Comment le blockchain va transformer la profession de comptable

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

Comment le blockchain va transformer la profession de comptable

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

[Photo : 123RF/arrow]

La technologie du blockchain (registre des transactions) est en ascension et soulève de nombreuses questions dans plusieurs secteurs d'activité. La comptabilité ne fait pas exception : le blockchain bouleversera le métier, mais offrira de nombreuses occasions d'affaires.


Face à cette technologie qui permet de réaliser des transactions sans intervention humaine mais sécurisées et transparentes, il y a des inquiets et des enthousiastes. Emilio Imbriglio, président et chef de la direction du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton, fait partie de ces derniers : «Il ne faut pas avoir peur de cette évolution. Dans le chaos et le changement, il y a toujours des opportunités.».


Il reste que le blockchain «pourrait occasionner des changements importants auxquels les comptables professionnels agréés devraient se préparer», prévient Alan Wunsche, pdg de la firme-conseil Leading Knowledge, dans un rapport rendu public par CPA Canada.


«Une partie de notre profession est menacée par l'automatisation prévisible de certains processus», convient Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec.


De ce fait, cette technologie «pourrait transformer les pratiques en matière de tenue des comptes, de communication de l'information et de certification», indique Alan Wunsche.


Ce dernier explique que, par exemple, «les entreprises qui l'utilisent pourraient mener en continu des audits internes de leurs processus, générer une piste d'audit et obtenir une analyse de leurs comptes en appuyant simplement sur un bouton».


À lire aussi :



Entrée massive des femmes dans le boys' club


Des stratégies pour donner un coup de pouce


 


Développer son profil entrepreneurial


Une évolution plutôt qu'une révolution


Dans ce cas, quel sera le rôle du CPA dont une des tâches au coeur de son métier est de certifier les états financiers des entreprises ?


«Les CPA ne vont pas disparaître, mais leur travail va évoluer comme ça a déjà été le cas avec l'automatisation de nombreuses tâches manuelles, dont l'entrée de données», explique Serge Principe, associé directeur de Mazars, un cabinet comptable de Montréal, qui compte 120 employés.


Si les CPA doivent s'attendre à voir leur profession changer, «il s'agit plus d'une évolution que d'une révolution», tempère Antonello Callimaci, vice-doyen aux études à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.


La profession est habituée à s'adapter aux évolutions technologiques qui ont déjà beaucoup modifié le travail des CPA au quotidien. Par exemple, les fiscalistes n'entrent plus leurs données à la main et utilisent des logiciels pour calculer les différents scénarios, mais ces logiciels alimentent leur réflexion et leur permettent de prendre la meilleure décision pour leurs clients.


Plus de temps pour les tâches à valeur ajoutée


Toutes les tâches effectuées par le CPA ne sont pas automatisables. «Il faudra toujours un CPA pour interpréter, estimer et faire des choix», fait valoir Geneviève Mottard.


«Il ne faut pas prendre en compte seulement les besoins financiers, mais aussi les aspects émotifs d'une situation humaine qui poussent à prendre des décisions différentes à partir des mêmes données financières en fonction du contexte et des objectifs du client. Tout n'est pas rationnel», explique Antonello Callimaci.


De plus, l'arrivée de cette nouvelle technologie pose de nombreuses questions sur le risque de fraude, l'exactitude des données entrées dans le système, etc. Si bien que «les CPA auront un rôle, certes un peu différent, mais accru dans certains domaines. On aura plus de travail de contrôle et de validation», avance Audrey Mercier, vice-présidente chez Richter.


Finalement, le blockchain «va sûrement déplacer le rôle des CPA vers le conseil», juge Emilio Imbriglio, ravi de voir «qu'en éliminant les tâches répétitives, on aura plus de temps pour les travaux à plus grande valeur ajoutée». Les CPA pourront se consacrer à la prise de décision, à l'analyse des enjeux, à la stratégie.


Le blockchain pourra également apporter des améliorations au système actuel. «Aujourd'hui, en juricomptabilité, il n'est pas toujours possible de tout surveiller, de faire les recoupements qui sont nécessaires à un contrôle exhaustif, ce que permettra davantage le blockchain. Il ne prendra pas de décision, mais nous donnera plus d'informations pour prendre de meilleures décisions», précise Audrey Mercier.


Difficile de savoir quand ces changements auront lieu et quelle sera leur ampleur, car celle-ci dépendra du taux d'adoption de la technologie. «Beaucoup de questions restent à trancher sur le respect de la confidentialité, l'adoption de normes internationales, l'approbation de ces processus par les gouvernements à l'échelle internationale», souligne Emilio Imbriglio. Mais les experts n'ont aucun doute sur la venue de cette technologie de rupture ni sur les perturbations qu'elle générera.


C'est pourquoi «il faut s'y préparer», croit Serge Principe.


Conscient de la transformation à venir, l'Ordre des CPA a pris les devants. «On prépare nos membres, notamment ceux qui sont seuls dans leur cabinet, à cette perspective, dit Geneviève Mottard. On organise des colloques, on envoie de l'information. On est en train de préparer un guide sur les outils virtuels. On incite également nos membres à revoir leur modèle d'entreprise. Par exemple, les cabinets qui n'ont pas de savoir-faire à l'interne en technologies de l'information doivent réfléchir à l'avenir.»


De nouvelles compétences


Persuadée de l'évolution prochaine de la profession, Geneviève Mottard croit qu'une révision de la grille de compétences des CPA est incontournable. «Il faudra que les CPA aient des compétences différentes de celles exigées aujourd'hui», affirme-t-elle.


Les cabinets comptables se préparent en mettant en place des groupes de réflexion et en testant des solutions novatrices issues de la technologie du blockchain. De plus, ils accentuent leur ancrage dans les services professionnels diversifiés qui peuvent offrir une valeur ajoutée qu'un processus automatisé ne pourra pas procurer.


Les firmes prennent le virage aussi pour leurs clients. «Le changement, c'est bon pour nous, lance Nicolas Marcoux. On voit dans le blockchain une occasion d'accompagnement de nos clients : on doit les y sensibiliser et expliquer cette transformation à venir. Quand il y a des ruptures comme celles-ci, les gens ont besoin de firmes comme la nôtre pour les guider, les accompagner.»


À lire aussi :



Entrée massive des femmes dans le boys' club


Des stratégies pour donner un coup de pouce


 


Développer son profil entrepreneurial


 


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

L'ether, une cryptomonnaie victime du succès de sa blockchain

21/09/2018 | AFP

Si l’ensemble des cryptomonnaies a connu un début de mois difficile, l’ether a lâché près de 20 % en trois semaines.

Apprivoisez la Blockchain avant que vos concurrents ne le fassent

BLOGUE. Êtes-vous de ceux pour qui le concept de la blockchain demeure encore très abstrait ? Qu’il ...

À la une

Trois applications concrètes pour mieux comprendre la technologie 5G

BLOGUE. Attachez bien votre sans-fil avec de la broche, la révolution s’en vient.

Balado: Comment survivre au vieillissement de la population?

BALADO. Nous en discutons avec notre invité Pierre Cléroux, économiste en chef de la Banque de développement du Canada.

Comment influencer subtilement autrui au travail?

BLOGUE. Voici, pour vous, les précieux conseils pratiques de Dan Ariely à ce sujet.