Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Avez-vous trop confiance en vous-même?

Publié le 18/02/2013 à 06:03, mis à jour le 18/02/2013 à 06:03

Des indices trahissent l'überconfiance... Photo: DR

BLOGUE. Parfois, nos paroles dépassent notre pensée. C'est du moins l'excuse qu'on avance communément lorsqu'on a commis une gaffe, lorsqu'on a dévoilé à tous, à notre insu, le fond de notre pensée. Pas vrai?


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Poussons maintenant la réflexion un peu plus loin : se pourrait-il que nos paroles "malheureuses" renferment des vérités que l'on préfère taire, et même plus que ça, des vérités qu'on ne préfère pas savoir nous-mêmes? Curieuse interrogation, me direz-vous a priori. Pourtant, elle est, comme vous allez vite vous en rendre compte, primordiale pour qui entend devenir un véritable leader.


J'ai mis la main sur une étude passionnante intitulée Self attribution bias of the CEO: Evidence from CEO interviews on CNBC. Celle-ci est signée par Andy Kim, professeur de finance à l'École de commerce Nanyang, à Singapour. Elle montre que ce que l'on dit a beaucoup plus d'importance qu'on ne l'imagine…


Le chercheur a eu une idée de départ intéressante : visionner près de 7 000 entrevues données par des PDG à la chaîne économique américaine CNBC, entre 1997 et 2006, pour regarder si, dans leurs paroles, on pouvait déceler ce qu'on appelle des indices d'überconfiance, c'est-à-dire des indices témoignant de leur excès de confiance en eux (self attribution bias, en anglais).


Des indices d'überconfiance? Ce sont, par exemple, des phrases où le PDG s'attribue personnellement le mérite du succès de l'entreprise qu'il dirige, et des phrases où il attribue au marché, ou encore à la malchance, la mauvaise passe qu'est en train de traverser son entreprise. Grosso modo, quand ça va bien, c'est grâce à lui, et quand ça va mal, ce n'est pas de sa faute.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

À 20 ans, Simon Tian nous donne une leçon d'entrepreneurship

BLOGUE. Simon Tian, ce montréalais fondateur de Neptune a repensé la montre intelligente malgré la présence des géants.

Tout, absolument tout, sur la génération Z!

02/03/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La génération Z. Oui, celle de ceux qui sont nés depuis 1995, et qui va bouleverser votre quotidien au travail.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

«Objectif Wall Street», le premier jeu de simulation boursière qui inclut l'éthique

17/02/2015 | Diane Bérard

BLOGUE. L'Université de Sherbrooke a créé une simulation boursière où l'éthique de l'investisseur influence son succès.

Startup Weekend Trois-Rivières démontre que les régions ont soif de start-ups

02/03/2015 | Julien Brault

BLOGUE. Ils étaient quelque 65 participants à présenter 10 projets de start-ups dimanche soir.

Hydro-Québec: une performance énergisante pour Thierry Vandal... et Québec

Mis à jour le 27/02/2015 | René Vézina

BLOGUE. Avec un dividende de 2,5 milliards remis à Québec, Hydro donne un sérieux coup de pouce aux finances publiques.