Devenir un meilleur investisseur en trois étapes

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Juin 2014

Devenir un meilleur investisseur en trois étapes

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Juin 2014

Photo; Shutterstock

Pour ma dernière chronique avant la pause estivale, j'ai pensé vous lancer un défi pour les deux prochains mois dans le but de faire de vous un meilleur investisseur.


Avant, faisons le point rapidement sur les marchés à la mi-année. Jusqu'à maintenant en 2014, les rendements réalisés sont intéressants. Cela, bien qu'ils donnent toujours l'impression d'être chancelants et sur le point de baisser (les «experts» prédisent une correction depuis au moins décembre 2013).


Au moment d'écrire ces lignes, l'indice S&P 500 s'est apprécié de 5,5 %, et au Canada, l'indice S&P/TSX a encore mieux performé avec un gain d'environ 9 %. Il s'agit là de rendements fort acceptables, pour à peine six mois, après la performance biblique de 2013 et dans un contexte où les titres à revenu fixe offrent des rendements très faibles.


Les conditions fondamentales demeurent favorables. Les taux d'intérêt sont très bas, ce qui témoigne de la politique «accommodante» de toutes les grandes banques centrales du monde. De plus, les pressions inflationnistes restent faibles, ce qui laisse entrevoir le fait que les taux pourraient être encore déprimés pendant quelques années.


La croissance économique est toujours au rendez-vous, malgré un rythme qui déçoit. Toutefois, ce qui déçoit l'économiste rassure l'investisseur. La croissance relativement faible diminue en effet les risques de surchauffe.


De plus, les bénéfices des entreprises et leurs dividendes continuent de croître, permettant la poursuite des politiques pour enrichir les actionnaires (rachats d'actions et hausses des dividendes versés). Là encore, il y a de la place pour l'amélioration, plusieurs stratèges se plaignant du faible rythme de progression des profits. C'est vrai, mais la tendance reste à la hausse.


Enfin, les signes inquiétants de sommet ne sont pas présents, à savoir la surévaluation évidente et l'exubérance des investisseurs.

À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney

Sur le même sujet

L'Arabie saoudite investit à nouveau dans les voitures électriques

17/09/2018 | AFP

C'est le constructeur automobile américain Lucid Motors qui a reçu cette enveloppe d'un milliard de dollars.

Le procès intenté par les investisseurs de Volkswagen débute

Les investisseurs réclament un total de près de 9 milliards d’euros à Volkswagen.

Blogues similaires

Hockey : ces titres peuvent-ils la mettre dedans ?

Édition du 22 Septembre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les matchs hors concours sont lancés et la saison approche à grands pas. Alors que les pools ...

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.