Votre travail flingue-t-il votre romantisme?

Publié le 26/01/2018 à 06:06, mis à jour le 26/01/2018 à 06:25

Votre travail flingue-t-il votre romantisme?

Publié le 26/01/2018 à 06:06, mis à jour le 26/01/2018 à 06:25

Un impact d'une ampleur insoupçonnable... Photo: DR

C'est le laptop du travail qu'on apporte le soir à la maison, c'est le dossier qu'on boucle une fois les enfants couchés, c'est les premiers courriels de la journée auxquels on répond au saut du lit... C'est également – et surtout – le simple fait de penser encore et toujours à notre travail alors que nous sommes avec nos proches. Oui, avec notre conjoint/e, nos enfants, nos chums, etc.


De nos jours, notre travail se fait de plus en plus accaparant, au point d'empièter allègrement sur notre vie privée. Nous pensons que nous n'avons pas vraiment le choix de faire autrement. Et nous en faisons, petit à petit, une habitude. Une fâcheuse habitude, pour dire vrai...


C'est que j'ai mis la main sur une étude troublante à ce sujet, intitulée Daily work stress and relationship satisfaction: Detachment affects romantic couples' interactions quality. Celle-ci est signée par quatre chercheurs en psychologie de l'Université de Fribourg (Suisse) : Anik Debrot, Sebastian Siegler, Petra Klumb et Dominik Schoebi. Et elle montre que, mine de rien, cette habitude d'apporter le stress du travail à la maison est un véritable fléau... pour notre vie sentimentale!


Mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


Les quatre chercheurs suisses ont demandé à 106 couples de remplir individuellement un même questionnaire plusieurs fois par jour, durant une dizaine de jours. L'objectif était on ne peut plus simple : d'une part, évaluer leur degré de stress résultant du travail; d'autre part, évaluer la qualité de la relation du couple; et par suite, regarder si le stress lié au travail avait le moindre impact sur la vie de couple.


Résultats? Tenez-vous bien, car ils sont pires que ce que vous imaginez:


> Plus la journée est stressante au travail, plus on a de mal à décrocher du travail à la maison. Nous nous mettons dès lors à ruminer ce qui est allé de travers au bureau : par exemple, le «non» d'un collègue à qui on demandait un coup de main, ou encore le retard pris dans un dossier important à cause d'un pépin informatique. Du coup, nous avons le réflexe de nous isoler des autres pour continuer à penser à tout ça dans notre coin, ou inversement à ne parler que de ça à l'oreille attentive de notre conjoint/e, sans prêter attention à ce que lui/elle a à nous dire.


> Plus on a de mal à décrocher du travail à la maison, plus notre vie de couple bat de l'aile. Lorsque la journée de travail a été stressante, nous rentrons physiquement à la maison, mais pas mentalement. En conséquence, nous ne sommes pas pleinement présents, une fois chez nous. Et notre conjoint/e en est, en vérité, frappé de plein fouet : il/elle estime alors que la relation en est sabotée, à savoir «moins harmonieuse», «moins idéale», «plus distante» et «plus complexe». Ce qui peut aller jusqu'à une remise en question de la pertinence de cette vie de couple-là...


Bref, lorsqu'on apporte le stress du travail à la maison, on nuit gravement au romantisme de notre vie de couple!


«Lorsqu'on est absorbé par son travail en présence de l'être aimé, la relation avec celui-ci est automatiquement compromise, même si l'on n'en a pas conscience. Le véritable danger vient de la répétition du phénomène, car cela affecte non seulement la qualité, mais aussi la longévité du couple», notent d'ailleurs les chercheurs dans leur étude.


Que faire, donc, pour corriger le tir? C'est assez simple, me semble-t-il : prêter davantage attention à l'autre lorsqu'on est avec lui, même si l'on a en tête quelques idées noires liées au travail. Voici quelques suggestions de ma part, l'idée étant dès lors de briser la routine qui vous fait apporter votre stress du travail à la maison, soir après soir:


> Rendez visite à un chum. À la dernière minute, trouvez le moyen de faire un saut chez un de vos chums, avec votre conjoint/e. Pour prendre un verre, pour regarder un film ensemble, pour n'importe quelle raison futile. Car cela brisera votre routine, vous fera arrêter de broyer du noir et fera du bien à tout le monde.


> Organisez un long repas ou une sortie. Prenez une heure de votre journée pour faire une belle surprise à vos proches : un long repas, préparé tous ensemble avec amour; sinon, une sortie à l'improviste. Garanti, votre stress lié au travail va dès lors fondre d'un seul coup!


> Investissez-vous dans un loisir. Demandez-vous quelle activité – culturelle ou physique – vous tente vraiment, et lancez-vous! Imposez-vous de vous y adonner au moins une fois par semaine, de préférence en fin de journée. Car cela vous permettra de décrocher totalement du travail, et vous fera le plus grand bien (sans parler du fait que ça donnera l'occasion à votre conjoint/e de respirer un peu, pendant ce temps-là...).


Voilà. Vous savez maintenant quel péril vous courez à force d'apporter votre stress du travail à la maison. Et surtout, comment y remédier, et par suite, renouer avec le romantique qui sommeille en vous. À vous de jouer!


En passant, le journaliste français Émile de Girardin a dit dans ses Études politiques : «Tout le monde parle de progrès, et personne ne sort de la routine».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


 

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Employeurs, voici pourquoi vos employés vous fuient!

Mis à jour le 20/02/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Aujourd'hui, 63% des employés canadiens se disent prêts à travailler pour un autre employeur, selon une étude...

L'art subtil de rédiger un courriel, selon Steve Jobs

Mis à jour le 20/02/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. En quelques mots, le cofondateur d'Apple savait mettre son interlocuteur dans sa poche...

Blogues similaires

Rencontre avec William Leclerc, entrepreneur-artisan

15/02/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Parlons d’artisanat, de développement économique régional et d’adoption avec le jeune fondateur d'Ebenor.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

Un outil précieux pour l'intégration de gestionnaires immigrants

Édition du 10 Février 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est un cas qui risque de se répéter au Québec, surtout avec un marché de l'emploi toujours plus ...