Pourquoi les condos des tours d'habitation coûtent plus cher

Publié le 19/06/2017 à 09:43, mis à jour le 19/06/2017 à 12:55

Pourquoi les condos des tours d'habitation coûtent plus cher

Publié le 19/06/2017 à 09:43, mis à jour le 19/06/2017 à 12:55

La tour des Canadiens et sa vue imprenable. Photo: page Facebook officielle.

Les grandes tours poussent à une vitesse effrénée au centre-ville de Montréal et ça ne s’arrête pas. Encore la semaine dernière, on pouvait lire que la tour des Canadiens 2 allait passer de 49 à 53 étages. Le visage du centre-ville change avec un nouveau type d’habitation que l’on connaissait peu avant au Québec: la tour à condos.


Selon le rapport de JLR, le prix médian des unités situées dans des tours à copropriétés de plus de 10 étages était de 351606$ entre le 1er janvier 2016 et mai 2017 sur l’île de Montréal. Ce prix surpasse de 17% celui pour l’ensemble des copropriétés dans l’agglomération.


Il faut mentionner que 80% des unités transigées étaient situées dans les arrondissements plus chers que la moyenne, c’est-à-dire Ville-Marie, le Sud-Ouest et Verdun. En considérant seulement les trois arrondissements centraux, on constate une différence du prix médian de 5% entre les copropriétés dans les grands immeubles et l’ensemble des copropriétés vendues.


Lisez La tour des Canadiens, contre vents et marées


Le prix médian plus élevé peut également s'expliquer par l'importante proportion d'unités récentes. Un peu moins de la moitié des copropriétés vendues au cours de la période analysée étaient neuves.


Ce qui est particulièrement intéressant à observer avec l’arrivée de ces nombreuses tours, est la différence de prix selon les étages. Les niveaux supérieurs offrent généralement de meilleures vues, un avantage qui se monnaye.


Un prix en fonction de la hauteur


Les premiers étages d’une tour sont habituellement les plus accessibles. Le prix médian des copropriétés vendues situées aux quatre premiers étages de l’immeuble était de 303398$, un prix qui croît de 6% à 15% par tranches de quatre étages supérieurs. Le prix médian atteint finalement 468 298$ aux étages 21 à 24. 


Source: JLR

La hausse de prix pour chaque tranche de quatre étages par rapport aux paliers inférieurs s’accentue aux étages 9 à 12 et 21 à 24. La prime qui semble plus importante s’explique par la taille médiane plus grande des unités vendues sur ces étages durant la période analysée.


Les copropriétés sont généralement similaires à tous les étages dans un même bâtiment à l’exception, parfois, des derniers étages d’un immeuble. Or, beaucoup d’unités de type penthouse semblent être situées aux étages 9 à 12 et 21 à 24, ce qui expliquerait que ces copropriétés vendues sont plus grandes à ces étages.


De manière générale, on observe une croissance constante des prix à mesure que l’on grimpe d’étage.


Encore plusieurs incertitudes pour les grandes tours


Présentement, les unités dans ces grands immeubles sont plus chères que les autres, notamment, car les bâtiments sont bien situés, récents et offrent, pour les copropriétés du haut, des vues imprenables sur la ville de Montréal.


Toutefois, il faudra voir comment l’engouement évoluera au cours des prochaines années avec les nombreuses nouvelles tours encore en construction. Le marché devra s’adapter à ce nouveau type d’immeuble alors que plusieurs questions demeurent concernant la location à court terme, les garanties de construction, les assurances sinistres et les fonds de prévoyance


Pour plus d’informations concernant le prix des unités selon l’étage dans les tours à condos, vous pouvez lire l’étude complète de JLR


Lire mes autres articles


Me suivre sur Twitter : @JFontaineJLR


 

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Les ventes sans garantie légale gagnent en popularité

21/08/2017 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Les ventes aux risques et périls de l'acheteur augmentent. Portrait d'une tendance.

Plongée vertigineuse des délais de vente

07/08/2017 | Matthieu Charest

Le temps requis avant de vendre une propriété est en chute libre dans plusieurs régions du Québec.