Pourrai-je voyager pour 15 000$ par année à la retraite?

Offert par Les Affaires

Publié le 17/08/2017 à 06:00

Pourrai-je voyager pour 15 000$ par année à la retraite?

Offert par Les Affaires

Publié le 17/08/2017 à 06:00

Par Daniel Germain

[Photo : 123RF/Alexander Korzh]

Au premier coup d'oeil, préparer la planification financière de notre lectrice semble un jeu d'enfant. Sauf que...


Professionnelle au sein d'une grande société de services, notre lectrice reçoit un salaire de base de 170 000 $, auquel s'ajoute un boni annuel de 20 à 25 %. Elle bénéficie également d'un régime d'intéressement à long terme qui lui permet d'ajouter jusqu'à 40 000 $ par année à sa rémunération. Cette tranche de revenu dépend cependant des performances financières de l'employeur.


Du côté de l'épargne, Madame a un REER personnel de 360 000 $, plus 5 100 $ investis au Fonds de solidarité FTQ. Elle peut aussi compter sur un REER collectif de 71 000 $ et sur 26 000 $ en actions de son entreprise. Notons que notre lectrice verse 3 % de sa paie au REER collectif auquel cotise également l'employeur. Elle contribue à hauteur de 2 000 $ au régime d'achat d'actions, et l'entreprise ajoute 1 000 $.


En revanche, l'épargne non enregistrée (3 200 $) et le CELI (800 $) sont bien maigres. Notre lectrice a vidé ce dernier pour rénover sa maison acquise en 2015. Achetée 595 000 $, la maison est hypothéquée à hauteur de 193 000 $.


Pour compléter le portrait, signalons qu'elle est mère monoparentale de deux adolescents. Ses deux enfants fréquentent l'école secondaire privée, ce qui représente une dépense de 10 000 $ par année.


À 46 ans, Madame se demande si elle est peut se retirer à l'âge de 60 ans tout en maintenant son rythme de vie actuel, qui comporte 15 000 $ de voyages par année.


À lire aussi:
50 000$ par année: combien faut-il dans le REER?
Ces parents de 4 enfants auront-ils une retraite confortable?
Invalide depuis 15 ans, quelle sera ma retraite?
Combien faut-il épargner pour voyager deux fois par an?
Un plan béton pour une retraite forcée


Nous avons confié son cas aux bons soins de Sylvain Chartier, planificateur financier et fiscaliste chez Banque Nationale Gestion Privée 1859.


«Madame est très organisée, remarque le conseiller en jetant un oeil au fichier Excel qui sert à la fois de budget et de registre des dépenses. Son coût de vie s'élève à 84 000 $ (somme exprimée au net, évidemment), ce qui n'inclut pas les dépenses de voyage.


Même avec son salaire élevé, il sera difficile pour notre lectrice de quitter le milieu de travail à 60 ans. Il y a plusieurs obstacles, à commencer par ce coût de vie. Et comme elle vit seule, elle doit assumer en entier bon nombre de frais fixes qui, au sein de la plupart des ménages, sont répartis entre deux personnes.


Durant sa vie active et pendant sa retraite, notre lectrice paiera beaucoup d'impôts. «Et comme il n'y a personne avec qui elle pourrait faire du fractionnement de revenu, ni d'entreprise, on dispose de très peu d'options pour alléger la facture fiscale», remarque monsieur Chartier, qui devra en plus se résoudre à laisser aller à compter de 73 ans une partie de la Pension de la sécurité de vieillesse, dont les prestations sont amputées à partir de revenus de 74 788 $ (en 2017, montant indexé). Pour couvrir son train de vie, notre lectrice décaissera d'abord des placements non enregistrés, mais à compter de 73 ans, elle devra retirer des sommes importantes du REER.


À moins que notre lectrice réduise son coût de vie, ce sera impossible pour elle de se retirer à 60 ans.


Dans ses calculs, Sylvain Chartier a prévu que Madame conserverait sa maison et que l'hypothèque serait entièrement remboursée en 2040. Il a aussi prévu la disparition des dépenses liées aux études des enfants à leur 24e anniversaire. «La planification est agressive, car les calculs tiennent pour acquis que votre lectrice recevra tous ses bonis jusqu'à 65 ans», précise le planificateur financier.


Il a maintenu le rythme de l'épargne REER (personnelle et collectif) et a doublé l'effort à fournir pendant 10 ans pour renflouer le CELI. Ses scénarios s'appuient en outre sur des rendements de 3,75 % et d'un taux d'inflation de 2,1 %, des données conformes aux normes de l'IQPF.


Si madame se retire à 60 ans sans réduire son niveau de vie, elle aura épuisé tout son capital avant de souffler ses 75 bougies, ce qui est trop tôt. Les planificateurs cherchent généralement à ne pas épuiser les fonds avant 95 ans.


Elle pourrait prendre sa retraite à 60 ans si elle réduit dès maintenant ses dépenses à 82 000 $. Elle pourra alors compter sur un capital accumulé, en grande partie des REER - donc imposable, de 2,2 M$.


L'autre option est de repousser la retraite à 65 ans. Selon les calculs de notre planificateur financier, cela lui permettra de maintenir un coût de vie de 100 000 dollars, puis de le baisser lorsque les enfants auront terminé leurs études, et de le réduire une nouvelle fois au remboursement de l'hypothèque.


À sa retraite, notre lectrice disposera d'un capital de 2,8 M$ qui sera épuisé à 95 ans.


D'autres alternatives n'ont pas été explorées, comme la vente de la maison durant la retraite et une réduction graduelle du coût de vie à un âge avancé. «J'hésite toujours à utiliser ce scénario. À un âge avancé, les dépenses changent. On dépense certes moins à voyager, mais les frais de santé peuvent augmenter considérablement», dit Sylvain Chartier.



Coup d'oeil


Si Madame maximise son REER et son CELI d'ici sa retraite, elle disposera d'un capital de 2,8 M$ à 65 ans (rendement 3,75 % - portefeuille équilibré). Cela lui est possible seulement si elle conserve son revenu et ne dépense pas plus de 100 000 $ par année (coût de vie qui baissera à la fin des études de ses enfants, dans 12 ans, et quand l'hypothèque sera remboursée, en 2040).


Le graphique indique l'évolution du capital.


EXPERT INVITÉ


Sylvain Chartier est planificateur financier et fiscaliste chez Banque Nationale Gestion Privée 1859.


À lire aussi:
50 000$ par année: combien faut-il dans le REER?
Ces parents de 4 enfants auront-ils une retraite confortable?
Invalide depuis 15 ans, quelle sera ma retraite?
Combien faut-il épargner pour voyager deux fois par an?
Un plan béton pour une retraite forcée


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Comment éviter de transgresser les règles du CELI

09/11/2017 | Matthew Elder, Morningstar

Il n'y a pas que la limite de 5 500 $ à respecter.

Avant de rêver, il faut calculer

Édition du 16 Septembre 2017 | Daniel Germain

CLINIQUE RETRAITE. À la préparation de sa retraite, on peut se demander quelle est la pire erreur ...

À la une

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.

La France veut devenir une «startup nation»

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

15:38 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.