Bombardier et Pratt & Whitney, des partenaires historiques

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Bombardier et Pratt & Whitney, des partenaires historiques

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Cliquez ici pour consulter le dossier sur les 40 ans de l'ÉTS


Tant sur le plan de la formation que de la recherche, Bombardier et Pratt & Whitney sont des partenaires de longue date de l'École de technologie supérieure (ÉTS) et en particulier d'AéroÉTS, une organisation de formation et de recherche en aérospatiale.


Ces deux entreprises sont celles qui accueillent le plus grand nombre de stagiaires de l'ÉTS. Sur 550 étudiants en parcours coopératif en 2014, plus de 240 sont en stage chez Bombardier et plus de 130 chez Pratt & Withney.


L'implication de ces deux grands acteurs de l'industrie aérospatiale prend aussi la forme de don d'équipements, comme des moteurs. Bombardier a même donné une maquette de l'avion CSeries à AéroÉTS.


De plus, les deux entreprises collaborent activement avec AéroÉTS dans le cadre de chaires de recherche et de projets divers.


«De 10 à 15 étudiants de tous les cycles passent 80 % de leur temps dans les bureaux de Pratt & Whitney», souligne le directeur d'AéroÉTS, Hany Moustapha.


Depuis 2011, Pratt & Whitney et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) financent une chaire de recherche sur l'intégration et l'optimisation du système de propulsion. L'entreprise a également participé à la création de l'Institut d'innovation et de conception en aérospatiale, qui fête ses 10 ans cette année.


De nombreux projets de recherche sont aussi menés avec Bombardier. La multinationale québécoise fait collaborer son personnel et participe au financement.


Ainsi, un projet sur les architectures déformables et les technologies liées à ces architectures pour l'amélioration de l'efficacité des ailes est mené depuis 2012 grâce à l'aide financière de Bombardier Aéronautique et de Thales Canada, Aéronautique, ainsi que du Consortium de recherche et innovation synergétiques en aérospatiale (CRIAQ) et du CRSNG. Un spécialiste principal en ingénierie au département d'aérodynamique avancée de Bombardier Aéronautique participe activement aux recherches aux côtés des professeurs et étudiants de l'ÉTS.


En étroite relation avec l'industrie


Enfin, les dirigeants des deux entreprises siègent aux différents conseils de gouvernance de l'ÉTS et d'AéroÉTS.


«Notre raison d'être est de fournir des étudiants à l'industrie aérospatiale», rappelle Hany Moustapha. Il est donc fondamental d'entretenir des relations étroites, constantes et variées avec l'industrie pour que les étudiants soient formés selon ses besoins. D'ailleurs, 80 % des projets de recherche d'AéroÉTS sont réalisés en collaboration avec l'industrie.


Cliquez ici pour consulter le dossier sur les 40 ans de l'ÉTS


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Mobile: le syndicat AIMTA veut rencontrer les dirigeants d'Airbus

À terme, plus de 400 personnes vont s’affairer à assembler des avions destinés aux clients américains de l’A220.

Airbus: près de la moitié des A-220 commandés par Delta sera assemblée à Mirabel

En 2016, Delta avait passé une commande de 75 appareils A220-100, auparavant appelés CS100.

À la une

Bulletin JLR-Les Affaires: revirement de tendance en décembre

14:40 | Les Affaires - JLR

Les données de ce mois sont contraires à la tendance haussière de 2018, et indiquent une baisse par rapport à 2017.

Aki Sushi s'offre l'exclusivité avec Metro

15:02 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Elle a enregistré une croissance de 20% pour un chiffre d’affaires de 32 millions de dollars en 2018.

ABI: les deux parties doivent faire des concessions dit le ministre Boulet

Le syndicat a indiqué, jeudi, que les discussions étaient toujours au point mort.