Et si vous osiez dire merci?

Publié le 05/12/2012 à 09:35, mis à jour le 05/12/2012 à 09:35

Et si vous osiez dire merci?

Publié le 05/12/2012 à 09:35, mis à jour le 05/12/2012 à 09:35

Qui sème des coeurs... Photo: DR

BLOGUE. Gratitude. Le mot est à la mode dans les discussions liées au management et au leadership qui se déroulent ces jours-ci dans différents médias sociaux. Gratitude par-ci, gratitude par-là, gratitude partout. Mais, peu de messages traitent du sujet en profondeur : il est juste de bon ton de prôner la gratitude, sans trop savoir pour autant ce qu'elle représente, ni même ce qu'elle peut concrètement apporter au leader qui se ferait une soudaine fierté d'en user.


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Posons donc les pieds sur terre, et demandons-nous ce qu'est, au juste, la gratitude… C'est le sentiment que l'on éprouve envers une personne qui nous a rendu service ou qui nous a fait une faveur. C'est le «merci» que l'on dit à celui qui nous a tendu la main alors qu'il n'avait pas forcément à le faire. C'est l'expression d'une grande reconnaissance. Bref, disons-le carrément, c'est le socle de la vie en société.


Et pourtant, combien de fois vous a-t-on dit «merci» au travail, aujourd'hui? Et la semaine dernière? Et les 15 derniers jours? Et le mois dernier? Allez, je suis prêt à prendre les paris : zéro, on ne vous a pas dit une seule fois «merci» pour votre collaboration à l'équipe. Pas vrai?


Pourquoi? C'est ce qu'ont voulu savoir trois professeurs de management et une consultante en management, soit respectivement : Kerrie Unsworth, de l'École de commerce UWA, à Perth (Australie) ; Nick Turner, de l'École de commerce Asper, à Winnipeg (Canada) ; Helen Williams, de l'École de commerce et d'économie de l'Université de Swansea, à Swansea (Grande-Bretagne) ; et Sarah Piccin-Houle, de Gallup, à Minneapolis (États-Unis). Le fruit de leur travail est présenté dans l'étude intitulée Giving thanks: The relational context of gratitude in postgraduate supervision, dont les résultats devraient en surprendre plus d'un…

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

À quoi bon rester fidèle à votre employeur?

25/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Saviez-vous qu'en étant fidèle à son employeur un salarié s'appauvrit par rapport à celui qui lui est infidèle?

9 façons de couler votre promotion

08/11/2014 | Corinne Fréchette-Lessard

Après plusieurs années de loyaux services et d'efforts soutenus, vous êtes dans la course pour une ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

4 tendances et 4 occasions d'affaires du consumérisme post-démographie

24/11/2014 | Diane Bérard

Près de 40 % des 1000 artistes préférés des 60 ans sont aussi ceux des 13 ans. La majorité des gamers sont des gameuses

Decode MTL veut faire de vous un programmeur en huit semaines de cours du soir

25/11/2014 | Julien Brault

Decode MTL, qui a accueilli ses premiers étudiants le 27 octobre, est le premier bootcamp de programmation à Montréal.

Et si on s'employait plutôt à chercher plus de revenus?

23/11/2014 | René Vézina

L’ouverture des sociétés d’État québécoises au capital citoyen pourrait être une solution à envisager sérieusement.