Acheter une maison, quel mauvais investissement!

Publié le 18/08/2017 à 09:09

Acheter une maison, quel mauvais investissement!

Publié le 18/08/2017 à 09:09

Ah ces jeunes, je vous dis! Ils sont beaux, ils sont brillants et ils sont pleins de talents… Mais qu’est-ce que je ne leur confierais pas la gestion de mon argent ! Imaginez, ils croient qu’acheter une maison est un bon investissement. Si! Ils l’ont dit aux sondeurs de la firme Léger, comme ça: «Je crois que l’achat d’une maison est un bon investissement».


Et ils ne sont pas un peu: 87% des Canadiens de 25 à 30 ans le pensent, selon cette enquête commanditée par Royal LePage et dont les résultats ont été diffusés hier. Et ça alors que les prix n'ont jamais affiché une telle incandescence.


En même temps, 64% disent que les maisons sont inabordables dans leur région. Et 57% pensent pouvoir être en mesure d’être propriétaire d’ici cinq ans.


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets


Mais si c’est un bon investissement, comment cela peut-il être aussi inabordable? Et si c’est un bon investissement, pourquoi patienter cinq ans avant de se lancer?


Mais qu’est-ce qu’ils attendent pour emprunter à leurs grands-parents pour faire fructifier leur argent, ces jeunes? Et pourquoi se contenter de ces petits condos en carton de 35 mètres carrés ? Si c’est un bon investissement, pourquoi alors ne pas acquérir une grande maison. Mais j’y pense, à quatre ou cinq ménages de milléniaux dans une maison-manoir à Laval, on pourrait réinventer la commune… capitaliste!


C’est vrai que depuis que ces jeunes adultes s’intéressent au marché résidentiel, ils n’ont connu rien d’autres que des maisons dont le prix monte. Et parmi leurs ainés, une bonne majorité a oublié que les prix peuvent stagner longtemps. Comme si par nature, un bien immobilier s’appréciait de 15 % année après année… Mais vous savez ce qu’on dit, le passé n’est jamais garant de l’avenir.


Il n’y a qu’une chose qui soit certaine en immobilier: avec le temps, la valeur d’un immeuble tend plutôt vers zéro. À moins d’y investir pour la maintenir en état, une maison finira tôt ou tard par devenir le refuge des ratons laveurs, comme cette petite «shoe box» abandonnée dans la rue d’à côté. À moins de vouloir offrir le gîte à ces petits mammifères nocturnes, il faut un jour ou l’autre réparer la toiture, changer les fenêtres, le revêtement extérieur, les planchers, le réservoir d’eau chaude… Et si on ne veut pas non plus attirer les fonctionnaires municipaux, dont l’oeuvre est parfois plus affligeante qu’un sac de poubelle éventré, il faut aussi payer ses taxes.


Évidemment, lorsqu’on fait une mise de fonds de 5% pour acquérir une maison dont le prix s’apprécie de 10% l’année suivante, ç’a tout l’air de l’investissement de la mort. Rarement peut-on profiter d’un aussi puissant effet levier. Mais si, pensez-y! Vous injectez 15 000 dollars de votre argent pour acheter une maison de 300 000 dollars financée à 95% par la banque. Si elle vaut 330 000 dollars 12 mois plus tard, on parle d'un joli profit: 30 000 dollars pour un apport en capital de 15 000 dollars.


Mais pour réaliser le profit, il faut la revendre. On doit comptabiliser la taxe de Bienvenue, les taxes municipales et scolaires, les commissions de courtier, les frais de notaires…


On perd de l’argent.


Mais si on garde cette maison pendant 20 ans, on amortira une partie de ces frais? Ah oui! Mais il faudrait que le prix des maisons continue de grimper à un bon rythme et d’y habiter durant tout la période.


Il faudra résister à la tentation de faire des rénovations. «Mais Germain, me direz-vous, rénover la cuisine et la salle de bain augmente la valeur de ta maison, non?». Si, mais jamais d’autant que les sommes engagées. Il faut donc conclure que, bien qu’elles apportent plaisir et confort, les rénovations sont une dépense, et non un investissement. Sinon, votre conseiller financier vous dirait d’abandonner votre REER et de vous faire construire une cuisine comme celle de Céline Dion.


Mais il faudra néanmoins injecter de l’argent dans l’entretien pour maintenir le bien en état, beaucoup d’argent.


Alors, me demanderez-vous, n’est-ce pas mieux que d’enrichir un propriétaire en lui versant un loyer ? Pas tellement. En fait, pas du tout. Le coût de la propriété, en comptant l’entretien, les taxes et tous les autres frais, dont les sommes investies pour éradiquer les hannetons qui ruinent la pelouse, est élevé. À ça, il faudrait ajouter les rendements auxquels le propriétaire renonce en immobilisant son argent dans le bien immobilier et les intérêts qu'ils paient à la banque pendant qu'il la rembourse. À moins d’acheter dans une fenêtre exceptionnelle, comme tous ceux qui sont devenus propriétaires au cours des années 2000. On peut le constater a posteriori. Mais on ne peut savoir à l'avance.


L’achat d’une maison est d’abord un moyen de procurer du confort à sa famille. Il représente indirectement, aussi, une façon forcée d’épargner.


Mais un investissement? À moins d'être chanceux, j'en doute! Particulièrement en ce moment.  


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets




À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet

Le FERR et le SRG ne font pas souvent bon ménage

Comment éviter de perdre le supplément de revenu garanti à la retraite.

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d'or?

22/09/2017 | Daniel Germain

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.