Soyez facile Ă  trouver sur Internet

Publié le 18/07/2011 à 10:06

Soyez facile Ă  trouver sur Internet

Publié le 18/07/2011 à 10:06

Par LĂ©onie Laflamme Savoie

De nos jours, vos clients, actuels et potentiels, doivent être capables de vous trouver en quelques clics lorsqu'ils sont à votre recherche sur Internet.


« Un site Internet, sobre et professionnel, est un minimum pour un conseiller qui souhaite être présent sur le Web, explique Serge Daigneault, fondateur de Référencement Web Montréal. C'est encore plus important s'il souhaite avoir beaucoup de clients dispersés à travers une même région. »


Il existe plusieurs logiciels, tels que WebPlus et Logisoft, que le conseiller peut utiliser afin de construire lui-même son site Internet. Il peut aussi faire affaire avec une entreprise spécialisée qui construira pour lui un site qui répondra à ses besoins. Dans un cas comme dans l'autre, il importera de bien utiliser des mots clés afin de se rendre facile à trouver par les robots chercheurs de moteurs de recherche comme Google.


Au royaume des mots-clés, toutes les expressions ne sont pas nées égales. Fait étonnant, la plus populaire ne sera pas nécessairement celle qu'on utilisera principalement, indique Érik Villeneuve, président de Joomla Montréal, une entreprise spécialisée dans le référencement sur le Web.


« Avec des outils comme Google AdWords, on peut voir quel mot a été le plus cherché dans certains secteurs. En finance, le mot banque avait été cherché plus de 1,3 millions de fois durant le mois de juin 2011 alors que le mot planificateur financier avait été inscrit seulement 9 000 fois dans le moteur de recherche Google durant la même période », souligne-t-il.


Il importe donc de choisir ses combats afin d'éviter de se retrouver noyé dans la masse des résultats de recherche. Le mot-clé le plus recherché n'est pas nécessairement celui qu'on doit chercher à tous prix à utiliser, soutient Érik Villeneuve : « On n'a aucune chance de gagner si on se bat contre des géants qui ont beaucoup plus de moyens que nous pour ressortir en premier avec des mots-clés très populaires. »


Certains sites vont créer des pages qui ne sont pas reliées à leurs pages d'accueil, donc introuvables par l'internaute, qui comprendront des pages de textes remplies de contenu ciblé et d'expressions importantes écrites correctement ou avec des fautes susceptibles d'être commises par les utilisateurs.


Toutefois, la modération a toujours meilleur goût, même sur le Web, recommande Serge Daigneault : « Google est à la recherche de contenu pertinent avant tout, les mots-clés ne suffisent plus maintenant. De plus, ne mettez pas tous vos mots-clés dans votre page d'accueil. Centrez-là plutôt sur une thématique et détaillez vos services dans des pages séparées pour gagner en pertinence. »


Un bon moyen de le faire est de choisir un nom de domaine qui contiendra un mot-clé dans le nom, mais également l'endroit où l'on se trouve. Par exemple, un planificateur financier de Rimouski qui s'appellerait Raymond Tremblay pourrait donner à son site Web le nom de www.raymond-tremblay-planificateur-financier-rimouski.com.


« Je recommande vraiment à mes clients d'acheter leur nom de domaine, on peut aller visiter un registraire sur Internet afin de vérifier si notre nom est libre. S'il ne l'est pas, il en coûtera de huit à quinze dollars pour l'acheter, avance Érik Villeneuve. S'il a déjà été acheté par quelqu'un, on pourrait avoir à payer plus pour en faire l'acquisition. On peut aussi de choisir une variante au traditionnel « .com » et s'orienter vers un « .info » ou un « .ca ». »


Une fois son nom trouvé et son site construit, le conseiller peut aller s'inscrire les nombreux annuaires qui existent sur Internet. Au Québec, on en retrouve près d'une centaine, comme Sites québécois.com, et il est aussi possible de s'inscrire sur des annuaires français qui offrent des sections québécoises. Serge Daigneault suggère aussi d'optimiser son profil Google Adress.


« Le nom de notre profil contiendra bien sûr un mot-clé et non pas seulement le nom de notre entreprise. Par exemple, je préfère Serge Daigneault, planificateur financier, à Serge Daigneault Inc. On va aussi choisir jusqu'à cinq catégories de services ou de produits dans lesquelles on souhaite être placé, ajouter du contenu, des photos et même des vidéos. Tout ça va nous permettre de sortir le plus haut possible dans les résultats de recherche. »


Le fait d'avoir un compte Twitter, Facebook et LinkedIn peut également nous aider de différentes façons. En plus de rendre le conseiller encore plus facile à trouver sur Internet, les comptes permettront de publier des liens vers son site principal qui lui donneront plus de pertinence aux yeux de moteurs de recherche comme Google.


« L'option article dans Facebook nous permet de mettre des liens vers notre site, selon Serge Daigneault. Ainsi, si on produit un nouveau blogue ou un nouvel article sur notre site Web, on peut le dire à nos clients à travers notre profil Facebook. Il est aussi utile d'inclure dans notre site des boutons de partage pour que nos clients puissent facilement en partager le contenu sur les médias sociaux. »

Sur le même sujet

Internet à deux vitesses: les É.-U. ouvrent la porte

15:57 | AFP

Le patron du régulateur américain des télécoms a présenté jeudi des ...

Publicité: Internet a dépassé la télé traditionnelle en 2013 aux É-U

15/04/2014 | Denis Lalonde

Les revenus publicitaires sur Internet ont dépassé ceux de la télévision traditionnelle en 2013 aux États-Unis.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Philippe Couillard annonce des resserrements budgétaires

Moins de 24 heures après son entrée en fonctions, Philippe Couillard met l'État québécois au régime minceur.

Poloz: des coûts d'emprunt bas, même après la reprise

Les Canadiens peuvent s'attendre à profiter de coûts d'emprunt relativement peu élevés ...

Revenu Québec impose une lourde sanction à un restaurateur

Le fisc impose une des plus imporantes amendes de son histoire pour un cas de fraude fiscale.