Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Des indices trahissent l'überconfiance... Photo: DR

BLOGUE. Parfois, nos paroles dépassent notre pensée. C'est du moins l'excuse qu'on avance communément lorsqu'on a commis une gaffe, lorsqu'on a dévoilé à tous, à notre insu, le fond de notre pensée. Pas vrai?


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Poussons maintenant la réflexion un peu plus loin : se pourrait-il que nos paroles "malheureuses" renferment des vérités que l'on préfère taire, et même plus que ça, des vérités qu'on ne préfère pas savoir nous-mêmes? Curieuse interrogation, me direz-vous a priori. Pourtant, elle est, comme vous allez vite vous en rendre compte, primordiale pour qui entend devenir un véritable leader.


J'ai mis la main sur une étude passionnante intitulée Self attribution bias of the CEO: Evidence from CEO interviews on CNBC. Celle-ci est signée par Andy Kim, professeur de finance à l'École de commerce Nanyang, à Singapour. Elle montre que ce que l'on dit a beaucoup plus d'importance qu'on ne l'imagine…


Le chercheur a eu une idée de départ intéressante : visionner près de 7 000 entrevues données par des PDG à la chaîne économique américaine CNBC, entre 1997 et 2006, pour regarder si, dans leurs paroles, on pouvait déceler ce qu'on appelle des indices d'überconfiance, c'est-à-dire des indices témoignant de leur excès de confiance en eux (self attribution bias, en anglais).


Des indices d'überconfiance? Ce sont, par exemple, des phrases où le PDG s'attribue personnellement le mérite du succès de l'entreprise qu'il dirige, et des phrases où il attribue au marché, ou encore à la malchance, la mauvaise passe qu'est en train de traverser son entreprise. Grosso modo, quand ça va bien, c'est grâce à lui, et quand ça va mal, ce n'est pas de sa faute.

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Les 4 talents à présenter absolument dans votre profil LinkedIn en 2016

01/12/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La fin de l'année approche et vous devez actualiser votre profil LinkedIn. Voici ce qui doit être mis en avant.

10 trucs ultrasimples pour aider votre équipe à clancher la concurrence

30/11/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Être meilleur que les autres revient, en vérité, à se dépasser soi-même. Comme l'explique ici Guy Kawasaki.

Blogues similaires

Après les chauffeurs Uber, la révolte des coursiers Deliveroo

BLOGUE. Le combat pour l'acceptabilité sociale de «l'Uber-économie» grimpe d'un cran.

La pénurie d'argent et de temps est un avantage compétitif

25/07/2016 | Julien Brault

BLOGUE. Chaque minute qui passait me rapprochait du moment redouté où TOUTES mes ressources seraient épuisées.

«Ce n'est pas tant la destination qui importe que le parcours»

Édition du 16 Juillet 2016 | René Vézina

CHRONIQUE. Il y a de ces histoires qui nous font croire que tout ne va pas si mal au Québec. Celle de Mario ...