Un déluge de dividendes

Publié le 30/11/2012 à 09:44, mis à jour le 01/12/2012 à 09:22

Un déluge de dividendes

Publié le 30/11/2012 à 09:44, mis à jour le 01/12/2012 à 09:22

© Fimkajane | Dreamstime.com

BLOGUE. 


Nous sommes témoins de plus en plus d'annonces de dividende spécial du côté des actions américaines. L'une de nos petites banques, Access National (ANCX-Q), vient de déclarer un dividende de 70 cents par action, en sus du dividende régulier de 32 cents.


La raison évoquée pour ce versement ne peut être plus claire, telle que dictée par son président, M. Clarke : 


''Sous les lois actuelles, les investisseurs feront face à une augmentation significative de l'impôt fédéral sur les dividendes en 2013, à la hauteur de 43.4%. En agissant maintenant, avant la fin de l'année 2012, nous avons la certitude que nos actionnaires bénéficieront du taux moins élevé actuel, qui se situe à 15% dans la majorité des cas.''

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont analystes financiers et propriétaires de Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

La carte de crédit d'Obama refusée dans un restaurant new-yorkais

17/10/2014 | AFP

"Heureusement, Michelle avait la sienne !": Barack Obama a raconté vendredi comment sa carte de crédit ...

Ukraine: Obama annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

11/09/2014 | AFP

Barack Obama a annoncé des sanctions contre la Russie dans les secteurs de la finance, de l'énergie et de la défense.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Le grand art de commettre des erreurs en Bourse

Édition du 01 Novembre 2014 | Bernard Mooney

BLOGUE. Au début d'octobre, Warren Buffett, président de Berkshire Hathaway, a admis sur les ondes de la chaîne ...

Bombardier: on verra mieux en 2016

30/10/2014 | François Pouliot

BLOGUE. Meilleurs résultats que prévu, chez Bombardier. Décollage en vue?

La courbe des taux est favorable aux actions

Lorsque les taux à long terme baissent plus vite que les taux à court terme, le S&P 500 s'apprécie 92 % du temps