Médicaments génériques: entente sur 1,5G$ d'économies

Publié le 16/07/2017 à 10:52

Médicaments génériques: entente sur 1,5G$ d'économies

Publié le 16/07/2017 à 10:52

Par lesaffaires.com

Point presse de Gaétan Barrette. (Twitter)

Dans le cadre des efforts visant à diminuer les coûts des médicaments pour la population québécoise, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé ce dimanche qu'une entente de principe a été conclue entre le gouvernement du Québec et l'Association canadienne du médicament générique (ACMG).


L'entente se déploiera sur cinq ans et fera réaliser des économies de plus de 1,5 G$ de dollars aux contribuables québécois, ce qui représente plus de 300 M$ annuellement. Elle permet aussi d'éviter l'application du processus d'appel d'offres permis par la loi 81 visant à réduire le coût de certains médicaments couverts par le Régime général d'assurance médicaments en permettant le recours à une procédure d'appel d'offres.


Le gouvernement comptait lancer des appels d’offres pour l’achat de molécules génériques après l’achoppement de négociations avec les fabricants. Il était pressenti que ce processus d’appel d’offres change en cours de route puisque des enchères tenues dans d’autres provinces avaient causé des pénuries de médicaments dans le passé.


«Cette entente aura des effets positifs notables. Il en découlera des économies importantes pour les contribuables, qui seront réinvesties dans le système de santé, afin d'améliorer l'accessibilité aux soins et aux services. C'est toute la population québécoise qui en bénéficiera. Par cet accord, le gouvernement du Québec reconnaît aussi l'apport de l'industrie du médicament générique dans l'économie québécoise et sa contribution à notre système de santé», a déclaré par voie de communiqué le ministre Barrette.


«Lois non nécessaires»


Le coût des médicaments génériques représente aujourd'hui pour le régime public d'assurance médicaments une dépense annuelle de plus de 800 M$. Les modalités de l'entente entreront en vigueur dès le 1er octobre 2017.


Rappelons que l’assemblée annuelle de Jean Coutu avait encore une fois servi cette semaine de tribune aux hauts dirigeants pour critiquer fermement les tactiques du gouvernement québécois dans ce dossier.


«La ponction moyenne de 100000$ par pharmacien dans leurs honoraires a été extraordinairement difficile à digérer pour les 420 pharmaciens du groupe. Ce n’est pas une dictature, mais presque», a dénoncé le patriarche Jean Coutu, le président du conseil dans son allocution. (Re)lire Jean Coutu: une entente imminente avec Québec sur les génériques.


«Je leur (gouvernement québécois) laisse l’espace pour en arriver à une entente», avait renchéri le chef de la direction, François Jean Coutu, en rajoutant «s’il y a une entente, toutes ces nouvelles lois auront été non nécessaires et très perturbantes».




image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

À la une

Arrêtons de travailler comme en 1990!

Il y a 27 minutes | Simon De Baene

BLOGUE INVITÉ. Travaillez-vous pour une entreprise qui utilise encore le courriel comme seul outil de collaboration?

À surveiller: Bombardier, Freshii et SNC-Lavalin

Que faire avec les titres de Bombardier, Freshi et SNC-Lavalin?

10 choses à savoir mardi

08:34 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Café et cigarette: même combat? Non, Montréal n'est pas Vancouver, et un premier diplôme en culture du pot.