La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Publié le 06/03/2017 à 10:21, mis à jour le 06/03/2017 à 15:52

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Publié le 06/03/2017 à 10:21, mis à jour le 06/03/2017 à 15:52

J'avais pris cette photo tout juste avant de partir, le soir, lors de ma dernière journée de travail en tant que journaliste à Les Affaires, le 1er avril 2016.

NDLR. Voici le dernier blogue De zéro à un million de Julien Brault, Hardbacon ayant choisi une orientation qui diffère de notre approche éditoriale.


C’est la troisième fois que je dis au revoir à mon blogue sur Les Affaires.


Les deux premières fois, c’était parce que j’avais accepté un emploi ailleurs. Cette fois, cependant, c’est parce que nous avons décidé d'y mettre un terme en raison de l'orientation très critique de Hardbacon à l'égard des conseillers financiers.


Je suis déçu, mais en même temps, cette chronique hebdomadaire sur mon parcours entrepreneurial était parfois lourde à entretenir. En fait, si on ne m’avait pas remercié, j’aurais probablement ralenti ma cadence de publication sur ce blogue.


En faisant une petite recherche, je dénombre 960 articles et billets de blogue portant ma signature sur LesAffaires.com. Inutile de vous dire je ne vais pas arrêter d’écrire aujourd’hui.


La fin de ce blogue me donnera plus de temps pour écrire des articles sur Hardbacon et pour bâtir le cours sur l'investissement qui m'a valu 33 242$ en contributions sur Ulule. Après tout, même si je suis passionné d’entrepreneuriat, le sujet de ce blogue a peu à voir avec la mission de ma start-up.


Comme je l'ai écrit dans un précédent billet de blogue, j'estime que ça fait partie des tâches d'un entrepreneur, dans à peu près tous les secteurs (sauf peut-être celui de l'enfouissement de déchets), d'aller chercher un maximum de visibilité.


Je suis conscient que ce n'est pas donné à tous les entrepreneurs d'entretenir un blogue sur Les Affaires, et il va sans dire que ça été un grand avantage pour moi.


Je ne vois toutefois pas la fin prématurée de ce blogue comme un revers, bien au contraire. Ça me permettra d'explorer d'autres moyens d'aller chercher de la visibilité auprès d'autres audiences, notamment au Canada anglais. Bref, je vois ça comme une occasion.


C'est d'ailleurs l'avantage des start-ups par rapport aux grandes organisations. Elles prospèrent généralement dans un environnement incertain et ont beaucoup plus à gagner qu'à perdre. 


Un million de chiffre d'affaires


Dans le billet inaugural de ce blogue, en juin 2016, je vous ai fait la promesse de vous tenir au courant des mes progrès jusqu’à ce que Hardbacon génère un revenu annuel d’un million de dollars. Je n’ai qu’une parole, alors, je vais continuer à vous partager mes bons coups, mes déboires et mes métriques de croissances directement sur le magazine de Hardbacon. Je vais toutefois me limiter à une mise à jour de la sorte par mois.


En terminant, je tiens à vous remercier du fond du coeur de m’avoir suivi durant toutes ces années! C’est vous qui avez rendu mon travail de blogueur intéressant. Vous m’avez suggéré des idées et n’avez jamais hésité à remettre en question mes propos. C’est grâce à vous si j’ai autant appris à Les Affaires. J’ai aussi appris en côtoyant des journalistes exceptionnels et en interviewant des entrepreneurs non moins exceptionnels.


Je pense que j’ai au moins autant appris à Les Affaires que si j’étais aller faire un MBA à la place. Et maintenant, c’est le temps pour moi de quitter l’école pour aller faire ce que j’ai appris dans le monde réel. Je le fais déjà depuis six mois, mais aujourd’hui, c’est le jour où je gradue officiellement. Merci Les Affaires! Merci pour tout!


Principales réalisations:



Mesures de croissance:



  • Revenus (incluant les pré-commandes) : 2260 $ (total: 37 472,50$, croissance: 6%)

  • Nouveaux abonnés à l’infolettre : 14 (total: 5306, croissance: 0%)

  • Nouveaux abonnés sur Instagram : 79 (total: 2101, croissance: 4%)

  • Nouveaux J’aime sur Facebook : 22 (total: 3119, croissance: 1%)

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Cinq expatriés saluent la culture entrepreneuriale du Québec

Édition du 09 Décembre 2017 | Matthieu Charest

Selon l'indice entrepreneurial du Réseau M, 17,5 % des immigrants ont déjà entamé des démarches ...

Rien à perdre, tout à apprendre

Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne

Le gouvernement québécois a beaucoup mis l'accent sur la promotion de l'entrepreneuriat auprès des jeunes ces ...

Blogues similaires

Les pénuries de travailleurs sont réelles et vont s'aggraver

Édition du 09 Décembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Il ne se passe plus une seule journée sans qu'on fasse état de pénuries de travailleurs partout au Québec ...

Tout ce que vous ignorez sur Louis Roy, PDG canadien 2017

08/12/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. Optel croît à un rythme débridé. De quoi clouer le bec aux sceptiques de la rentabilité des valeurs sociétales.

Comment pouvez-vous gagner en souplesse mentale?

Mis à jour à 06:25 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que la souplesse permet d'accomplir des prouesses, selon l'expert en psychologie positive Tal Ben-Shahar.