Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Banques: «tromper les clients? Nous le faisons tous»

Publié le 15/03/2017 à 13:05

Des milliers de courriers ont inondé les rédactions de presse, une préoccupante avalanche de révélations sur les pratiques commerciales du secteur bancaire. Au point où le gouvernement canadien a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête.


À la Bourse de Toronto, les valeurs bancaires n'apprécient visiblement pas l’annonce faite aujourd’hui par l'Agence de la consommation en matière financière du Canada. L’ACFC a indiqué que son prochain examen des pratiques commerciales dans le secteur débuterait en avril.


La commissaire de l'ACFC, Lucie Tedesco, s'est dite préoccupée par des allégations récentes concernant la vente de produits et de services qui n'avaient pas obtenu le consentement préalable des clients. On pense notamment aux accusations portées contre Banque TD.


À l'heure où les Canadiens démontrent un grand appétit pour les crédits, et que l'endettement atteint des sommets, ces allégations de manque de transparence voire de tromperies prennent une autre dimension.


«Nous le faisons tous», a indiqué dans un courrier envoyé à la chaîne publique CBC un employé de la Banque Royale. Une autre source explique avoir été menacée de perdre son emploi si elle n'atteignait pas ses objectifs de ventes, ajoutant que les salariés reçoivent «chaque semaine des courriels surlignant en rouge les employés n'ayant pas atteint les objectifs de vente. C'est du harcèlement».


Un courtier d'assurance de la Banque TD a avoué à l'émission Go Public que les employés sont «directement incités à raconter de fausses histoires pour vendre des produits».


Encouragés par les révélations sur la banque TD, des centaines d'employés des autres plus grosses institutions financières du pays ont contacté la presse pour faire part de conditions de travail déplorables et de techniques de vente trompeuses similaires.


L'ACFC a indiqué vouloir enquêter «sur toute situation de non-conformité» pour faire «respecter la loi». Début février, l'agence avait déjà envoyé une lettre aux banques, les enjoignant à «s’assurer que la communication n’a pas pour effet de tromper les consommateurs lors du processus d’obtention de leur consentement» avant la vente de produits financiers.


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

« Les banques américaines sont attrayantes »

Édition du 21 Avril 2018 | Stéphane Rolland

Stéphane Rolland - Lors de notre dernière entrevue, il y a deux ans, vous nous aviez dit que les investisseurs ...

Les prêts problématiques ne devraient pas dépasser les 400 M$, dit le PDG de la Laurentienne

10/04/2018 | Stéphane Rolland

Entrevue avec François Desjardins, PDG de la Banque Laurentienne.

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

Il y a 5 minutes | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

Il y a 13 minutes | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.

Viser les marchés étrangers, au-delà de Donald Trump

Édition du 21 Avril 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. L'entreprise Boulet, à Saint-Tite, est bien connue par les amateurs de bottes de cow-boy dont elle est ...