Des solutions pour faire fructifier l'épargne de son entreprise

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Des solutions pour faire fructifier l'épargne de son entreprise

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

[Photo: Shutterstock]

Les entreprises québécoises ont accumulé dans leur bas de laine plus de 110 milliards de dollars en liquidités, soit plus du quart du produit intérieur (PIB) de la province, selon une étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) publiée en janvier 2015.


Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités


Cette manne place la province parmi les territoires où l'épargne des entreprises est la plus élevée, notamment le Japon (44 % du PIB) et la Corée du Sud (34 %). Conséquence directe : les dividendes versés aux actionnaires sont ainsi passés de 3 à 7 % du PIB canadien depuis le milieu des années 1990.


Ces liquidités prennent des formes multiples : dispositifs bancaires, capital de risque, investissements dans d'autres entreprises. Comment faire fructifier cet argent ? Différentes solutions existent pour l'utiliser : investissements, acquisitions, versement de dividendes aux actionnaires.


Plusieurs entreprises choisissent de le placer. En effet, ce serait une erreur de le garder dans un compte qui ne verse pas d'intérêts. Dans ce cas, les comptes d'épargne s'avèrent une formule sûre. En cas de besoin, l'entreprise peut transférer en tout temps des fonds de son compte d'épargne vers son compte commercial. L'inconvénient : les taux de rendement sont relativement faibles, de l'ordre de 1 à 2 % maximum.


Fabien Major, conseiller en sécurité financière chez Major Gestion Privée, note que de nombreuses entreprises ont tendance à placer leurs surplus de trésorerie dans des certificats de dépôt à des taux moins élevés (de 0,7 à 0,8 %) que le taux d'un bon compte d'épargne. «Or, il ne faut pas se fier à la générosité du banquier. Il ne faut pas hésiter à comparer les taux entre les banques, y compris des banques virtuelles», conseille-t-il.


Garder les fonds disponibles


Les institutions bancaires proposent des certificats de placement garanti (CPG) flexibles d'une durée de 12 ou 24 mois, dont on peut retirer des sommes après 30 jours en cas de besoin. «Cette formule permet d'obtenir un taux d'intérêt plus élevé et d'avoir quand même accès à l'argent après 30 jours afin de faire face aux événements qui peuvent survenir dans une entreprise», dit Mario FIorino, vice-président des services aux entreprises à la BMO.


Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Il y a de l’argent pour financer les PME... à elles de le trouver

BLOGUE. Le moment n’a jamais été aussi favorable pour investir. Les investisseurs en capital sont agressifs ...

«The big, big cut»

Édition du 11 Mars 2017 | François Pouliot

CHRONIQUE. Que faire ? Où faut-il placer les nouvelles liquidités ? Depuis le début de l'année, la question ...

À la une

Les grand(e)s de la gouvernance

Édition du 09 Février 2019 | Simon Lord

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Ils sont influents. Ils sont diplômés des meilleures ...

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour à 15:09 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Commerce international: téléchargez notre livre blanc issu de la ­Grande consultation

Édition du 09 Février 2019 | Les Affaires

Le 6 novembre dernier, Les Affaires organisait la Grande consultation sur le Commerce international. Les discussions ...