Le solaire progresse dans le secteur industriel

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Le solaire progresse dans le secteur industriel

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Par Pierre Théroux

Les capteurs solaires installés sur son toit permettent à la Laiterie Chagnon de chauffer l’eau qui sert à ses opérations d’assainissement, de nettoyage et de pasteurisation.

Pionnière en matière de développement durable, la papetière Cascades pousse toujours plus loin ses efforts pour protéger l'environnement et favoriser le développement de technologies vertes. En 2014, elle décidait d'implanter un parc solaire d'une superficie de 1 490 mètres carrés sur les terrains de son complexe industriel à Kingsey Falls.


Retour au dossier Spécial énergie : Objectif 2030


 L'énergie produite par ce parc, installé au coût d'un million de dollars, lui a permis de réduire sa consommation de gaz naturel pour la production de vapeur nécessaire au séchage du papier dans ses usines. L'économie de 140 000 mètres cubes de gaz naturel par an, l'équivalent de la consommation annuelle de quelque 3 200 résidences, a du même coup abaissé ses émissions de gaz à effet de serre. Il s'agissait d'une première dans le domaine des pâtes et papiers.


À Waterloo, la Laiterie Chagnon s'est elle aussi tournée vers l'énergie solaire pour réduire son empreinte environnementale et ses coûts. Les capteurs solaires installés sur son toit lui permettent de chauffer l'eau qui sert à ses opérations d'assainissement, de nettoyage et de pasteurisation. Grâce à ce système, implanté par souci environnemental et pour diminuer les coûts en hydrocarbures, elle peut «se différencier et rester concurrentielle face aux géants de l'industrie», indique Samuel Leblond, coordonnateur marketing de cette laiterie familiale, fondée il y a plus de 60 ans.


N'empêche : «Le recours au soleil comme source d'énergie demeure très marginal au Québec», reconnaît Jacques-Alexandre Fortin, vice-président et directeur de la commercialisation de Rackam. Cette firme de génie sherbrookoise a mis au point le concept des systèmes solaires implantés chez Cascades et à la Laiterie Chagnon.


Le faible coût de l'hydroélectricité, une autre source d'énergie renouvelable, freine l'adoption de l'énergie solaire au Québec. D'autant plus que, contrairement à la filière éolienne, cette industrie n'a pas profité d'importantes mesures incitatives gouvernementales.


«Le déploiement de l'énergie solaire se fait surtout auprès des propriétaires de maisons qui utilisent des systèmes solaires passifs», note Patrick Goulet, porte-parole de l'organisme Énergie Solaire Québec. L'énergie solaire est aussi adoptée par des propriétaires de chalets et de pourvoiries, par exemple, ou dans des territoires éloignés où le raccordement au réseau d'électricité est impossible.


Croissance internationale


Le solaire représente d'ailleurs moins de 1 % du poids énergétique du Québec, qui accuse un important retard comparativement à d'autres provinces et pays. Le solaire représente toutefois l'énergie du futur, affirme le cofondateur de Rackam. «On ne s'en rend pas compte ici, mais c'est une industrie qui explose partout dans le monde», note M. Fortin.


«La baisse des coûts rend l'énergie solaire plus concurrentielle et favorise sa progression», constate Jean-François Samray, pdg de l'Association québécoise de la production d'énergie renouvelable.


L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime même que le solaire pourrait bien devenir la première source d'électricité dans le monde d'ici 2050. Le photovoltaïque, dont le prix baisserait de 25 % en 2020, 45 % en 2030 et 65 % en 2050, selon l'AIE, pourrait ainsi fournir 16 % de l'électricité mondiale. Au Chili, un appel d'offres pour des projets d'énergie vient de générer un tarif d'achat record pour l'électricité solaire, à 0,029 $ US le kWh. L'Allemagne reste en tête des capacités photovoltaïques installées, avec ses 38,2 GW, mais c'est en Chine, aux États-Unis et au Japon que l'installation de panneaux solaires est la plus élevée.


La croissance de Rackam, lancée en 2010 et employant aujourd'hui une quinzaine de personnes, passe d'ailleurs par le développement de ses activités à l'échelle internationale. D'autant plus qu'elle doit «rivaliser avec les faibles coûts d'électricité et de gaz naturel au Québec», dit M. Fortin. L'entreprise a déjà réalisé des projets d'énergie solaire dans une coopérative agricole du Maroc, dans une usine de croustilles de l'Espagne et chez un fabricant d'ustensiles du Portugal. «Notre technologie est particulièrement efficace pour les secteurs industriels dont la consommation de chaleur est permanente à longueur d'année, comme la transformation alimentaire et les pâtes et papiers», indique M. Fortin.


Rackam a aussi implanté une station solaire dans un petit village grec afin de fournir le chauffage à des bâtiments. De plus, elle vient de concevoir un premier projet solaire de traitement des eaux usées pour la ville de Sunrise, en Arizona.


Retour au dossier Spécial énergie : Objectif 2030


 


ÉNERGIE SOLAIRE


→ 50 % : Croissance moyenne annuelle de l'industrie photovoltaïque mondiale de 2006 à 2015.


→ 13,1 % : Estimation de la croissance moyenne annuelle du marché mondial au cours de la prochaine décennie.


756,1 GW : Puissance photovoltaïque dans le monde d'ici 2025, comparativement à 271,4 GW en 2016.


Source : GlobalData


LES MENEURS


En 2015, les trois pays les plus équipés en Watt-Crête (Wc), unité de puissance utilisée pour l'énergie solaire, sont l'Allemagne (491 Wc/hab), l'Italie (308 Wc/hab) et la Belgique (287 Wc/hab).


Source : EurObserver


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.