Faire de la diversité corporelle une valeur d’entreprise

Publié le 09/05/2017 à 00:01

Par ÉquiLibre

Dans le cadre de sa campagne du Prix IMAGE/in, l’organisme ÉquiLibre récompense chaque année les entreprises de l’industrie de l’image en leur remettant un prix qui souligne une initiative favorisant la diversification de la norme de beauté. C’est dans ce contexte que la présidente du Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ), Ruth Vachon, nous parle de la diversité corporelle en affaires et au travail.

«La diversité corporelle est un enjeu hyper important, lance d’entrée de jeu Ruth Vachon. La vision qu’on a de son corps est étroitement liée à son estime de soi. Elle a un impact sur le bien-être et sur les performances professionnelles.»

Les femmes particulièrement touchées
La minceur, cette valeur cardinale de la norme sociale de beauté, préoccupe particulièrement les femmes. Un sondage mené par Ipsos Reid pour le compte d’ÉquiLibre, l’organisme expert sur la question de l’image corporelle au Québec, révèle en effet que 73 % des Québécoises souhaitent perdre du poids, et ce, quel que soit leur poids.

«À mon avis, c’est même plus que ça, avance Ruth Vachon. Moi-même, il n’y a pas un matin où je ne passe pas un commentaire sur mon poids quand je me vois dans le miroir, même si je sais que mon bonheur et mes compétences n’ont rien à voir avec mon poids!»

«Plusieurs femmes ont peur du regard que les autres posent sur leur apparence, poursuit-elle. En même temps, elles sont souvent leur juge le plus sévère.»

Toutefois, cette impression d’être jugée sur leur apparence n’est pas qu’une illusion. «J’ai vu des entreprises éliminer la meilleure candidate parce que son corps ne correspondait pas à leurs attentes», indique Ruth Vachon.

Et les recherches le montrent : les personnes obèses sont victimes de discrimination à l’embauche. Une étude menée dans quatre milieux de travail et publiée dans Frontiers in Psychology a récemment montré que les candidats obèses étaient considérés moins aptes à accomplir la tâche que les candidats ayant un poids normal, ou ceux dont le poids n’était pas révélé.

Les perceptions de la minceur et de l’excès pondéral ont aussi des effets significatifs sur la rémunération, particulièrement pour les femmes. Les femmes corpulentes gagnent en moyenne 9 000 $ de moins par année que celles de poids moyen, selon une étude américaine publiée dans le Journal of Applied Psychology.

Comment agir pour la diversité corporelle
«Un vaste travail de sensibilisation quant à l’importance démesurée que nous accordons à la minceur comme critère de beauté demeure à faire, constate Ruth Vachon.»

«C’est un enjeu qui concerne tout le monde, mais qui touche les hommes et les femmes différemment, dit-elle. Les femmes ont un travail d’acceptation à faire. Les hommes doivent prendre conscience de l’impact de ces stéréotypes autour d’eux.»

La présidente du RFAQ est aussi d’avis que les gens d’affaires ont un rôle concret à jouer afin de promouvoir la diversité corporelle dans leur entreprise.

Voici quelques actions qu’elle leur suggère:

- Éviter de commenter le poids de ceux qui les entourent. «Pourquoi accorder tant d’importance au poids? Passons à autre chose!» Représenter la diversité corporelle dans leurs photos promotionnelles: «Pourquoi photographier seulement les jeunes et les minces? Les entreprises font maintenant attention à représenter la diversité culturelle; il faudrait en faire autant avec la diversité corporelle.»


- Organiser des ateliers et des conférences pour sensibiliser les employés à la diversité corporelle et les aider à développer une relation saine avec leur corps.

Au-delà de ces actions, Ruth Vachon croit que la diversité corporelle devrait faire partie des valeurs de l’organisation: «On peut être tenté d’en faire un projet, mais un projet a un début et une fin. Ensuite, on passe à autre chose... La diversité corporelle doit plutôt devenir une valeur ressentie, que l’entreprise adopte et qu’elle se donne les moyens de véhiculer et d’inculquer...»


SOURCES
Flint, Stuart W. et al., «Obesity Discrimination in the Recruitment Process : “You’re Not Hired!”», Frontiers in Psychology, 3 mai 2016.
Judge, Timothy A., et Daniel M. Cable, «When It Comes to Pay, do the Thin Win? The Effect of Weight on Pay for Men and Women», Journal Of Applied Psychology, automne 2010.

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Vidéo: la diversification, le meilleur ami de l'investisseur

24/06/2017 | Denis Lalonde

La saine diversification d'un portefeuille de titres boursiers et obligataires permet d'éviter des erreurs coûteuses.

Top 10 des PDG les mieux payés du Québec

23/06/2017 | Charles Desgroseilliers

La rémunération des dirigeants de Bombardier a bien fait jaser. Mais qui sont les autres PDG les mieux payés du Québec?

La nouvelle concurrence chinoise fera très mal

24/06/2017 | François Normand

ANALYSE - La Chine veut produire les meilleurs produits manufacturiers au monde dans 10 secteurs d'ici 2049.