Cette chaîne méconnue qui bouscule l'épicerie aux États-Unis

Publié le 24/09/2017 à 08:21, mis à jour le 24/09/2017 à 09:41

Cette chaîne méconnue qui bouscule l'épicerie aux États-Unis

Publié le 24/09/2017 à 08:21, mis à jour le 24/09/2017 à 09:41

Une épicerie Aldi aux États-Unis. Photo: GettyImages

Plus petit, mais plus efficace: voilà le mot d’ordre que semble s’être donné la société allemande Aldi. Peut-être entendez-vous parler de la chaîne pour la première fois, et pourtant, l’entreprise existe depuis 1946. C’est qu’elle fait peu de publicité, ne publie pas d'états financiers et ses dirigeants n’accordent pas d’entrevue. Selon elle, moins on en sait à son sujet, plus elle peut s’accaparer des parts de marché sans trop alerter ses rivales.


Aldi demeure une société à capital fermé, avec plus de 10000 magasins établis dans 18 pays. Elle a été fondée par les frères Albrecht en Allemagne, et le nom de l'enseigne révèle sa stratégie: «Al» pour «Albrecht», et «Di» pour «discount» (en français, «escompte»). Selon un récent article du Wall Street Journal, cet épicier vendrait ses produits moins cher que chez Walmart(N.Y., WMT), et compte atteindre 2500 établissements en sol américain d’ici 2022. Notons qu’actuellement, on y dénombre déjà 1700 magasins.


La stratégie d’affaire ressemble en bonne partie à celle de Costco(NASDAQ, COST). L’esthétique des magasins ne constitue pas une priorité, et le nombre d’items vendus est très peu élevé: environ 1700 chez Aldi, 3800 pour Costco, tandis que Walmart se distingue du lot avec 120000 items!


Les frères Albrecht ont bien été tentés par le passé de suivre une voie plus conventionnelle, en offrant un choix plus vaste. Ils ont toutefois décidé de miser davantage sur la rotation des stocks. Dieter Brandes, qui a siégé au conseil d'administration de l'entreprise jusqu’en 1985, a déjà dit que «personne n’a besoin de 50 différentes sortes de papier de toilette.»


Un nombre restreint d’items réduit considérablement le travail exigé pour l’approvisionnement et le suivi, sans parler des escomptes importants obtenus auprès des fournisseurs en acquérant les produits en très grandes quantités. Cette stratégie permet à la société d’opérer avec des surfaces de vente beaucoup plus petites. Une épicerie Aldi comporte environ 16000 pieds carrés, dont 10000 pour la vente auprès des clients. Elle économise donc des sommes importantes, comme sur le plan des pertes alimentaires ou le coût du loyer.


Tout comme Sam Walton, le fondateur de Walmart, les frères Albrecht n’aimaient pas le gaspillage et surveillaient les coûts de près. Par exemple, selon l’article cité plus haut, l'un d'eux demandait à ses employés d’éteindre les lumières lorsque le soleil apparaissait, de prendre des notes sur du papier brouillon ou encore, de régler les séchoirs des toilettes au temps optimal pour éviter qu’ils ne soufflent inutilement. L’idée s’avérait simple: tout petit gaspillage à un emplacement précis, lorsque répété constamment partout, peut constituer une menace pour sa fortune.


Un autre concurrent allemand fort ambitieux s’est ajouté au secteur américain cette année. Il s’agit de Lidl, dont les magasins sont un peu plus grands que ceux d’Aldi, mais avec un modèle d’affaires similaire. Ajoutons à cela la présence grandissante d'Amazon(NASDAQ, AMZN), qui dérange de plus en plus. Walmart et Kroger(N.Y., KR) devront donc redoubler d’efforts pour conserver leurs parts de marché dans un secteur de l'épicerie soumis à une concurrence plus vive que jamais.


 Au sujet des auteurs du blogue: Patrick Thénière et Rémy Morel sont analystes financiers et propriétaires de Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com




 

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont analystes financiers et propriétaires de Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Metro - Coutu: les points forts de l'appel conférence

Mis à jour le 02/10/2017 | Dominique Beauchamp

Éric Laflèche assure que Coutu est la meilleure occasion qui s'offrait pour passer à une autre dimension au Canada.

Le deuxième actionnaire de Metro et de Coutu bénit l'union

Jarislowsky, Fraser juge le prix juste pour ses actions de Jean Coutu tandis que celles de Metro gagneront en valeur.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Le robot taxi est-il sur le point de propulser GM?

Édition du 21 Octobre 2017 | François Pouliot

CHRONIQUE. Contre toutes attentes, GM est vue comme un des chefs de file des véhicules sans conducteur.

La course aux rendements soulève la Bourse

BLOGUE. Le culte de la performance alimente les gains.Les pros veulent rattraper leur retard à temps pour la fin de 2017