Banque du Canada: la probabilité d'une hausse des taux diminue

Publié le 04/12/2018 à 11:58

Banque du Canada: la probabilité d'une hausse des taux diminue

Publié le 04/12/2018 à 11:58

Par Stéphane Rolland

Stephen Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada. Photo: Getty

Finalement, l’anticipation d’une hausse plus rapide du taux directeur par la Banque du Canada aura été de courte durée. Non seulement le prix des produits dérivés liés au taux directeur ne pointe pas vers une hausse en décembre, mais la conviction d’un resserrement en janvier se dissipe.


Les chiffres décevants pour le Produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre ainsi que la dépréciation du baril de pétrole rendent moins probable un resserrement de la politique monétaire en décembre ou en janvier, selon une recension des prix de certains produits dérivés effectuée par Bloomberg. Les courtiers du marché monétaire allouent une probabilité de 60% à une hausse des taux d’intérêt d’ici janvier. C’est un recul comparativement à 85% le mois dernier.


«Pour l’année prochaine, nous anticipons deux hausses des taux l’année prochaine, commente Craig Wright, économiste en chef de la Banque RBC, lors d’une entrevue avec Les Affaires à paraître. Le taux directeur est de 1,75% et nous pensons qu’il ira à 2,25% cette année. Nous pensons toujours que la Banque du Canada se dirigera éventuellement vers le bas de la fourchette de ce qu’elle considère comme un taux neutre, soit entre 2,5% et 3,5%.»


C’est un important contraste avec la réaction des marchés après la dernière décision de la Banque du Canada, le 24 octobre dernier. La banque centrale a adopté un changement de ton qui a été interprété par plusieurs comme un virage vers une remontée plus rapide des taux d’intérêt.


Dans un communiqué où chaque mot compte, la Banque du Canada avait laissé tomber la référence à une « approche graduelle ». Elle avait aussi ajouté une allusion au fait que les taux devront augmenter jusqu’à une « orientation neutre ». Un taux neutre est le seuil théorique où la politique monétaire n’est ni accommodante ni restrictive. Le niveau de ce seuil fait débat parmi les économistes et peut varier selon le contexte économique et l’inflation.


«La réalité est que l’économie tourne à sa capacité et n’a plus besoin de stimulus, a commenté Stephen Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada, en conférence de presse. Notre travail est de nous assurer qu’il n’y ait pas de surchauffe.»


Reste à voir ce que fera la Banque du Canada, qui rendra sa décision mercredi à 10h00.


 


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Crise Canada-Chine: un ralentissement économique est improbable

Par contre, des secteurs et des provinces sont plus à risque que d’autres, selon la firme Capital Economics. Les voici.

Trois résolutions que tout entrepreneur doit prendre en 2019

BLOGUE INVITÉ. Voici trois résolutions que j’encourage tout entrepreneur à prendre en 2019.

Le monde des accélérateurs est-il trop consanguin?

BLOGUE. Les jeunes pousses du moment font la tournée des accélérateurs. Cette homogéniété sert-elle l'entrepreneuriat?