Favoriser le respect de tous les côtés


Édition du 19 Mai 2018

Dans l'édition du 9 septembre 2017, j'ai utilisé le cas Tim Hortons et le litige qui l'opposait à au moins la moitié de ses franchisés canadiens pour illustrer à quel point la relation franchiseur-franchisé doit reposer d'abord sur le respect, la communication ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

«La trop grande cupidité a démoli notre Tim»

OPINION. Les franchiseurs et surtout les investisseurs sont les fossoyeurs de l'enseigne.

Des franchisés de Tim Hortons attaquent la maison mère

Une association qui affirme représenter au moins la moitié des franchisés américains poursuit Restaurant Brands.

À la une

Pourquoi j'investis dans une campagne de financement participatif

Il y a 19 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Voici l'histoire d'une des 4 campagnes québécoises de financement participatif en capital, Hardbacon.

Rogers épate, mais son action avait déjà prévu le coup

Il y a 17 minutes | Dominique Beauchamp

L'action de Rogers avait devancé les bons résultats, Ce sont les perspectives inchangées qui surprennent.

Le producteur de cannabis Tilray s'envole sur le Nasdaq

Il y a 4 minutes | LesAffaires.com et AFP

L'entreprise de Colombie-Britannique devient la première du genre à lever des fonds sur une place financière américaine.