Mooney: Ce qu'Apple devrait faire avec son cash!

Publié le 11/02/2013 à 09:39, mis à jour le 11/02/2013 à 10:42

Mooney: Ce qu'Apple devrait faire avec son cash!

Publié le 11/02/2013 à 09:39, mis à jour le 11/02/2013 à 10:42

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. La mauvaise performance boursière récente du titre d’Apple augmente la pression sur son conseil d’administration. Les investisseurs aimeraient bien que la société verse à ses actionnaires une partie de son importante encaisse à ses actionnaires.


Au 31 décembre, Apple avait 137 milliards de dollars (G$) US en encaisse, soit près de 150$ US par action.


Jeudi (7 février), l’entreprise a divulgué qu’elle était en discussion avec un important actionnaire, en l’occurrence David Einhorn, gestionnaire du hedge fund Greenlight Capital. M. Einhorn veut forcer le conseil d’administration à émettre des actions privilégiées dans le but de distribuer de l’argent aux actionnaires. Lisez notre article Pourquoi un actionnaire activiste s'en prend à Apple


Son idée est astucieuse. En effet, si Apple émettait pour 50G$US d’actions privilégiées offrant un rendement en dividende de 5%, cela lui coûterait seulement 2,5G$US en dividendes. Or, dans le contexte actuel de bas taux d’intérêt, M. Einhorn est convaincu que cette action privilégiée se vendrait à prime, créant de la richesse pour Apple et ses actionnaires.


David Einhorn est un bon investisseur. Au 30 septembre, son fonds avait 13% de son actif dans les actions d’Apple. Il est donc dans le même bateau que tous les actionnaires et la baisse récente du titre lui a certes fait mal.


Toutefois, je me méfie de ce genre de propositions faites par des investisseurs dits activistes. Ces derniers, pour la très grande majorité, travaillent d’abord et avant tout pour provoquer une hausse d'un titre, pour ensuite vendre à profit et se sauver.


Ils n’ont rien à faire des conséquences à long terme de leurs propositions.


Dans ce sens, les dirigeants et les conseils d’administration font bien d’être sur leurs gardes.


Quoi qu’il en soit, la pression est là sur Apple et les investisseurs s’attendent à une annonce d’ici son assemblée annuelle du 27 février.


Les gens qui me connaissent savent que je favorise les rachats d’actions, lorsque exécutés de façon rationnelle. Or, dans le secteur technologique, l’historique des sociétés qui ont racheté de leurs actions est vraiment pourrie! Le plus récent exemple est celui de Dell, qui cherche à se fermer son capital à bas prix après avoir brûlé des milliards de dollars en rachats d’actions!


Ça fait réfléchir.


Actuellement, Apple verse un dividende de 10,60$US par année, un rendement de 2,2%. La première étape serait de hausser immédiatement ce dividende pour offrir au moins 3% de rendement (au moins 14$US par année).


Le fait qu’une bonne partie de l’encaisse est à l’extérieur des États-Unis et sujette à des impôts lorsque rapatriée complique beaucoup tous les projets de distribution massive. Payer plus de 30% d’impôts sur son encaisse uniquement pour le verser aux actionnaires fait peu de sens.


Il peut être sensé d’émettre des obligations à long terme dont les frais d’intérêt seront déductibles d’impôts pour financer un dividende ou plusieurs dividendes spéciaux.


Mais définitivement, je vous dirais que la direction devrait favoriser le dividende pour distribuer son encaisse et enrichir ses actionnaires.


Bernard Mooney


P.S. Si ce n’était pas des impôts, Apple pourrait facilement verser 100$US par action dans un dividende spécial, ce qui serait la meilleure façon de distribuer son encaisse. BM


 

À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney

Sur le même sujet

10 choses à savoir lundi

23/04/2018 | Alain McKenna

Une cryptomonnaie pour enfants? Comment faire 10000$/mois avec Alexa. Ce geste qui rendra le Canada vraiment écolo.

À surveiller: Rogers, Apple et AutoCanada

20/04/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Rogers, Apple et AutoCanada?

Blogues similaires

Surprenant budget: Québec voit-il trop en rose?

27/03/2018 | François Pouliot

Pour la première fois, le cadre financier du Québec donne de l'espoir.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?

D'où vient cette obsession pour la courbe des taux?

BLOGUE. Ébranlés par les secousses de 2018, les investisseurs surveillent cet indicateur précurseur des récessions.