L'étincelle de la création

Publié le 07/04/2012 à 00:00, mis à jour le 14/05/2012 à 16:00

L'étincelle de la création

Publié le 07/04/2012 à 00:00, mis à jour le 14/05/2012 à 16:00

Par Les Affaires

Faut-il vraiment se balancer en écoutant de la musique pour stimuler la partie créative de notre cerveau ? Pas du tout, nous révèlent les plus récentes études. Et s'il suffisait de réfléchir ?


Au cours de la dernière décennie, les neuroscientifiques ont réalisé des progrès importants pour expliquer comment les idées se forment dans le cerveau de l'homme. Il s'est avéré que leurs conclusions contredisent la façon dont la plupart des sociétés comprennent et organisent l'innovation. Or, très peu de dirigeants d'entreprise en sont conscients. Ils continuent d'appliquer les idées reçues, ignorant que la science les a balayées.


Avant de s'attaquer au nouveau modèle du cerveau, et en quoi il est si important pour l'innovation en entreprise, remontons d'abord à 1981, année où Roger Sperry a reçu le prix Nobel pour son travail sur les deux hémisphères du cerveau. Ce scientifique a avancé que l'hémisphère droit du cerveau était créatif, artistique et intuitif, tandis que l'hémisphère gauche était analytique, logique et rationnel. Ce modèle de cerveau scindé s'est rapidement répandu dans le milieu des affaires, parce qu'il semblait expliquer pourquoi les nouvelles idées germaient facilement chez certains et plus difficilement chez d'autres.


Les séances de remue- méninges créatives représentent l'application la plus répandue du modèle de Sperry. Les gens ont commencé à tenir des réunions où tous étaient censés bloquer l'hémisphère gauche de leur cerveau et lancer l'hémisphère droit à plein régime.


Autrement dit, notre approche la plus reconnue pour résoudre un problème repose sur une hypothèse erronée quant à la source de la créativité dans le cerveau.


Les dessous de la créativité


Le nouveau modèle du cerveau est celui de la «mémoire intelligente», dans laquelle l'analyse et l'intuition travaillent ensemble, quels que soient les modes de pensée. Il n'y a ni hémisphère gauche, ni hémisphère droit. Il n'y a que l'apprentissage et le rappel de l'information, selon diverses combinaisons, partout dans le cerveau.


Le neuroscientifique Barry Gordon décrit la mémoire intelligente de l'homme au quotidien comme le meilleur système de stockage du monde. Dès notre naissance, notre cerveau stocke de l'information, la décompose et la classifie dans des compartiments. À mesure que nous accumulons de nouveaux éléments, notre cerveau les analyse pour savoir comment ils peuvent concorder avec d'autres éléments d'information déjà stockés. Lorsque le cerveau établit une concordance, les éléments existants quittent le compartiment et se combinent aux nouveaux, ce qui aboutit à une pensée. Le processus de stockage et de décomposition constitue l'analyse, et celui de la recherche et de la combinaison, l'intuition. Tous deux sont nécessaires pour tous les modes de pensée.


Lorsque les éléments quittent le compartiment facilement, en modèles familiers - comme une simple addition faite de nombreuses fois - nous n'en sommes même pas conscients. Quand une foule d'éléments différents se combinent pour former un nouveau modèle, nous le ressentons comme la naissance d'un éclair de génie. C'est le fameux moment où l'on s'écrie : «Ah !». Pourtant, le mécanisme mental est le même dans les deux cas. Qu'elle travaille sur une formule familière ou sur une nouvelle idée, la mémoire intelligente combine l'analyse et l'intuition comme l'apprentissage et le rappel.


Tout comme le concept de mémoire intelligente a remplacé l'ancienne théorie des deux hémisphères du cerveau en neuroscience, les entreprises doivent remplacer les séances de remue-méninges par des méthodes qui reflètent plus fidèlement la façon dont les idées porteuses de créativité se forment réellement dans le cerveau. Et elles n'ont pas à tout reprendre à zéro. Une fois que nous comprenons le fonctionnement de la mémoire intelligente, nous trouvons plusieurs techniques existantes qui conviennent.


Exploitation de la mémoire intelligente


L'exemple suivant vient de la société General Electric. À la fin des années 1990, le chef de la direction, Jack Welch, et le chef de la formation, Steve Kerr, ont adopté comme méthode de résolution de problèmes l'idée de créer de nouvelles combinaisons à partir d'éléments existants, à l'échelle de l'entreprise. Ils ont utilisé une matrice simple dans laquelle le processus de mémoire intelligente était transformé en une méthode collaborative à phases successives.


Dans la partie supérieure de la matrice, les membres de l'équipe exposent leur compréhension actuelle de la situation. Ensuite, c'est l'analyse : ils établissent une liste des actions qu'ils croient devoir entreprendre pour réussir dans la situation. Puis, ils posent la question la plus importante qu'ils pourraient poser pour résoudre tout problème, quel qu'il soit : quelqu'un d'autre dans le monde n'a-t-il jamais résolu une partie quelconque de ce casse-tête ? Ils énumèrent des sources pour répondre à cette question, sur une ligne horizontale de colonnes. Les membres de l'équipe entreprennent une fouille des sources en quête d'éléments susceptibles de s'appliquer à la liste d'actions, à la recherche d'une bonne combinaison.


Cela correspond à la façon dont notre cerveau fonctionne quand nous avons un éclair de génie. Notre esprit voyage d'une pièce du casse-tête à l'autre, fouillant ses compartiments en quête des pièces qui correspondent, et ce n'est que quand il les trouve qu'il peut avoir une vue d'ensemble. La matrice de GE transforme ce processus en exercice d'équipe, et les compartiments dans lesquels se trouvent les pièces du casse-tête s'étendent à l'échelle mondiale. À mesure que l'équipe progresse, il est possible que ses membres redéfinissent la situation, qu'ils révisent les listes d'actions et qu'ils modifient les colonnes de sources. C'est exactement ce que fait le cerveau avant un éclair de génie. Et à quel moment l'équipe s'arrête-t-elle ? Lorsqu'une combinaison lui semble prometteuse. Cela se produit habituellement par à-coups, à mesure que les membres de l'équipe entrent le matin avec des liens qui les ont frappés pendant la nuit. Par contre, ils peuvent aussi passer des semaines à cogiter sans trouver quoi que ce soit. On ne peut pas forcer le processus, mais la matrice de GE aide à le garder actif.


Nous pouvons nous attendre un jour à voir plus de techniques fondées sur la science de la mémoire intelligente. Les premières entreprises qui y parviendront auront un net avantage.


Premium publie des textes des plus grandes écoles de management. L'édition actuellement en kiosque a pour thème la créativité au travail.

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La loi du succès selon Virgil Abloh

04/06/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le prodige d'Off-White et de Louis Vuitton dévoile ici les secrets de son exceptionnelle réussite.

Le truc fou de Kathy Gong pour relever n'importe quel défi!

Mis à jour le 22/02/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. L'inspirante star du milieu des start-ups en Chine sait marier les contraires, comme l'audace et la sagesse...

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.