Comment Agropur s'étend aux États-Unis


Édition du 26 Novembre 2016

La coopérative québécoise Agropur est devenue en quelques années seulement le cinquième producteur de fromage et d'ingrédients laitiers aux États-Unis. Elle est implantée au sud de la frontière depuis 2002, et sa soif de croissance en Amérique du Nord est loin d'avoir été étanchée. Voici son plan de match.


Agropur a le vent dans les voiles aux États-Unis. En 2015, ses revenus américains représentaient 43,8 % de son chiffre d'affaires de 5,9 milliards de dollars, par rapport à 35,9 % en 2014. Or, sa stratégie commerciale y est très différente de celle qu'elle déploie au Canada. Ici, ses marques comme Natrel, Oka et Iögo sont vendues au détail, alors qu'aux États-Unis, la coopérative fabrique plutôt des produits laitiers pour des détaillants américains.


«Notre stratégie aux États-Unis est plus axée sur le B2B», explique Robert Coallier, chef de la direction d'Agropur, dans une grande entrevue accordée à Les Affaires au nouveau siège social de la coopérative, à Longueuil.


Cela signifie que sa production est destinée à des entreprises comme Kraft Heinz et Master Gallery Foods (un producteur de fromage), qui vendent ensuite ces produits sous leurs propres marques aux quatre coins des États-Unis. La coopérative fournit aussi à l'industrie pharmaceutique du lactose, un produit servant à fabriquer entre autres des comprimés et des capsules.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Microsoft veut développer l'intelligence artificielle en agriculture

17/01/2019 | AFP

À l’aide d’outils connectés les agriculteurs peuvent déjà réduire l'utilisation des pesticides.

La cybersécurité, une opportunité ?

Édition du 06 Octobre 2018 | Alain McKenna

Et si la cybersécurité n’était pas seulement un défi, mais représentait aussi... une opportunité ?

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

19/01/2019 | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

19/01/2019 | François Pouliot

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.