Comment Trump a contrecarré une stratégie de placement à la mode

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Novembre 2016

Comment Trump a contrecarré une stratégie de placement à la mode

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Novembre 2016

[Photo: 123rf.com]

Il profite de l'appréciation des Bourses tout en limitant au maximum la volatilité: n'est-ce pas là le produit idéal à vendre aux investisseurs qui souffrent encore de la crise financière de 2008? Les fonds négociés en Bourse (FNB) à volatilité réduite ont cumulé pour plus de 50 milliards de dollars américains d'actifs au cours des cinq dernières années. De récents événements, dont l'élection de Donald Trump, ont cependant brisé leurs belles promesses et risquent de désillusionner ceux qui ont recherché la sécurité à tout prix.


Le pire début d'année de l'histoire en Bourse, jumelé à un contexte d'incertitude politique alimentée par le référendum sur le Brexit et les élections américaines, a incité les investisseurs à se ruer sur les FNB à faible volatilité dans la première moitié de 2016. Le vent a toutefois tourné de façon abrupte au cours des derniers mois.


L'iShares Edge MSCI Min Volatility (EEMV), un des principaux outils qui appliquent cette stratégie, a subi il y a quelques jours un retrait net de 300 millions de dollars américains en une seule journée, le pire de son histoire selon Bloomberg. D'autres poids lourds parmi les FNB de ce type, comme le PowerShares S&P 500 Low Volatility Portfolio ETF (SPLV), ont aussi enregistré des sorties de fonds notables depuis le début du quatrième trimestre.


Le vote en faveur du Brexit est le premier événement qui a stoppé l'élan des fonds à faible volatilité, estime Eric Balchunas, analyste spécialisé en FNB chez Bloomberg. Comme les marchés ont vite récupéré les lourdes pertes qui ont suivi le scrutin, certains investisseurs semblent avoir remis en question la nécessité de jouer de façon défensive.


En toile de fond, un changement de perception des investisseurs peut aussi expliquer la baisse de popularité de la stratégie de la volatilité réduite. L'anticipation d'une faible croissance économique et de la déflation qui prévalait dans la première moitié de 2016 avaient contribué à la popularité de ces fonds. Les investisseurs ont cependant commencé à changer leur fusil d'épaule en août, misant dorénavant sur un retour de l'inflation et la remontée des taux d'intérêt.


La victoire-surprise de Donald Trump lors de l'élection présidentielle américaine est venue porter un autre dur coup aux fonds à volatilité réduite. Les investisseurs se sont rapidement positionnés pour la Trumpflation, une période caractérisée par une augmentation marquée de l'endettement et des baisses d'impôts prononcées, deux facteurs jugés favorables à l'inflation.


Leur popularité les rend vulnérables à une correction


D'autres raisons ont incité les investisseurs à remettre en question la stratégie axée sur la faible volatilité cet automne. Dans la première moitié de l'année, les FNB de cette catégorie ont enregistré une performance nettement supérieure à l'indice S&P 500. À la fin de septembre 2016, le FNB PowerShares S&P 500 high dividend Low volatility (SPHD) affichait un rendement de 19,6 %, près de trois fois supérieur à celui de 6,9 % du FNB qui reproduit l'indice phare américain, le Spider S&P 500.


C'est le monde à l'envers. La théorie de la finance repose sur l'idée que les investisseurs sont récompensés en fonction du risque qu'ils prennent. Mais voilà que les fonds à faible volatilité ont affiché des rendements supérieurs parce qu'ils promettent d'exposer l'investisseur... à un risque moindre.


La surperformance de ces FNB par rapport au S&P 500 en 2016 semble aussi avoir attiré les chasseurs de rendement. Ces spéculateurs peuvent vendre aussi vite qu'ils achètent, en fonction des tendances du marché.


Voilà un autre bon exemple illustrant qu'il faut se méfier des placements à la mode, leur popularité les rendant plus susceptibles de connaître une correction. Particulièrement s'ils se vendent à prime par rapport au marché dans son ensemble.


C'est justement le cas de ces FNB. L'afflux massif de capitaux dans les fonds à faible volatilité et les fonds à rendement du dividende élevé a contribué à gonfler l'évaluation des placements privilégiés par ces stratégies. Les titres à faible bêta (une mesure de la volatilité) se négociaient au début de l'automne à leur valorisation la plus élevée des 25 dernières années, écrivait le magazine Institutional Investors. On retrouve d'ailleurs souvent les mêmes titres dans ces deux catégories de fonds, dont les fournisseurs de services aux collectivités, les télécoms, les banques et les fiducies de placement immobilier.


La nécessité de bien comprendre les produits


Il y a plusieurs leçons à tirer des récents déboires des fonds à faible volatilité. Une fois de plus, de nombreux investisseurs se sont laissé séduire par le marketing et ont placé de l'argent dans ces produits sans en connaître tous les tenants et aboutissants.


En fait, même les experts ne savent pas exactement à quoi s'attendre de ces fonds. «Il est difficile d'évaluer la performance des stratégies à bêta intelligent [dont font partie les fonds à faible volatilité] parce qu'il n'y a pas d'attentes claires en ce qui a trait à la façon dont ces fonds devraient se comporter», écrivait il y a quelques semaines le cabinet de recherche et d'analyse financière américain Markov Processes International.


Or, les événements récents montrent que les FNB à volatilité réduite sont vulnérables aux chocs de taux d'intérêt qui surviennent sur une courte période. Il faut aussi garder en tête que les titres de nature plus défensive affichent une performance inférieure au marché dans son ensemble lors de périodes où les taux d'intérêt montent.


En investissant dans les FNB à faible volatilité, certains investisseurs se surexposent par ailleurs à certains secteurs, comme celui des services aux collectivités, une fois combinés aux autres fonds qu'ils possèdent, tel celui qui reproduit l'indice S&P 500.


Il est compréhensible que des investisseurs cherchent à se prémunir contre l'inévitable volatilité des marchés, particulièrement dans le contexte stressant que nous avons connu cette année. Mais en cherchant à tout prix à protéger leur portefeuille des chocs potentiels, ces investisseurs deviennent au contraire plus vulnérables.

À propos de ce blogue

Après près de 16 années passées au journal Les Affaires, dernièrement en tant que chef de publication pour lesaffaires.com, Yannick Clérouin a rejoint en mars 2018 la société de gestion de portefeuilles Medici.

Yannick Clérouin

Sur le même sujet

Donald Trump en cohabitation explosive avec les démocrates

07/11/2018 | AFP

Donald Trump devra composer avec une majorité démocrate à la Chambre des représentants.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

02/11/2018 | lesaffaires.com

Donald Trump aurait demandé à des membres de son cabinet de travailler sur un accord commercial avec la Chine.