«Il y a des sociétés qui ont su s'adapter»- Erik Brynjolfsson, du MIT Center for Digital Business et du National Bureau of Economic Research

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

«Il y a des sociétés qui ont su s'adapter»- Erik Brynjolfsson, du MIT Center for Digital Business et du National Bureau of Economic Research

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Par Julien Brault

Erik Brynjolfsson, du MIT Center for Digital Business et du National Bureau of Economic Research

Coauteur du livre The Second Machine Age, Erik Brynjolfsson est directeur du MIT Center for Digital Business et chercheur associé au National Bureau of Economic Research. Ses recherches, qui portent sur l'impact des nouvelles technologies sur l'économie et la productivité, l'ont amené à faire de l'automatisation un de ses sujets de prédilection. Les Affaires lui a demandé comment les entreprises peuvent se préparer à la révolution de l'automatisation qu'il annonce dans son livre.


À lire aussi :
Robots: préparez-vous à une vague déferlante

Investir à l'ère des robots


Les Affaires - Pour survivre à la seconde ère des machines, les entreprises devront-elles toutes devenir des entreprises technos ?


Erik Brynjolfsson - Toutes les sociétés sont en train de devenir technos. Ça ne veut pas nécessairement dire qu'elles emploient des programmeurs à la tonne, mais elles utilisent des logiciels et des technologies numériques pour offrir leurs produits et services. Car une proportion grandissante de la valeur ajoutée de leurs produits et services est attribuable aux logiciels. Que vous soyez un constructeur automobile, une banque ou un groupe médiatique, les logiciels et la numérisation sont de plus en plus importants dans vos activités.


L.A. - Que conseilleriez-vous au pdg d'une entreprise traditionnelle qui ne sait pas comment faire face à cette révolution technologique ?


E.B. - Les exemples de sociétés qui n'ont pas réussi à relever le défi sont nombreux. Vous n'avez qu'à penser à la manière dont Barnes & Noble se débat face à Amazon et comment HBO s'est fait dépasser par Netflix, tant pour ce qui est du nombre d'abonnés que des revenus. Mais il y a des sociétés qui ont su s'adapter. Par exemple IBM, qui a su opérer des transitions plusieurs fois avec succès. Pour faire ce type de transitions, il faut que le pdg comprenne et embrasse la puissance des données et de la numérisation. Il faut qu'il soit prêt à changer la culture de l'entreprise de haut en bas. Et souvent, ça veut aussi dire de cannibaliser ses produits existants en en introduisant de nouveaux.


L.A. - Ce n'est donc pas suffisant d'embrasser la technologie ? Les entreprises doivent-elles aussi adapter leur modèle d'activité aux nouvelles technologies ?


E.B. - Exactement ! Elles devront transformer leur modèle d'affaires, leur culture et leur état d'esprit pour mieux tenir compte des données. Bien entendu, elles devront aussi transformer les produits et services qu'elles offrent. Changer autant de choses en même temps est très difficile, car les sociétés qui ont eu du succès dans le passé sont composées de plusieurs morceaux de puzzle qui vont ensemble. Alors, cette transformation est difficile sur le plan psychologique et culturel, mais aussi sur le plan de la logistique.


L.A. - Je conçois que de nombreuses industries seront touchées, mais quelles sont celles qui courent peu de risques d'être bouleversées ?


E.B. - Nous avons observé trois habiletés humaines qui ont été moins touchées. La première concerne le travail créatif, soit celui des artistes, des scientifiques et des entrepreneurs. Ces tâches ne sont ni très structurées ni répétitives ni routinières, et c'est difficile de créer un logiciel qui puisse les accomplir. La seconde touche les relations interpersonnelles. Elles englobent le leadership, les soins ainsi que la capacité de réconforter et de motiver les gens. Ce sont des habiletés que doivent avoir les vendeurs, les négociateurs, les gestionnaires, les infirmières, les éducatrices en garderie et les travailleurs sociaux. La troisième catégorie va vous surprendre, mais c'est la dextérité physique. C'est une habileté dont ont besoin les jardiniers, les cuisiniers, les coiffeurs et même les concierges. Les robots n'ont tout simplement pas le même niveau de dextérité que les humains, du moins pas pour l'instant. Par contre, s'il y a bien une chose que nous avons apprise en écrivant The Second Machine Age, c'est de ne jamais dire jamais. Peu importe la tâche que je montre du doigt en disant qu'elle est difficile à automatiser, tôt ou tard, je vais rencontrer un chercheur travaillant sur une technologie permettant de l'automatiser. C'est une frontière qui se déplace constamment.


À lire aussi :
Robots: préparez-vous à une vague déferlante

Investir à l'ère des robots

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier

20/09/2018 | AFP

Le groupe pourrait néanmoins adopter le modèle «Amazon Go» lancé en 2016.

Le patron d'Amazon crée une nouvelle fondation pour l'éducation

13/09/2018 | AFP

Son don qui correspond à 1% de sa fortune reste bien inférieur aux efforts philanthropique d'autres multimilliardaires.

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.