La Lavalloise Nutcache coupe l’herbe sous le pied de FreshBooks

Publié le 06/12/2013 à 13:24, mis à jour le 06/12/2013 à 13:28

La Lavalloise Nutcache coupe l’herbe sous le pied de FreshBooks

Publié le 06/12/2013 à 13:24, mis à jour le 06/12/2013 à 13:28

Lancée en janvier, Nutcache ne compte que 10 000 utilisateurs, mais ses créateurs ont l'ambition de conquérir le monde.

Nutcache, une application en ligne de facturation gratuite, vient de lancer une application Android. Le produit, sur lequel travaille une équipe de 12 personnes à Laval, joue dans les plates-bandes du géant torontois FreshBooks, qui compte une centaine d’employés et cinq millions d’utilisateurs. Lancée en janvier, Nutcache ne compte que 10 000 utilisateurs, mais ses créateurs ont l'ambition de conquérir le monde.


«La nouvelle génération d’utilisateurs de logiciel ne veut pas payer », explique Sébastien Boyer, directeur du produit Nutcache au sein de Dynacom, un éditeur de logiciels de comptabilité comptant 55 employés. L’entreprise mise ainsi sur la gratuité pour gagner des parts de marché. L’autre critère de démarcation du produit est qu’il est disponible en 10 langues dont, bien entendu, le Français.


Afin de générer des revenus, le plan de Sébastien Boyer est de créer un marché permettant aux utilisateurs de Nutcache de proposer leurs services. Le modèle d’affaires de ce marché serait basé sur la publicité.


L’application Android de Nutcache permet pour l’instant de chronométrer des tâches facturables, mais ses utilisateurs doivent passer par l’application Web pour générer des factures. De nouvelles fonctionnalités devraient toutefois être ajoutées à l’application. Une version pour iPhone devrait aussi être lancée en janvier prochain.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

SMart: la coop qui fédère les pigistes veut s'installer au Québec

BLOGUE. La coop européenne SMart offre un filet social et professionnel à 35000 pigistes. Un projet pour le Québec?

Votre boss nuit-il à votre bonheur?

BLOGUE. Tout dépend de son style de leadership. S'il agit en «petit boss», gare aux dégâts. Mais s'il agit en coach,...