Nouvelle patronne, nouveau produit

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 12:03

Nouvelle patronne, nouveau produit

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 12:03

Par Pierre Théroux

Guylaine St-Cyr a pris la relève de sons père à la direction de René St-Cyr en 2006

Guylaine St-Cyr revient de Washington, où elle participait à la fin mars à la grande foire annuelle de la National Wood Flooring Association. En février, elle était à Las Vegas pour Surfaces, l'autre importante foire commerciale de l'industrie des planchers de bois.


Aux milliers de consommateurs, architectes, manufacturiers et constructeurs venus à ces deux événements majeurs pour y découvrir les nouveautés, la pdg de l'entreprise René St-Cyr avait une nouvelle technologie à offrir : TEMAVI.


Ce procédé d'embouvetage deviendra, selon la patronne de l'entreprise de Notre-Dame du Mont-Carmel, une norme dans une industrie qui n'a pas connu de grands bouleversements depuis longtemps.


" Les réactions sont déjà très enthousiastes et encourageantes ", dit Guylaine St-Cyr, en soulignant que TEMAVI offre des avantages intéressants tant pour les manufacturiers, les installateurs que pour les consommateurs.


Relève familiale


C'est en 1976 que René St-Cyr a fondé l'établissement qui porte son nom. La scierie des débuts est rapidement devenu une entreprise spécialisée dans la fabrication de planchers et d'escaliers de bois franc. Elle emploie aujourd'hui une cinquantaine de personnes.


Guylaine St-Cyr a pris la relève de son père en 2006, qui s'est retiré à 77 ans. Un cheminement naturel pour celle qui, enfant, avait fait de la cour à bois son terrain de jeu. " Adolescente, j'accompagnais mon père dans des expositions où je distribuais des dépliants ", se rappelle l'entrepreneure, qui avait néanmoins songé à faire des études de médecine.


Avant de prendre les commandes de l'entreprise, elle a d'abord travaillé au service des ventes, qui s'est avéré " la meilleure école pour mieux connaître l'entreprise, ses produits et ses clients ", dit-elle.


Nouvelle patronne, nouveau produit


Peu après son arrivée à la tête de l'entreprise, Guylaine St-Cyr s'est lancée dans des travaux de R-D pour mettre au point une idée novatrice proposée par un employé. L'entreprise a ainsi repensé le design des tenons et des mortaises pour permettre aux planches de s'emboîter plus facilement.


Le procédé TEMAVI, pour TEnons et Mortaises Adaptés au Vernissage et à l'Installation, permet de maintenir les planches bien serrées durant la pose du vernis, ce qui améliore son fini. Aussi, comme les planches se joignent plus aisément les unes aux autres, l'installation et le sablage s'en trouvent facilités.


Cette nouvelle technologie offre " une économie de temps et d'argent importante ", affirme Mme St-Cyr. Cette nouvelle combinaison tenon-mortaise rend les planchers plus stables, tout en diminuant les craquements.


L'innovation rapporte


Pour mieux faire valoir les avantages financiers et techniques de son nouveau système d'embouvetage, l'entreprise a commandé une étude à l'Institut de recherche sur les produits du bois Forintek, qui la terminera sous peu.


" Nous aurons un autre argument de vente ", dit Mme St-Cyr. L'entreprise a déposé une demande de brevet pour son nouveau procédé, qui sera commercialisé dans le reste du Canada, aux États-Unis et en Europe.


L'entreprise entend vendre des licences d'utilisation de son procédé aux principaux manufacturiers de planchers de bois.


La PME, qui réalise 60 % de ses ventes au pays et le reste à l'étranger, bénéficie déjà de son produit lancé il y a environ un an. Ses ventes ont en effet augmenté de 40 % en 2009, une année pourtant marquée par la récession et des difficultés dans l'immobilier.


Guylaine St-Cyr prévoit enregistrer une croissance similaire en 2010. Elle devra même agrandir l'usine pour accroître sa capacité de production ! " Quand on dit que l'innovation rapporte, c'est vrai ", commente Ronald Brannon, directeur du développement des affaires qui a été recruté il y a 18 mois pour élaborer la stratégie de commercialisation de la PME de 50 employés.

À suivre dans cette section

Aider la relève de deuxième génération
Mis à jour le 07/06/2012

image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Brault & Martineau: la fille du fondateur devient présidente

Marie-Berthe Des Groseillers prend le relais de son père au moment où le détaillant est au coeur d'une refonte majeure.

Rien à perdre, tout à apprendre

Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne

Le gouvernement québécois a beaucoup mis l'accent sur la promotion de l'entrepreneuriat auprès des jeunes ces ...

OPINION Gagner au change ?
Édition du 25 Novembre 2017 | Julie Cailliau
Une histoire de confiance sur trois générations
Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest
Savaria de père en fils
Édition du 21 Octobre 2017 | Denis Lalonde

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

18/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

18/09/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!