Comment donner un sens à sa vie?

Publié le 05/11/2012 à 09:27, mis à jour le 05/11/2012 à 09:27

Comment donner un sens à sa vie?

Publié le 05/11/2012 à 09:27, mis à jour le 05/11/2012 à 09:27

Le bonheur et la quête de sens à sa vie sont liés. Photo: DR

BLOGUE. La voilà, LA question. Oui, la voilà enfin posée. Bien entendu, vous vous dîtes sûrement que ce n'est pas aujourd'hui que quelqu'un y apportera une réponse limpide. Et pourtant… Oui, et pourtant, je vous invite vraiment à lire ce billet de blogue, car je pense qu'il pourra en éclairer plus d'un.


Découvrez mes précédents posts


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Quatre éminents chercheurs ont eu l'audace de se poser la question, et surtout de tenter d'identifier un moyen d'y répondre. Il s'agit de : Roy Baumeister, professeur de psychologie à l'Université d'État de la Floride ; Kathleen Vohs, professeure de marketing à l'École de management Carlson de l'Université du Minnesota ; Jennifer Aaker, professeure de marketing à Stanford ; et Emily Garbinsky, doctorante en psychologie à Stanford. Le fruit de leur travail se trouve dans une étude intitulée Some key differences between a happy life and a meaningful life.


Ainsi, ils ont eu l'idée de chercher les différences qu'il pouvait y avoir entre le fait d'être heureux dans la vie et le fait de chercher un sens à son existence. Pour ce faire, ils ont utilisé une méthode ultrasimple, tellement simple même qu'elle frôle le génie.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Une Québécoise dans le Top 10 des entrepreneures canadiennes

La Québécoise Noémie Dupuy, de Studio Budge, se classe 8/100 des entreprises canadiennes gérées par des femmes.

Ces étudiants montréalais ont obtenu 30 000 $ pour fabriquer du pot biosynthétique

Nombreux sont les étudiants de 2e et 3e cycle qui expérimentent avec le pot. Deux Montréalais en ont fait une start-up.

L'Écosse entre le pétrole, le whisky, la démographie et les douanes

Édition du 20 Septembre 2014 | René Vézina

BLOGUE. Au moment où paraîtra ce numéro du journal, on devrait être à la toute veille d'apprendre si l'Écosse sera ...