Fiscalité d'entreprise, la question à 1 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Fiscalité d'entreprise, la question à 1 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

[Photo: iStock]

Quelle que soit la stratégie de placement adoptée, les chefs d'entreprise omettent souvent de considérer la question fiscale. Une erreur regrettable, car la fiscalité peut permettre d'économiser en impôt des sommes parfois significatives.


Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités


En temps de crise, les entrepreneurs qui enregistrent quelques excédents de trésorerie peuvent être tentés par certaines stratégies de placement. Cependant, dans le maquis de la fiscalité, il faut connaître quelques principes de base avant de se lancer dans ces opérations.


«Il existe beaucoup de règles méconnues qui s'appliquent aux sociétés par actions, aux fiducies, aux individus ou aux sociétés de personnes... Le contexte peut être différent selon qu'on réside au Québec ou ailleurs», explique Daniel Fortin, associé, services fiscaux chez PwC. Il rappelle que la coexistence des deux paliers gouvernementaux n'aide pas à éclairer les entrepreneurs.


Le principe d'intégration


Bien que le système canadien fasse en sorte que l'imposition des revenus soit à peu près la même, que les sommes soient détenues par un individu ou par une société, «de nouvelles dispositions adoptées par le gouvernement du Québec font qu'un particulier qui a des revenus annuels de 100 000 à 125 000 $ au moins profiterait d'un léger avantage s'il les touchait par l'intermédiaire d'une société plutôt qu'en tant que particulier, ce qui n'était pas le cas il y a cinq ans», avance Anne-Marie Dupras, associée en fiscalité chez Deloitte. En effet, le taux d'imposition sur les intérêts est de 46,57 % pour les sociétés, par rapport à 49,97 % pour un particulier. Même tendance en ce qui concerne l'imposition des dividendes (33,33 %, par rapport à 35-38 % pour un particulier) et les gains en capital (23,03 %, par rapport à 25 %).


De même, les revenus issus de dividendes sont moins taxés que les intérêts, car «contrairement à d'autres pays comme les États-Unis, le gouvernement tient compte du fait que les dividendes ont déjà été imposés au niveau de la société. Il s'agit du principe d'intégration», souligne Mme Dupras.


Ainsi, si une entreprise détient des placements, par exemple des actions en Bourse d'une société publique ou privée, et qu'elle réalise un gain lors de la vente de ce placement, «ce gain ne sera imposable qu'à hauteur de 50 %, tandis que la portion non imposable pourra être reversée sans impôt, sous forme de dividendes en capital, à un actionnaire», souligne Anne-Marie Dupras. Un élément de planification financière qui pourrait s'avérer intéressant et dont il faudrait tenir compte.


Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: