Lyft, rivale d'Uber, arrive à Toronto

Publié le 13/11/2017 à 13:34

Lyft, rivale d'Uber, arrive à Toronto

Publié le 13/11/2017 à 13:34

Par La Presse Canadienne

Le service de transport Lyft prévoit effectuer un premier déplacement à l'extérieur des États-Unis, en transportant des passagers à Toronto.


Le grand rival d'Uber a entrepris lundi de recruter des chauffeurs dans la métropole canadienne; son service devrait être offert aux clients de Toronto à compter du mois prochain _ «à temps pour les Fêtes», espère-t-on.


Les applications mobiles de Lyft ou d'Uber mettent en lien des citoyens qui veulent se déplacer en ville avec d'autres citoyens qui souhaitent arrondir leurs fins de mois en transportant des passagers dans leur propre voiture.


Lyft, établie à San Francisco, soutient qu'environ 50000 personnes dans la région de Toronto ont déjà téléchargé son application. Quand elle lancera son service à Toronto, elle espère disposer d'assez de chauffeurs pour répondre aux demandes de déplacements en deux ou trois minutes, comme elle le fait dans d'autres métropoles américaines.


Le patron de Lyft, Logan Green, indique que Toronto n'est que le début de l'expansion internationale de l'entreprise, mais il n'a pas voulu dévoiler plus de détails. Uber compte 40 millions de clients à travers le monde; Lyft refuse de dévoiler le nombre de ses clients, mais soutient qu'elle transporte un million de personnes par jour aux États-Unis.


Lyft s'amène à Toronto quelques années après l'arrivée controversée d'Uber. Malgré le mécontentement des chauffeurs de taxi, le conseil municipal a adopté l'an dernier des règlements pour permettre ce type de service dans la métropole, tout en encadrant ces activités.


Uber a aussi connu les mêmes difficultés lors de son arrivée au Québec. En septembre dernier, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a annoncé le prolongement d'un projet-pilote pour encore un an. Mais il ajoutait aussi de nouvelles clauses à l'entente provisoire, notamment une formation obligatoire de 35 heures pour les chauffeurs, la vérification de leurs antécédents menée par la police, et l'inspection annuelle des véhicules.


 


Uber plaide que la formation de 35 heures va à l'encontre de son modèle d'affaires, qui repose sur une main-d'oeuvre à temps partiel et occasionnelle. Or, Uber déplore que les citoyens intéressés ne pourraient plus faire l'essai de ce boulot d'appoint sans devoir suivre au préalable la formation obligatoire.


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 19/01/2018

Wall Street fait fi du risque de paralysie, les analystes se préparent à la journée Couche-tard, du positif pour Fiera.

À la une

#cryptoveille fraude, casino, succès...

20/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Des exclusivités sur les prochaines nouveautés du monde merveilleux des cryptomonnaies?

Cette élection pourrait affaiblir Donald Trump

20/01/2018 | François Normand

ANALYSE - «Trump a la cote d'approbation la plus basse de tout président moderne à ce stade de son mandat.»

Un melt-up? Cette analyse penche pour un bon vieux bull market

BLOGUE. L'accélération fait craindre une fièvre mais les entrailles du marché pointent vers un marché haussier classique