La rotation des titres peut être une bonne chose

Publié le 19/01/2013 à 10:53, mis à jour le 19/01/2013 à 11:08

La rotation des titres peut être une bonne chose

Publié le 19/01/2013 à 10:53, mis à jour le 19/01/2013 à 11:08

© Petar Zigich | Dreamstime.com

BLOGUE. 


Si l'on en juge par les rendements de l'indice américain S&P 500, 2012 constitua une bonne année. En incluant les dividendes, un investisseur utilisant la méthode passive et qui aurait alloué son argent dans cet indice aurait bénéficié d'un rendement total d'environ 16%. 


Beaucoup de littérature a été produite sur le sujet, à l'effet que la gestion passive revêt une forme de sagesse par opposition aux personnes qui transigent fréquemment. À entendre parler certains gestionnaires, la spéculation se définirait en fonction du nombre de transactions effectuées sur un certain laps de temps. Acheter des titres uniquement pour le long terme supposerait le recours à la patience et au gros bon sens. 


Nous devons souligner d'emblée que les investisseurs que l'on surnomme ''day traders'' transigent très fréquemment, sans nécessairement procéder à une analyse rigoureuse des états financiers des sociétés sous-jacentes aux titres transigés. Toutefois, affirmer qu'un investissement à court terme constitue systématiquement de la spéculation s'avère totalement erroné à notre avis. Acheter un titre sous-évalué, suite à une analyse approfondie des états financiers, peut aboutir en un véritable investissement, réfléchi et empreint de sagesse, même s'il est revendu au bout de six mois!


Lorsque nous procédons à l'achat d'un titre, nous ne connaissons pas d'avance le moment où nous nous en départirons. Si nous achetons le titre ''X'' à 20$, et que nous évaluons sa véritable valeur à 30$,  nous patienterons le temps qu'il faut pour que notre profit se réalise. Parfois, l'appréciation du titre se concrétise rapidement. À d'autres moments, au lieu de quelques mois, quelques années peuvent s'avérer nécessaires. Bien sûr, la valeur estimée changera en cours de route. Ainsi, au bout de 12 mois, elle peut avoir changé à 35$ plutôt que les 30$ précédents. Dans ces conditions, nous réévaluons notre investissement. 

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont propriétaires de Barrage investissement privé, une firme montréalaise de gestion d'actifs.

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Investir: les choix de Stéphane Rochon, de BMO Nesbitt Burns

17/09/2014 | Stéphane Rolland

Stéphane Rochon, de BMO Nesbitt Burns nous expose ses perspectives pour les marchés et ses meilleures idées.

À surveiller : CAE, Aimia et Harley-Davidson

05/09/2014 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de CAE, d’Aimia et de Harley-Davidson? Voici quelques recommandations d’analystes.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Un fiasco dont on parle peu

30/09/2014 | Bernard Mooney

BLOGUE. il y a un autre fiasco dont on parle peu, et c’est la déconfiture du secteur des terres rares.

Sans-fil: pourquoi Cogeco tente d'entrer par la porte arrière

25/09/2014 | François Pouliot

BLOGUE. Cogeco demande des conditions pour entrer dans le sans-fil. Faut-il les lui accorder?

Québec inc. repasse devant Toronto grâce à la consommation

Les titres de Québec inc. en Bourse ont repris le dessus sur la Bourse de Toronto, alors que le 3e trimestre prend fin.