Faites connaissance avec Madame Bonheur

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 25/02/2011 à 13:58

Faites connaissance avec Madame Bonheur

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 25/02/2011 à 13:58

Par Dominique Froment

Tous les gestionnaires savent que des employés heureux sont plus productifs, mais combien de patrons s'en soucient vraiment ? Martin Joyal, lui, a décidé d'aider ses employés à réaliser leur rêves. Et il a embauché une gestionnaire pour l'assister dans cette tâche. Avec des résultats étonnants !


M. Joyal a fondé, en 2001, Rapid Snack qui produit des barres de céréales. Depuis un mois, la PME de LaSalle est la seule du monde à produire des barres purs fruits, selon son président. C'est l'une de ces milliers de PME manufacturières aux emplois plutôt mal payés où l'on retrouve beaucoup de nouveaux arrivants. Les 55 employés de Rapid Snack, en l'occurrence, proviennent d'une vingtaine de pays différents.


Ces entreprises, qui représentent une véritable bouée de sauvetage pour ces personnes qui ne parlent souvent ni le français ni l'anglais, ont généralement des taux de roulement très élevé, ce qui nuit aux affaires. " En 2005, il atteignait presque 100 %. Comme notre croissance annuelle varie de 30 à 40 % depuis 10 ans, la situation devenait intenable ", explique M. Joyal, âgé de 40 ans et possédant 90 % des actions de son entreprise.


Abaisser le taux de roulement


Le vice-président, développement des affaires, s'est d'abord attaqué au problème en faisant comme tout le monde, comme il dit : description de postes, tableau de compétences, organisation d'activités sociales, rotation des tâches pour rendre le travail moins ennuyeux et autres mesures que l'on apprend dans les livres de gestion. Et ça a marché ; en quelques années, le taux de roulement de ses employés a chuté à moins de 20 %. Mais il voulait faire mieux.


À la recherche de solutions plus efficaces, il tombe sur un petit livre de psycho pop qu'on lit en une heure et demie : The Dream Manager, de Matthew Kelly. Dans ce livre de fiction, le patron d'une PME qui nettoie les toilettes se désole de son taux de roulement... de 300 %. À bout de ressources, il décide de demander carrément à ses employés ce qui les rendrait heureux et de les aider à réaliser leurs objectifs.


Le scénario séduit M. Joyal, qui dit s'être lancé en affaires pour être plus heureux, pas plus riche. Il se met donc en quête de recruter quelqu'un pour gérer les rêves de ses employés. En avril 2010, Veronica Pérez devient gestionnaire de rêves chez Rapid Snack. La Colombienne de 28 ans, arrivée au Québec trois ans plus tôt, était chargée de projets dans un centre communautaire auprès des femmes immigrantes.


Aider les autres à s'épanouir


Pour convaincre les employés qu'elle est vraiment de leur côté et qu'elle n'a pas été embauchée pour augmenter la productivité, Mme Pérez s'installe dans un bureau loin de l'administration, à l'autre bout de l'usine.



image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

8 questions Ă  se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

Le secteur aérien en marche vers une consolidation

15:16 | AFP

La situation est très volatile en raison de la fragilité de plusieurs transporteurs.

Acheter une maison, quel mauvais investissement!

BLOGUE. Les jeunes se fourvoient en croyant que l’achat d’une maison représente un bon investissement. Voici pourquoi.