Usine alimentaire : 5 bonnes pratiques pour moderniser sans risque de contamination

Publié le 04/01/2018 à 09:44

Usine alimentaire : 5 bonnes pratiques pour moderniser sans risque de contamination

Publié le 04/01/2018 à 09:44

Moderniser une usine alimentaire tout en poursuivant la production est loin d’être une sinécure. Il faut à tout prix éviter les risques de contamination provenant des pathogènes extérieurs. Commence alors un branle-bas de combat qui doit absolument faire l’objet d’une constante communication, de la rigueur et de beaucoup de patience de la part de l’équipe de l’assurance qualité. Voici cinq bonnes pratiques dont il sera question lors de la conférence Sécurité alimentaire, présentée par les Événements Les Affaires, le 6 février prochain, à Montréal.


1- Impliquez tous les employés


Soyez conscient que votre projet en est un interdisciplinaire qui demande la collaboration de tous les employés. Autant ceux de l’usine que ceux qui procèdent aux travaux de construction. Chacun doit être conscient des précautions à prendre et des  gestes posés pendant les travaux.


2- Responsable de l’assurance qualité : communiquez !


Quelques mois avant le début des travaux, rencontrez les responsables de tous les corps de métiers. L’objectif de ces rencontres est de transmettre les bonnes pratiques qu’il faut à tout prix respecter dans une usine de fabrication alimentaire. Ces responsables doivent par la suite communiquer ces règles à leurs coéquipiers. Des formations doivent également été présentées aux employés de l’usine responsable de l’assurance-qualité, de la production, y compris de la maintenance.


3- Cartographiez le projet en zones de travaux


Identifier les projets en zones de travaux afin d’échelonner ces derniers en plusieurs étapes pour faciliter le contrôle de l’assurance-qualité. Quelles sont les étapes à prioriser ? Quels seront les mouvements et déplacements des employés des travaux que vont impliquer chaque étape ? Quels seront les tests à prévoir pendant chacune des étapes. Le plan doit être le plus précis possible.


Sécurité alimentaire


4- Limitez les va-et-vient


Établissez des procédures de déplacements en commençant par limiter les va-et-vient à l’intérieur de l’usine. Par exemple, déterminez des accès limités aux employés menant les travaux de construction. Faites installer des toilettes portatives ainsi que des roulottes de chantier à l’extérieur. Les employés de construction doivent également laver leurs bottes, porter un sarrau, y compris un filet à barbe si nécessaire.


5- Inspectez régulièrement


Il va de soi que des tests de qualité doivent être tenus de façon régulière en fonction des travaux réalisés. Par exemple, des tests de la qualité de l’air devraient avoir lieu chaque fois qu’il y a des travaux de sciage de béton. Il faut également demeurer aux aguets et intervenir régulièrement pour s’assurer que les règles sont respectées. Chaque matin, l’équipe de l’assurance-qualité a intérêt à faire une inspection des lieux des travaux qui sont à l’horaire de la journée afin de s’assurer que tout est en règle.


 


À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Notre mission : vous présenter des idées concrètes afin de vous aider dans votre réflexion et répondre à certaines de vos préoccupations d'affaires.

Sur le même sujet

Pharmaprix se lance dans la vente de fruits et légumes

10/08/2018 | Martin Jolicoeur

La torontoise poursuit sa transformation vers un modèle qui se rapproche de plus en plus de l'épicerie.

Voici comment «acheter canadien» à l'épicerie

Apporter son patriotisme au supermarché est plus facile à dire qu'à faire. Voici un petit guide pratique.