Marie-Josée Lamothe, de L'Oréal à Google

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Marie-Josée Lamothe, de L'Oréal à Google

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Par Pierre Théroux

Sur YouTube, « le consommateur a des années d’avance sur les marques », estime Marie-Josée Lamothe, qui a passé près de 20 ans dans l’industrie des produits de beauté, notamment chez L’Oréal, avant de devenir directrice générale de Google Québec.

Quand Marie-Josée Lamothe a quitté L’Oréal Canada, le 28 février dernier, son téléphone n’a pas mis de temps à sonner. Au bout du fil, Google Canada, qui souhaitait mettre à profit son expertise en marketing pour inviter les entreprises à englober le Web dans leurs stratégies de commercialisation.


« Mon départ de L’Oréal était prévu depuis un certain temps déjà. J’avais envie de renouveau, avec un projet entrepreneurial en tête », souligne-t-elle. Marie-Josée Lamothe, qui dirigeait le développement marketing des quelque 30 marques de L’Oréal au Canada, souhaitait faire sa propre marque en aidant les entreprises à prendre le virage du commerce électronique. Google lui a plutôt offert de réaliser son projet au sein même de son organisation.


Marie-Josée Lamothe a passé près de 20 ans dans l’industrie des produits de beauté. D’abord chez Clairol, puis pendant une douzaine d’années au sein du Groupe L’Oréal, initialement à Paris puis à Montréal, où elle a gravi les échelons jusqu’à prendre, à l’automne 2010, les rênes de l’ensemble des activités marketing d’un portefeuille qui compte entre autres les marques Maybelline New York, Ombrelle, Giorgio Armani, Redken et Garnier. L’ancienne chef de la direction, marketing et communications corporatives de L’Oréal Canada a notamment revu les plans marketing de ce leader du secteur de la beauté pour accentuer sa présence sur les réseaux sociaux et sur les sites transactionnels.


Aujourd’hui, l’experte en branding de produits de beauté élargit sa palette. « Je ne suis pas une fille de techno, et on ne s’attend pas à ce que je le devienne. Mon rôle en est toujours un de marketeur, mais pour permettre aux entreprises, aux marques d’utiliser les nouvelles technologies numériques pour communiquer leur message plus efficacement », explique Mme Lamothe, devenue directrice générale, stratégie de marque de Google Canada et directrice générale de Google Québec.


Un outil de communication qui permet d’amplifier les messages


Dès son arrivée en poste, en avril, Marie-Josée Lamothe a pris son bâton de pèlerin et parcouru le Canada à la rencontre d’agences de marketing et d’entreprises œuvrant dans les industries pharmaceutiques, de l’énergie, du tourisme, des aliments et boissons ou encore des produits de consommation. Des collègues se partagent les secteurs des technologies, de l’automobile et des institutions financières.


Google s’affaire à leur démontrer comment le Web s’avère un autre outil de communication qui leur permettrait d’amplifier et de maximiser leur message, tout en se rapprochant davantage des consommateurs. D’autant, note Mme Lamothe, que les réseaux sociaux rassemblent des gens sur des sujets d’intérêt et facilitent la communication. Comme le réseau LinkedIn et sa communauté d’affaires.


« Ce n’est plus une question de savoir si une entreprise devrait être sur le Web ou non, mais plutôt de savoir comment elle peut l’utiliser plus efficacement », dit Mme Lamothe.


Ainsi, sur le site Web d’hébergement et de partage de vidéos YouTube, celles qui appartiennent à la catégorie « How to », qui montrent par exemple des internautes en train de faire des sushis, d’installer un plancher flottant ou de réaliser mille et un autres projets, sont parmi les plus recherchées. Ces vidéos « sont partagées, suscitent des commentaires et deviennent un diffuseur de contenus faits par la communauté », souligne-t-elle.


Or, moins de 2 % des vidéos sur YouTube sont réalisées par des marques. « Le consommateur a des années d’avance sur les marques. Si j’étais une entreprise, j’aurais intérêt à faire ce genre de vidéos pour les présenter sur YouTube ou même sur mon propre site », suggère Mme Lamothe qui a été nommée Marketeur de l’année au Canada en 2012 par le magazine canadien Strategy. Elle a aussi été sélectionnée en 2012 par le Financial Post et WXN (Réseau des femmes exécutives) comme l’une des 100 femmes les plus influentes du Canada.


Le Québec est dans la mire de Google


L’avènement du numérique et des médias sociaux entraîne une révision des plans de marketing des entreprises afin de « trouver les communautés qui ont des intérêts et qui sont pertinentes pour leur marque. Il faut savoir où elles se trouvent et s’assurer d’y être présents quand elles viennent à nous », ajoute-t-elle.


Les entreprises doivent aussi les rejoindre dans les différentes plateformes utilisées par les consommateurs. « Il ne faut plus penser en silo. Un écran, c’est un écran, que ce soit la télé ou un ordinateur. » Elle cite en exemple une étude de la firme britannique Millward Brown qui montre que les Québécois se retrouvent devant un écran en moyenne 366 minutes par jour, dont 261 minutes à consulter leur téléphone intelligent, tablettes ou ordinateurs portables. Ils passent les 105 autres minutes à regarder la télévision.


Le Québec est d’ailleurs dans la mire de Google. « Il y a un grand potentiel de croissance. » L’entreprise, qui compte environ 80 employés au Québec et 500 dans l’ensemble du Canada, chercherait même à relocaliser ses bureaux montréalais. « Si tout va comme prévu, il faudra recruter du personnel et on sera à l’étroit. »


L’embauche de Marie-Josée Lamothe témoigne certainement de la volonté de Google de prendre de l’expansion au Québec et au Canada.


 

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.

Immobilier: forte activité partout au Québec

14/11/2018 | Les Affaires - JLR

Les ventes de propriétés ont fortement augmenté en octobre par rapport l'année dernière.

À surveiller: Canada Goose, Stornoway et Cineplex

Que faire avec les titres de Canada Goose, Stornoway et Cineplex?