La réputation des entreprises s'affermit... un peu


Édition du 19 Mars 2016

Le passé, dit-on, n'est pas garant de l'avenir. Mais il n'en est jamais non plus complètement détaché. Selon les résultats de la dernière enquête de Léger sur la réputation des entreprises, réalisée pour la première fois cette année en partenariat avec le Cabinet de relations publiques National, même si la majorité d'entre elles sont parvenues à s'élever dans l'estime des Québécois, des nuages importants continuent de faire obstacle à leur quête d'admiration.


À lire aussi : Les sociétés d'État, nouveaux refuges ?


Google, Heinz et le Groupe Jean Coutu occupent encore cette année le haut du classement des entreprises les plus admirées du Québec. Malgré un début d'embellie généralisée, d'autres, comme Bombardier et Volkswagen, frôlent plutôt la catastrophe, au point que l'une d'elles est allée rejoindre les Bell et SNC-Lavalin à la queue du peloton.


S'il est possible de reconquérir l'amour des Québécois, ceux-ci ne sont pas pour autant prêts à l'offrir les yeux fermés. C'est ce qui ressort des résultats de la dernière édition de l'enquête annuelle menée par la firme Léger depuis 1994. Cette fois-ci, un total de 298 entreprises ont vu leur réputation être sondée et comparée, auprès de quelque 13 000 répondants.


Cliquez ici pour consulter le palamarès des entreprises selon leur score de réputation au Québec


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Cryptomonnaies: un nouveau cas de sollicitation illégale

27/07/2018 | Conseiller

Un ex-gérant de bar de Trois-Rivières a écopé de pénalités de 5 000 $ pour ...

Bitcoin: cette pub crée le malaise auprès des autorités françaises

10/01/2018 | AFP

«Il n'y a rien à pedre» et autres propos troublants de la starlette de téléréalité Nabilla.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: