Une chaîne prête à casser encore plus d'œufs

Publié le 02/08/2018 à 13:51

Une chaîne prête à casser encore plus d'œufs

Publié le 02/08/2018 à 13:51

Par Claudine Hébert

[Photo: L'Oeufrier]

Au Canada, ce sont les Québécois qui sont les plus friands de la formule petit-déjeuner au restaurant. Un facteur qui sourit largement à la chaîne L’Oeufrier qui enregistre cette année sa plus importante expansion depuis sa création.


Né en 1995 dans le quartier Vimont, à Laval, ce tout petit resto qui ne sert que des petits-déjeuners jusqu’à 15 h (16 h les fins de semaine) comptera plus d’une trentaine de franchises d’ici la fin de l’année. « Le double d’il y a deux ans », signale fièrement Pedro Medina, un des trois associés propriétaires de la chaîne qui s’amuse à servir des plats aux noms cocasses. « Geoff refinance le Canadien, Qui va payer pour le mur, On veut le retour des Expos, Justin en calèche à Ottawa… disons que l’on aime s’inspirer de l’actualité pour colorer le menu », explique M. Medina.


Issu du milieu financier où il a travaillé pendant dix ans, Pedro Medina s’est joint à l’équipe de L’Oeufrier en 2007. Le restaurant lavallois avait été acheté par deux amis d’enfance, Tony Khoury et Kevin Henriquez, en 2002. La deuxième franchise a vu le jour en 2008, à Deux-Montagnes. Depuis, L’Oeufrier s’est invité dans plus d’une vingtaine de quartiers de la grande région métropolitaine.


Un coût d’acquisition réaliste


Quels sont les ingrédients de cette recette qui frôlera les 25 millions de dollars en 2018 ? « D’abord, l’investissement de la part des franchisés », soutient Pedro Medina. Le coût d’acquisition d’une franchise a été fixé à 400 000 $. « Nous voulons que cet investissement demeure raisonnable et réaliste selon la capacité d’investir de nos franchisés. L’ensemble de nos franchises sont d’ailleurs profitables dès la quatrième année d’opération », indique M. Medina. Il y a deux ans, ajoute-t-il, les succursales de L’Oeufrier enregistraient une moyenne de 90 000 transactions par année. Ce nombre a aujourd’hui doublé.


Pour atteindre ce rapide retour sur l’investissement, l’équipe de M. Medina applique une formule toute simple. « Nous favorisons des emplacements situés dans des quartiers résidentiels où le prix des loyers est généralement plus abordable. Et il arrive régulièrement que la nouvelle succursale soit aménagée dans un local qui était déjà occupé par un autre resto. Ce qui facilite l’obtention des permis. »


Des restos à la couleur du quartier


Chaque succursale, insiste-t-il, prend la couleur et la forme de l’environnement où il est aménagé. Le nombre de places varie ainsi entre 60 et 100 selon la localisation de l’adresse et s’il y a du stationnement ou non à proximité.


Le facteur humain figure également parmi les composantes gagnantes de la stratégie L’Oeufrier. « Nous favorisons des partenaires qui connaissent bien le quartier où s’installe chaque nouvelle adresse de L’Oeufrier. Et pas question, dit-il, de s’associer avec des investisseurs qui dirigent à distance. «Chaque franchisé doit travailler sur place. La proximité de la direction avec les clients a toujours été primordiale à nos yeux», indique le restaurateur.


D’ailleurs plus du tiers des franchisés de l’entreprise ont d’abord été des employés de la chaîne. C’est d’ailleurs une employée du bureau administratif qui dirigera la nouvelle succursale qui doit bientôt ouvrir à Trois-Rivières.


 

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

20/11/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

20/11/2018 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.