Apprendre une langue tout en s'amusant

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014

Apprendre une langue tout en s'amusant

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014


Bon appétit ! en espagnol...


Si vous appreniez à parler espagnol autour de tapas, paellas et autres gaspachos ? C'était l'idée de l'école Espagnol sans limites lorsqu'elle a lancé, en 2006, ce nouveau concept d'activité en groupe. «On avait vu des écoles de danse organiser des soirées pour s'exercer après les cours, et on s'était dit : pourquoi ne pas faire la même chose sur le plan de la langue ? Les gens pourraient venir parler tout en ayant quelqu'un pour les corriger, le tout dans un climat décontracté, en dégustant de la cuisine locale», reprend Dany Alvarado, directeur de l'école. Une immersion à la fois linguistique, culturelle et gastronomique, puisque ces repas offrent la possibilité aux participants de découvrir les menus et ingrédients en espagnol. «C'est intéressant, car cela permet aussi à des personnes qui ne s'étaient pas rencontrées à l'école de tisser des liens et de nouer des amitiés», annonce Dany Alvarado.


Pour accéder à ce cours, nul besoin d'avoir un niveau avancé ! «C'est aussi très motivant pour les personnes qui commencent l'espagnol, car elles peuvent recevoir des conseils des participants plus avancés qui sont déjà passés par le même processus», explique Dany Alvarado. Les rendez-vous ont lieu tous les vendredis, de 6 h à 8 h, dans des restaurants espagnols ou latino-américains. «On peut accueillir jusqu'à 25 ou 30 participants. Nous demandons aux gens de réserver afin d'avoir suffisamment d'intervenants pour les encadrer», glisse Dany Alvarado. Les groupes se réunissent une fois par semaine (sur réservation), sauf le dernier vendredi du mois, qui est consacré à une autre activité, le ciné forum. À cette occasion, l'école projette un film espagnol ou latino-américain suivi d'un débat avec le public.


10 $ par activité ou 35 $ pour une carte de cinq activités. Quant au budget pour le restaurant, il peut varier de 5 à 50 $, en fonction du lieu.


Le japonais grâce aux mangas


Et si vous appreniez le japonais grâce à... des mangas ? Créée en février 2014, l'école Manga Montréal propose des cours de japonais basés sur cet art, grâce à une enseignante, Azusa Matsumoto, à la fois dessinatrice de mangas et professeure. Une occasion de voir la culture nippone autrement ! «Mme Azusa a constaté que les élèves avaient souvent un intérêt pour le japonais et sa culture, mais qu'ils apprenaient rarement le langage de tous les jours dans les cours classiques», dévoile Tarek Kassem, membre du comité consultatif de Manga Montréal. C'est pourquoi l'école a décidé de prendre les mangas comme support pédagogique : «Les BD japonaises illustrent la vie de tous les jours. On y retrouve la plupart du temps des valeurs telles que le travail en équipe, l'entraide, ainsi que des scènes et expressions de la vie quotidienne», résume-t-il.


Depuis son lancement, ces cours comptent déjà une cinquantaine de participants. «En étant ludique, cette méthode permet de conserver la motivation des élèves qui peuvent parfois trouver l'apprentissage des caractères japonais un peu fastidieux», avance Tarek Kassem.


Une séance de 1 h 30 par semaine, au coût de 450 $ pour un trimestre (en incluant le matériel ainsi qu'une dégustation de thés et de pâtisseries japonaises).

À suivre dans cette section


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le gouvernement donne une «impulsion» financière à nos start-up

24/05/2018 | lesaffaires.com

La ministre québécoise de l’économie a annoncé ce jeudi deux aides financières d’un montant total de près de 900 000$.

Il pleut de l'argent sur les développeurs blockchain

24/05/2018 | François Remy

BLOGUE. C'est la chasse aux talents dans la jungle des technologies décentralisées, avec la grosse artillerie salariale.

Joëlle Pineau: «les machines doivent prendre des décisions»

24/05/2018 | Denis Lalonde

En direct de C2 Montréal, la directrice du labo Facebook en IA évoque ses travaux sur de nouvelles applications.