Un leader corsé

Publié le 04/08/2011 à 11:12, mis à jour le 06/01/2012 à 12:11

Un leader corsé

Publié le 04/08/2011 à 11:12, mis à jour le 06/01/2012 à 12:11

Par Premium

Andrea Illy s'est donné pour mission de viser l'excellence. Photo : DR.

En Italie, la concurrence est féroce entre les différentes marques de café. Rencontre avec Andrea Illy, le président du réputé illy caffè, qui nous explique comment il parvient à faire mieux que survivre, prospérer.


Auteur : Ivan Carvalho | Monocle


Lorsqu’on aborde en Italie le sujet sensible des entreprises familiales, on nous renvoie automatiquement un cliché : la première génération crée, la deuxième préserve et la troisième détruit… Si Andrea Illy connaît bien ce cliché, il se fait pourtant fort de le pulvériser en moins de deux, lui qui dirige aujourd’hui le groupe illy, né d’une petite boutique de torréfaction fondée à Trieste en 1933 par son grand-père hongrois.


«Comme dirigeant d’une entreprise familiale, on incarne la marque, surtout lorsque l’entrepise a pris le nom de la famille. À ce titre, on reçoit un héritage, un savoir-faire qu’on s’attache à préserver et transmettre aux générations suivantes», explique-t-il, assis à son bureau garni de bois, juste en face d’un portrait de son défunt père, Ernesto Illy.


En dépit du poids des responsabilités qui pèse lourdement sur ses épaules, Andrea a appris, au fil des années, à ne pas microgérer, c’est-à-dire à ne pas se soucier du moindre détail. «Nous voulons rester une entreprise familiale, mais sans tomber dans le travers de paternalisme. En fait, nous essayons de combiner une gestion familiale à celle de toute entreprise cotée en Bourse», dit-il.


En vertu de cette approche, Andrea Illy se doit d’accorder sa confiance à ceux qui ne portent pas son nom de famille, pour diriger au mieux une firme qui emploie quelque 800 personnes et génère des revenus annuels frôlant les 300 millions d’euros (410 millions de dollars). «Je dois pouvoir compter sur des collègues motivés, qui se sentent très impliqués dans mon projet, et qui y adhèrent à fond», souligne-t-il.


Ainsi, l’équipe de direction d’illy jouit d’une grande marge de manoeuvre. «Nous avons apporté un gigantesque changement l’an dernier, en confiant pour la première fois la direction générale à quelqu’un qui n’est pas de la famille. Il a pris ma place. Cela s’imposait, car je travaille le même nombre d’heures que quand j’ai commencé, il y a 20 ans, alors que l’entreprise est maintenant 10 fois plus grande et 100 fois plus complexe», illustre-t-il.


Une des grandes réalisations de la firme, qui n’apparaît pas au bilan financier, est son faible taux de roulement du personnel. «C’est que nous prônons deux valeurs fondamentales : d’une part, la passion de l’excellence; d’autre part, la volonté de bâtir quelque chose de durable», dit Andrea Illy. Aux yeux des employés, cela se traduit par la recherche continuelle d’améliorer les produits d’illy, et par suite de voir les ventes grimper. Aujourd’hui, on boit chaque jour six millions de tasses de son espresso, et ce à l’échelle mondiale.

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les vieux ratoureux qui profitent du système

BLOGUE. Pourquoi des riches arrivent à mettre la main sur une aide financière conçue pour les pauvres ?

Fonction publique: Québec supprime 1 150 postes

Québec décrète une série de mesures visant à contrôler les dépenses gouvernementales et à réduire la taille de l'État.

Frais de garde: payer 35$ est plus rentable pour certains

BLOGUE. Les ménages à faible revenu auraient intérêt à payer 35$ pour des places en garderie privée. Voici pourquoi.