Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Des milliers de courriers ont inondé les rédactions de presse, une préoccupante avalanche de révélations sur les pratiques commerciales du secteur bancaire. Au point où le gouvernement canadien a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête.


À la Bourse de Toronto, les valeurs bancaires n'apprécient visiblement pas l’annonce faite aujourd’hui par l'Agence de la consommation en matière financière du Canada. L’ACFC a indiqué que son prochain examen des pratiques commerciales dans le secteur débuterait en avril.


La commissaire de l'ACFC, Lucie Tedesco, s'est dite préoccupée par des allégations récentes concernant la vente de produits et de services qui n'avaient pas obtenu le consentement préalable des clients. On pense notamment aux accusations portées contre Banque TD.


À l'heure où les Canadiens démontrent un grand appétit pour les crédits, et que l'endettement atteint des sommets, ces allégations de manque de transparence voire de tromperies prennent une autre dimension.


«Nous le faisons tous», a indiqué dans un courrier envoyé à la chaîne publique CBC un employé de la Banque Royale. Une autre source explique avoir été menacée de perdre son emploi si elle n'atteignait pas ses objectifs de ventes, ajoutant que les salariés reçoivent «chaque semaine des courriels surlignant en rouge les employés n'ayant pas atteint les objectifs de vente. C'est du harcèlement».


Un courtier d'assurance de la Banque TD a avoué à l'émission Go Public que les employés sont «directement incités à raconter de fausses histoires pour vendre des produits».


Encouragés par les révélations sur la banque TD, des centaines d'employés des autres plus grosses institutions financières du pays ont contacté la presse pour faire part de conditions de travail déplorables et de techniques de vente trompeuses similaires.


L'ACFC a indiqué vouloir enquêter «sur toute situation de non-conformité» pour faire «respecter la loi». Début février, l'agence avait déjà envoyé une lettre aux banques, les enjoignant à «s’assurer que la communication n’a pas pour effet de tromper les consommateurs lors du processus d’obtention de leur consentement» avant la vente de produits financiers.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

« Une institution financière doit permettre à tous les citoyens d'avoir accès à une vie meilleure »

Édition du 24 Février 2018 | Diane Bérard

PERSONNALITÉ INTERNATIONALE. En 2016, la National Bank of Australia fut la première institution financière incluse ...

Il y a de l’argent pour financer les PME... à elles de le trouver

BLOGUE. Le moment n’a jamais été aussi favorable pour investir. Les investisseurs en capital sont agressifs ...

À la une

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

22/02/2018 | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Frappé par la crise des détaillants, le roi des t-shirts regroupe deux divisions pour fouetter sa performance.

Classement minier: le Québec remonte au deuxième rang canadien

22/02/2018 | Pierre Théroux

Le Québec reprend ainsi la place que lui avait ravie l’année précédente le Manitoba.