Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

Publié le 22/02/2018 à 19:00

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

Publié le 22/02/2018 à 19:00

Par François Normand

Le producteur de diamants Stornoway (SWY, 0,50$) réaffirme pouvoir remédier dès cette année à ses problèmes de bris de diamants à la mine Renard, à la Baie-James.


Dans un point de presse ce jeudi après son allocution au Cercle finance et placement du Québec (CFPQ), le PDG de la minière, Matt Manson, a déclaré vouloir ramener le taux de rejet (ou de bris) dans une fourchette de 10 à 15%, le standard de qualité dans l'industrie du diamant.


«C’est notre tâche de l’amener [le taux de rejet] à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit-il.


En novembre, la mine Renard affichait un taux de 25 à 35%. Ce taux a continué de baisser, mais il n’a pas été possible de connaître, ce jeudi, son niveau à l’heure actuelle.


La mise en service d’un nouvel équipement d’ici la fin du premier trimestre continuera d’améliorer la situation, mais ce ne sera pas une panacée, prévient Matt Manson.


«Ce n’est pas LA solution [au bris de diamants], mais ça fait partie de la solution.»


Par ailleurs, le patron de Stornoway est optimiste en ce qui a trait aux prix que la société reçoit pour ses diamants vendus sur le marché (essentiellement en Inde).


Au premier trimestre, l’entreprise a reçu en moyenne 104$US par carat.


Pour l’ensemble de 2017, la moyenne a été de 85$US/ct. Mais Stornoway peut faire mieux, affirme Matt Manson. «Il faut monter à 120$, 130$ ou plus, dit-il. Mais nous sommes heureux de faire des progrès.»


Tendances favorables et scénario d’acquisition


Matt Manson est aussi optimiste, car certaines mines de diamants dans le monde fermeront dans les prochaines années. Comme la demande demeurera stable, la réduction de l’offre exercera une pression sur les prix.


Par exemple, le géant Rio Tinto (RIO, 56,51$US) fermera d'ici 2021 sa mine Argyle dans l'ouest de l'Australie. Elle est en production depuis 1983.


Enfin, répondant à la question d’une journaliste, Matt Manson a indiqué que Stornoway -comme toutes les entreprises inscrites en Bourse- est susceptible d’être un jour achetée par une autre entreprise.


«Je suis le PDG d’une entreprise publique. Ma première tâche est de créer de la valeur pour les actionnaires», dit-il, en précisant toutefois que l’entreprise n’est pas intéressée à être vendue à un prix dérisoire («cheap price»).


Stornoway compte parmi ses actionnaires Investissement Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec.


Cela dit, les fusions et acquisitions sont toutefois «rares» dans l’industrie mondiale du diamant, selon Matt Manson. Pourquoi? Parce qu’il y a relativement peu de joueurs dans ce secteur, contrairement à celui de l’or où les minières et les actifs miniers sont très nombreux.


 


 


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Stornoway: des actionnaires restent confiants malgré le manque de liquidité

30/05/2018 | François Normand

BMO Marchés des capitaux estime qu'il manque entre 20 et 30 M$ de financement dans les 12 prochains mois.

Mine Ekati : 150 emplois pourraient être supprimés

16/05/2018 |

La minière Dominion Diamond Mines, qui exploite depuis 1998, la mine de diamant située au nord-est de ...

À la une

Quel est VOTRE meilleur truc pour être efficace et heureux au travail?

Il y a 19 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. Confiez-le moi, et celui-ci figurera peut-être bien dans un grand article du journal Les Affaires...

Hydro-Québec réclame des tarifs «dissuasifs» pour la crypto

17/06/2018 | François Remy

BLOGUE. L'énergéticien demande de tripler le prix du kilowattheure pour décourager l’industrie blockchain.

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.