commerciale

À la une

Il pleut de l'argent sur les développeurs blockchain

BLOGUE. C'est la chasse aux talents dans la jungle des technologies décentralisées, avec la grosse artillerie salariale.

Joëlle Pineau: «les machines doivent prendre des décisions»

En direct de C2 Montréal, la directrice du labo Facebook en IA évoque ses travaux sur de nouvelles applications.

C2 Montréal: l'atelier où j'ai cocréé une course ultra en Haïti

BLOGUE. Comment j'ai appliqué le design thinking à l'humanitaire, aux côtés du comédien Patrick Hivon.