Apple ouvre ses portes à la start up québécoise SmartHalo

Publié le 05/10/2017 à 09:18

Apple ouvre ses portes à la start up québécoise SmartHalo

Publié le 05/10/2017 à 09:18

L'entreprise en démarrage montréalaise SmartHalo vient de frapper un grand coup. La jeune pousse fondée en 2014 a séduit Apple et pourra commencer à vendre son gadget, qui permet de transformer une bicyclette traditionnelle en vélo connecté, dans les boutiques nord-américaines du géant.


Après des mois de discussions, le produit de l'entreprise fera son entrée cette semaine dans 180 des 250 magasins Apple au sud de la frontière et dans certains de ses 29 autres situés au Canada.


«Il va y avoir un espace réservé dans les magasins et le SmartHalo sera installé sur un guidon à compter de novembre, explique l'un des quatre fondateurs de SmartHalo, Xavier Peich, en entrevue. À côté, un iPhone va présenter une vidéo de démonstration et le SmartHalo va réagir.»


Fixé à un guidon, ce gadget circulaire lumineux avec ses codes de couleurs est l'équivalent d'un GPS connecté à l'application d'un téléphone intelligent. Il vise à guider les cyclistes vers leur destination, notamment en suggérant un itinéraire «le plus sécuritaire possible», qui, par exemple, emprunte le plus de pistes cyclables disponibles.


Depuis la création de l'entreprise, à l'été 2014, plus de 10 000 unités ont été vendues et livrées dans plus de 70 pays, principalement grâce aux ventes réalisées en ligne.


«Nos utilisateurs sont surtout des gens à l'affût des technologies dernier cri, explique M. Peich. En mettant le pied chez Apple, cela nous permet d'entrer en contact avec le grand public.»


Il est toutefois difficile pour le moment de chiffrer les ventes potentielles qui découleront de ce partenariat, dit-il. À son avis, l'entreprise devrait vendre «quelques milliers» d'unités, qui se détaillent à 149 $ US, d'ici le temps des Fêtes.


La qualité de la technologie


C'est en juillet que M. Peich s'est rendu pour la première fois chez Apple, dans la région de San Francisco, pour rencontrer des représentants de l'entreprise et présenter son produit.


«Il y a une approche minimaliste avec l'interface du SmartHalo, explique-t-il. C'est l'une des raisons pour lesquelles Apple était intéressée. Ils sont exigeants, mais surtout sur la qualité de la technologie. Nous n'avons pas eu 100 000 demandes à respecter pour s'entendre.»


Pendant les 30 jours qui suivront son arrivée dans les magasins du géant technologique, SmartHalo ne pourra vendre ses unités dans d'autres magasins. Cela n'empêche toutefois pas la jeune entreprise d'environ 20 employés de discuter avec plusieurs "partenaires potentiels" pour agir rapidement par la suite.


«Je pense que la vente de 50 000 unités, ça ne sera pas pour cette année, mais on pourrait être en mesure d'atteindre cet objectif à la fin de 2018», explique M. Peich.


Immense vitrine


Pour Joanne Labrecque, professeure agréée au département de marketing de HEC Montréal, SmartHalo vient de réaliser un tour de force en se taillant une place dans les magasins du géant Apple.


Selon elle, l'entreprise québécoise devrait gagner rapidement en crédibilité puisqu'elle sera associée à une "marque forte" et qui est appréciée de presque toutes les générations.


«On dit souvent que ce qui est vu est vendu, explique Mme Labrecque. Le défi des jeunes entreprises est d'être en mesure de se faire connaître. Souvent, les produits sont intéressants, mais les entreprises ne parviennent pas à convaincre les détaillants.»


En plus du marché nord-américain, SmartHalo devrait faire son chemin dans les magasins européens d'Apple en novembre. Sur le Vieux-Continent, l'entreprise est déjà présente chez d'autres détaillants grâce à une entente avec le distributeur Bullboath, qui a notamment lancé dans ce marché le bracelet connecté Fitbit.


Le partenariat avec Apple n'a pas de durée définie, a précisé le cofondateur de l'entreprise.


Sur une lancée au chapitre de la croissance, SmartHalo prépare une nouvelle ronde de financement qui devrait s'effectuer au début de la prochaine année. Les fonds amassés devraient notamment lui permettre de faire passer à une trentaine son nombre d'employés.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Voici comment Apple remet le Pro dans son MacBook Pro

20/07/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Apple a revu ses MacBook Pro, et cette fois, la nouveauté la plus attrayante est la plus abordable.

À la conquête de l'univers des signes

11/07/2018 | Martin Jolicoeur

Trois ans et un demi-million d'investissements plus tard, Seasign s'estime mûre pour la commercialisation.

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.