«Vivendi est avant tout un concurrent pour Ubisoft»

Publié le 11/09/2017 à 14:04

«Vivendi est avant tout un concurrent pour Ubisoft»

Publié le 11/09/2017 à 14:04

 Yves Guillemot le PDG d'Ubisoft, appelle Vivendi, premier actionnaire (27%) de l'éditeur de jeu vidéo avec qui il est en désaccord, à «se comporter en actionnaire responsable», dans un entretien avec Les Échos publié lundi.


Il demande au groupe dirigé par Vincent Bolloré de ne pas entraver le développement du groupe en bloquant des résolutions soumises lors de l'assemblée générale d'Ubisoft prévue le 22 septembre, notamment celles concernant des plans de rémunération destinés aux talents du groupe.


«Ubisoft n'est pas un jouet, mais une équipe olympique. Quand les collaborateurs se dépassent pour faire les meilleurs jeux de l'industrie, ils doivent être associés aux performances à moyen et long terme de l'entreprise», relève-t-il. 


A l'assemblée générale 2016, Vivendi s'était abstenu de voter les résolutions proposées par la direction d'Ubisoft, empêchant la mise en place de plans d'actions et d'autres éléments de rémunération pour certains salariés.



« Nous ne nous parlons pas »


«Nous ne nous parlons pas. Nous attendons toujours la réponse au courrier envoyé il y a plus d'un an, pour qu'ils nous précisent les synergies qu'ils disent imaginer. Vivendi est avant tout un concurrent pour Ubisoft, notamment dans la guerre des talents, le jeu sur mobile, le cinéma, etc.», a insisté Yves Guillemot.


Ubisoft va soumettre à nouveau cette année ces plans parmi d'autres résolutions extraordinaires, qui doivent être adoptées à plus des deux tiers des voix, et qui pourraient être mises en échec Si Vivendi s'abstenait.


Vivendi, qui s'est emparé de l'éditeur de jeux mobiles Gameloft (fondé par la famille Guillemot) à l'issue d'une OPA, contrôle quelque 27% du capital d'Ubisoft, et souhaite renforcer son activité de jeu vidéo.


La direction d'Ubisoft, qui a qualifié la montée au capital par Vivendi d'«hostile» est opposée à tout rapprochement avec le géant des médias et cherche à empêcher une prise de contrôle rampante ou une OPA du groupe de Vincent Bolloré.



« La réputation de Vivendi dans les conseils d'administration n'est pas exemplaire »


À l'AG du 22 septembre Ubisoft soumettra aussi au vote la nomination de deux administratrices indépendantes mais a refusé d'accorder un siège à son conseil d'administration à Vivendi.


«Nous considérons (Vivendi) comme un concurrent. De plus, la réputation de Vivendi dans les conseils d'administration n'est pas exemplaire au vu de leur comportement dans le passé. Ils sont tournés vers leur intérêt», a averti Yves Guillemot.


«Je crois que nos actionnaires ont plutôt intérêt à ce qu'Ubisoft soit dirigé par l'équipe actuelle, en toute sérénité, plutôt qu'en conflit avec des membres du conseil d'administration représentant Vivendi», a-t-il poursuivi.


De son côté, Vivendi estime qu'il n'est «pas normal en termes de gouvernance» qu'il n'ait pas de représentant au conseil d'administration d'Ubisoft, dont il est le premier actionnaire, a indiqué Stéphane Roussel, chargé de la stratégie jeu vidéo du géant des médias.




image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Ubisoft: Vivendi laisse planer le doute sur ses intentions

22/09/2017 | AFP

La partie de bras de fer entre Ubisoft et Vivendi se poursuit.

Vivendi estime anormal de ne pas siéger au CA d'Ubisoft

06/09/2017 | AFP

La direction d'Ubisoft cherche à empêcher une prise de contrôle du groupe de Vincent Bolloré.

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

25/09/2017 | Denis Lalonde

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Sans le savoir, ce PDG québécois vient de se lancer un ultimatum

Édition du 16 Septembre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. J'ai une suggestion pour le patron de ProMetic, qui juge son entreprise sous-évaluée...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

25/09/2017 | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.