La police recherche 7 millions $ dans les bureaux parisiens d'Uber

Publié le 29/03/2017 à 12:00

La police recherche 7 millions $ dans les bureaux parisiens d'Uber

Publié le 29/03/2017 à 12:00

Par AFP

La police judiciaire a mené mercredi une opération dans des locaux de la société de VTC Uber à Aubervilliers, avec l'appui des services de l'Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF), a-t-on appris de sources concordantes.


«Une demi-douzaine d'agents de la police judiciaire» étaient présents mercredi matin au centre d'accueil et de soutien des chauffeurs partenaires d'Uber, a indiqué à l'AFP Helmi Mamlouk, président de l'association Capa-VTC, témoin de la scène.


Sollicitée dans l'après-midi, la direction n'a pas démenti l'information. Dans un premier temps, un porte-parole du groupe avait indiqué qu'une «opération des services de l'Urssaf (était) en cours», sans préciser pour quelles raisons.


«Les services de l'Urssaf Ile-de-France ont été requis en appui» d'une opération «pilotée par la Préfecture de Police», a indiqué auprès de l'AFP le service chargé de la collecte des cotisations sociales.


La caisse francilienne de l'Urssaf a lancé à l'encontre d'Uber France une procédure de redressement de près de 7 millions de dollars (5 millions d'euros) sur une période d'un an et demi, après avoir constaté que des chauffeurs utilisaient l'application mobile du groupe sans déclarer de revenu.


Saisi par Uber, le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Paris a débouté l'Urssaf d'Ile-de-France fin 2016 pour plusieurs vices de forme. 


Dans le cadre de cette procédure, l'Urssaf a mené trois contrôles inopinés au siège de la société, à Paris, en avril et juin 2015, ainsi qu'une autre visite, annoncée cette fois, à la même époque.


Au cours de l'enquête, les inspecteurs de l'Urssaf ont transmis au parquet un procès-verbal pour «travail illégal». Le jugement du Tass daté du 14 décembre 2016 précisait que, «au jour de l'audience», «aucune poursuite n'a été engagée».


Pour rappel, en mai 2015, une vingtaine d'enquêteurs et d'informaticiens de Revenu Québec avaient perquisitionné les lieux d'affaires du géant américain à Montréal. Les autorités disaient avoir des motifs raisonnables de croire que des infractions avaient été commises à l'encontre des lois fiscales. 


 


 


 


 


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Plainte de Boeing: au Sénat et au Congrès, on défend Bombardier

28/08/2017 | Julien Arsenault, PC

Des sénateurs et membres du Congrès ont écrit aux autorités américaines pour ne pas négliger l'impact économique.

Des avocats québécois réclament 22 millions $ à Netflix

17/08/2017 | François Remy

Estimant leur client lésé par la hausse des tarifs de Netflix au Canada, ils ouvrent la voie à une action collective.

À la une

Hydro-Québec voit l'Asie dans sa soupe

23/10/2017 | François Normand

Ces deux pays asiatiques deviennent des marchés de plus en plus importants pour Hydro-Québec. Voici pourquoi.

Tout vendre avant la correction?

Édition du 21 Octobre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. Il n'y a pas de refuge miracle, mais voici quelques façons de vous protéger.

Aldo renonce à une acquisition annoncée en grande pompe

23/10/2017 | Martin Jolicoeur

Annoncée en grande pompe en août dernier, l’acquisition de l’américaine Camuto Group a finalement avorté.