Guerre commerciale: un stratège hausse son encaisse

Publié le 18/06/2018 à 16:20

Guerre commerciale: un stratège hausse son encaisse

Publié le 18/06/2018 à 16:20

De moins en moins sûre qu’une guerre commerciale puisse être évitée entre les États-Unis et la Chine, la Financière Banque Nationale adopte une tactique de repli.


Devant la menace croissante que représente l’escalade de tarifs symétriques entre la Chine et les États-Unis pour les revenus et les profits des entreprises, Stéphane Marion relève l’encaisse de 7 à 10% du portefeuille.


La place accordée aux actions canadiennes diminue de 4% à 20%, celle des actions américaines augmente toutefois de 3% à 20%, tandis que celle des pays émergents passe de 5 à 2%.


«Jusqu’à la semaine dernière nous assumions que le président Trump voudrait éviter une guerre commerciale avant les élections de mi-mandat en raison des risques qu’un tel conflit pose pour les bénéfices des entreprises américaines», écrit le courtier, dans sa mise à jour.


Les tarifs déjà annoncés représentent 12% du commerce entre les deux pays, un seuil qui restait «gérable» pour l’économie mondiale .


Le problème est la menace de Donald Trump d’imposer des tarifs sur 100 milliards de plus de biens importés de la Chine si Beijing répliquait à la première salve de tarifs avec ses propres tarifs, d’ici au 6 juillet.


«Bien qu’il reste un peu de temps avant cette date butoir, la fenêtre se ferme», écrit le stratège de la FBN, Stéfane Marion.


Washington dévoilera aussi le 30 juin comment elle entend restreindre les investissements chinois aux États-Unis, pour faire pression sur Beijing pour qu’elle ouvre son marché interne aux investissements américains.


M. Marion rappelle que les entreprises américaines du S&P 500 réalisent 43% de leurs revenus à l’étranger.


En même temps, la Fed semble disposée à respecter son plan de hausses de taux au moment où le dollar américain s’apprécie.


Ce contexte met en danger l’augmentation prévue de 14,6% des profits des entreprises du S&P 500 dans 12 mois.


Pourquoi le Canada écope-t-il plus?


Les actions canadiennes deviennent moins attrayantes parce que l’indice S&P/TSX approche de la cible de 16700 établie pour l’indice torontois à la fin de 2018.


«Le recul du huard appuiera les profits, mais il y a une limite à ce que notre monnaie peut faire si les États-Unis adoptent la ligne dure concernant les produits canadiens», indique le stratège.


Le commerce entre les deux voisins a une valeur de 630 milliards de dollars américains, nettement supérieure à celui entre la Chine et les États-Unis.


Le secteur automobile en est l’épicentre. Le président Trump a évoqué la menace de tarifs de 25% sur les importations d’autos assemblées au Canada, donne en exemple M. Marion.


Un choc à l’industrie automobile pourrait se répercuter sur les secteurs industriels et de la consommation discrétionnaire de la Bourse de Toronto qui ont récemment atteint des records.


La FBN recommande donc à ses clients de prendre des profits dans ces deux industries et de redistribuer les gains dans celles de la consommation de base et des télécommunications.


«Nous restons alertes et prêts à revoir nos positions tactiques lorsque la situation commerciale s’éclaircira», conclut-il.


 


 


 

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Affronter les incertitudes commerciales mondiales

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

Les entreprises québécoises sont soumises aux incertitudes géopolitiques et aux tensions commerciales mondiales. ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Hockey : ces titres peuvent-ils la mettre dedans ?

Édition du 22 Septembre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les matchs hors concours sont lancés et la saison approche à grands pas. Alors que les pools ...

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?