Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Des indices trahissent l'überconfiance... Photo: DR

BLOGUE. Parfois, nos paroles dépassent notre pensée. C'est du moins l'excuse qu'on avance communément lorsqu'on a commis une gaffe, lorsqu'on a dévoilé à tous, à notre insu, le fond de notre pensée. Pas vrai?


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Poussons maintenant la réflexion un peu plus loin : se pourrait-il que nos paroles "malheureuses" renferment des vérités que l'on préfère taire, et même plus que ça, des vérités qu'on ne préfère pas savoir nous-mêmes? Curieuse interrogation, me direz-vous a priori. Pourtant, elle est, comme vous allez vite vous en rendre compte, primordiale pour qui entend devenir un véritable leader.


J'ai mis la main sur une étude passionnante intitulée Self attribution bias of the CEO: Evidence from CEO interviews on CNBC. Celle-ci est signée par Andy Kim, professeur de finance à l'École de commerce Nanyang, à Singapour. Elle montre que ce que l'on dit a beaucoup plus d'importance qu'on ne l'imagine…


Le chercheur a eu une idée de départ intéressante : visionner près de 7 000 entrevues données par des PDG à la chaîne économique américaine CNBC, entre 1997 et 2006, pour regarder si, dans leurs paroles, on pouvait déceler ce qu'on appelle des indices d'überconfiance, c'est-à-dire des indices témoignant de leur excès de confiance en eux (self attribution bias, en anglais).


Des indices d'überconfiance? Ce sont, par exemple, des phrases où le PDG s'attribue personnellement le mérite du succès de l'entreprise qu'il dirige, et des phrases où il attribue au marché, ou encore à la malchance, la mauvaise passe qu'est en train de traverser son entreprise. Grosso modo, quand ça va bien, c'est grâce à lui, et quand ça va mal, ce n'est pas de sa faute.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

À quoi bon rester fidèle à votre employeur?

BLOGUE. Saviez-vous qu'en étant fidèle à son employeur un salarié s'appauvrit par rapport à celui qui lui est infidèle?

Comment faire le bon choix en dépit d'une mauvaise information?

24/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Vous avez un choix crucial à faire? Et ceux qui vous conseillent sont biaisés? Voici comment vous y prendre.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

4 tendances et 4 occasions d'affaires du consumérisme post-démographie

24/11/2014 | Diane Bérard

Près de 40 % des 1000 artistes préférés des 60 ans sont aussi ceux des 13 ans. La majorité des gamers sont des gameuses

Decode MTL veut faire de vous un programmeur en huit semaines de cours du soir

Decode MTL, qui a accueilli ses premiers étudiants le 27 octobre, est le premier bootcamp de programmation à Montréal.

Et si on s'employait plutôt à chercher plus de revenus?

23/11/2014 | René Vézina

L’ouverture des sociétés d’État québécoises au capital citoyen pourrait être une solution à envisager sérieusement.