Des bracelets intelligents pour aider les itinérants

Publié le 25/10/2017 à 13:14

Des bracelets intelligents pour aider les itinérants

Publié le 25/10/2017 à 13:14

Par Matthieu Charest

[Courtoisie]

À l’heure où l’argent sonnant et trébuchant est en train de disparaître de nos poches et de nos portefeuilles, il devient de plus en plus difficile d’offrir quelques pièces aux itinérants que nous rencontrons.


Afin de pallier ce problème, la québécoise Connect&Go s’apprête à tester des bracelets intelligents auprès des populations itinérantes afin de leur offrir des dons dématérialisés et au passage, augmenter leur sécurité. Un projet réalisé en collaboration avec Rémi Richard, de Chronométriq


Spécialisée dans les bracelets intelligents, notamment comme solution de paiements de rechange à l’argent comptant dans les festivals, la montréalaise Connect&Go croit que l’avenir appartient aux paiements électroniques. Dans un futur proche, espère-t-elle, les billets et les pièces de monnaie vont tendre à disparaître. C’est d‘ailleurs son pain et son beurre.


« Mais puisque les gens n’ont plus d’argent sur eux, c’est sûr que ça affecte la population itinérante, croit Dominic Gagnon, vice-président stratégie et cofondateur de la PME. Les Visa et autres entreprises spécialisées dans les paiements font de plus en plus de paiements sans contact, afin de faciliter les transactions. Mais nous créons un problème. Ça devient difficile de donner quand on n’a que du plastique sur soi ».


Connect&Go travaille donc depuis quelques mois sur un prototype de bracelet intelligent, qui, porté par un itinérant, pourrait lui permettre de recevoir des dons par le biais de téléphones intelligents, qu’il y ait du réseau, ou pas.


Ce pourrait être un système de jetons, dont la valeur est déterminée par le donateur, qui serait transféré au bracelet de la personne itinérante, explique le vice-président. Ces jetons pourraient par la suite être utilisés dans des lieux prédéfinis, comme des dépanneurs, des épiceries ou des friperies.


En plus, « ça augmente le sentiment de sécurité. Je ne suis pas sûr qu’une personne dans la rue se sent en sécurité avec 40$ en argent comptant sur elle. »


Par ailleurs, ces bracelets pourraient contenir des informations médicales et personnelles. Ce qui permettrait de récupérer un bracelet perdu ou volé et aussi, d’aider les services médicaux, si la personne fait une surdose, par exemple. L’information contenue dans le bracelet pourrait aussi contenir les coordonnées d’un contact d’urgence.


L’entreprise, qui espère effectuer un projet pilote d’ici l’été 2018, croit qu’il faudrait entre 50 et 60 sous pour produire chaque bracelet, pour une durée de vie d’environ 10 ans.


L’objectif pour la montréalaise n’est pas d’atteindre le seuil de rentabilité avec ce projet. Bien qu’un mécène anonyme, révèle Dominic Gagnon, se serait engagé à aider au déploiement de cet ambitieux projet. C'est ce même mécène qui aurait approché l'entreprise pour développer cette initiative. 


« Peut-être que M. Coderre ou Mme Plante [les candidats à la mairie de Montréal] pourraient s’engager à adopter ce projet-là à grande échelle, espère le vice-président stratégie et cofondateur de Connect&Go

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Démocratiser le paiement par les objets connectés

08/02/2018 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Avec 70% de son chiffre d’affaires réalisé à l’étranger, la Montréalaise a des ambitions mondiales.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: