Le concepteur de jeux Ubisoft a amené ses jeunes employés à penser à la retraite

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Novembre 2014

Le concepteur de jeux Ubisoft a amené ses jeunes employés à penser à la retraite

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Novembre 2014

Ubisoft a mis en place un REER collectif au début des années 2000 pour ses jeunes employés, mais ces derniers n'en ont pas vu tout de suite l'utilité. Aujourd'hui, c'est un outil important d'attraction et de rétention du personnel dont Ubisoft ne pourrait se séparer.


Cliquez ici pour consulter le dossier Régimes de retraite


« Ubisoft veut être un employeur distinctif en offrant une large gamme de services financiers, allant du régime de retraite à la clinique, en passant par la salle de gym sur place. On veut toujours être en avance », dit Louis-François Poiré, directe

Étonnant mais vrai : à l'heure où de nombreux experts s'accordent pour dire que les jeunes travailleurs n'ont que faire d'épargner pour leur retraite, trop occupés à rembourser leurs dettes d'études ou à construire un foyer, Ubisoft, dont la moyenne d'âge des employés était à l'époque de 25 ans, a mis en place au début des années 2000 un régime de retraite pour ses employés canadiens, au nombre de 3 300 aujourd'hui, dont 3 000 au Québec.


Le taux d'adhésion - inférieur à 50 % à certaines périodes - n'a pas été bon tout de suite... Mais l'entreprise n'a pas lâché le morceau. Elle a organisé des groupes de discussion. Résultat : ce n'était pas son système qui était en cause, mais bien l'âge de ses employés. Aujourd'hui âgés en moyenne de 35 ans, les employés d'Ubisoft commencent à s'intéresser à leur épargne-retraite.


L'entreprise a aussi trouvé un subterfuge pour les inciter à épargner : «Depuis quelques années, on présente avant tout le programme comme une possibilité de bénéficier d'un RAP [Régime d'accession à la propriété] et donc d'épargner pour acheter sa première maison. À leur âge, c'est un argument qui porte : le taux de participation atteint environ 80 %», dit Louis-François Poiré, directeur, rémunération globale, chez le concepteur de jeux vidéo. Le régime a accumulé au total un trésor de 60 millions de dollars.


Même si la moyenne d'âge reste jeune - «personne n'a encore pris sa retraite chez nous», précise Louis-François Poiré -, le régime de retraite est un atout pour l'entreprise. «Ubisoft veut être un employeur distinctif en offrant une large gamme de facilités allant du régime de retraite à la clinique médicale et la salle de gym sur place. On veut toujours être en avance», résume le directeur. Le salaire moyen chez Ubisoft est de 76 000 $.


Cliquez ici pour consulter le dossier Régimes de retraite


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Combien épargner pour la retraite?

S'il y a moins de régimes de retraite d'employeurs, il faut qu'il y ait davantage d'épargne personnelle.

Elle devra payer pour la retraite de son conjoint

Édition du 05 Mai 2018 | Daniel Germain

CLINIQUE RETRAITE. tous deux âgés de 38 ans, ont toujours mené leurs finances avec rigueur. Sauf que...

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.